Alexis Lavoie-Gilbert a terminé premier chez les hommes dans le volet course.

50e édition radieuse pour la Course des Pichous

Même si aucun record n’a été battu pour la 50e édition de la Course des Pichous, la journée radieuse de samedi restera sûrement marquante pour les quelque 2000 participants, sans compter les spectateurs, et ce d’autant plus pour ceux qui ont franchi la ligne d’arrivée en premier à la zone portuaire de Chicoutimi. Chez les hommes, le coureur de Québec Alexis Lavoie-Gilbert a triomphé en 45min41, tandis que l’Almatoise Laurence M. Bouchard a parcouru les 15 km depuis Jonquière en 55min40.

«Ça se prend bien!», a confié Alexis Lavoie-Gilbert à l’arrivée, tout en reprenant son souffle. Le jeune homme de 27 ans fait partie de l’équipe du Club de course à pied de l’Université Laval et participait à l’évènement quasi légendaire au Saguenay pour la première fois. Il était à une minute et vingt secondes de surpasser le record de Phil Laheurte, de 44min21, établi en 1987. L’olympien Charles Philibert-Thiboutot était pressenti pour l’éclipser, mais il a dû se déclarer forfait vendredi en raison d’une blessure.

Le champion de samedi a été suivi par Anthony Larouche (45min57) et Jean-Pierre Morin (47min08), tous deux membres du Club d’athlétisme de l’Université Laval. Le moment était aussi particulier pour Anthony Larouche. «J’habite à Québec, mais mes deux parents viennent du Saguenay. C’est ma troisième fois aux Pichous et j’avais aussi fini deuxième l’an passé», indique-t-il.

Laurence M. Bouchard resplendissait de joie à son arrivée.
Léandre Bouchard et Éli-Jeanne Tremblay ont formé un tandem gagnant.

Chez les femmes, Laurence M. Bouchard était resplendissante à l’issue de la course. À 27 ans, elle a participé 15 fois à l’évènement, mais il s’agissait de la première fois qu’elle montait sur la première marche du podium, au classement général féminin.

Alexis Lavoie-Gilbert et Anthony Larouche, de Québec, ont raflé les deux premières places au classement général.

«Je suis tellement contente! C’est extraordinaire. C’est une course importante pour ma famille, j’ai grandi au Saguenay, exprime-t-elle. J’ai même été quelques minutes plus rapide que l’an dernier. Les conditions étaient bonnes!»

Le président du comité organisateur, Mario Boily, présente avec fierté la médaille du 50e anniversaire.

La Jonquiéroise Marie-Claude Brassard a terminé deuxième chez les femmes en un temps de 57min23. Elle a été suivie 15 secondes plus tard de Caroline Poitras, de Saint-Augustin.

Chez les régionaux, le Jonquiérois Pierre-Yves Normandin a terminé quatrième au classement général. Membre du club Jakours, il a affiché un temps de 47min19.

Anthony Larouche court normalement avec le Club d'athlétisme de l'Université Laval.

Défi réussi en tandem

L’olympien de vélo de montagne Léandre Bouchard a poussé la jeune Éli-Jeanne Tremblay dans un fauteuil adapté durant les 15 km des Pichous, à partir de la Cité Saint-François. Celle qui est atteinte de la neuropathie sensitivomotrice héréditaire avec agénésie du corps calleux, aussi appelée syndrome d’Andermann, semblait avoir bien aimé son expérience.

«Notre plus grand défi, c’était le froid, donc on s’est bien habillé! Il y avait beaucoup de gens qui nous ont encouragés durant la course», a commenté Léandre Bouchard au nom du duo almatois. L’athlète de haut niveau envisageait cette course plutôt comme un entraînement, mais il a tout de même complété le parcours avec sa coéquipière en environ une heure et quart.

Paul-Henri Bergeron était bien entouré à l'arrivée avec les autres présidents d'honneur.

50 ans de souvenirs

L’anniversaire mémorable de l’évènement a été souligné lorsque les quatre présidents d’honneur ont franchi le fil côte à côte. Parmi eux, à 92 ans, Paul-Henri Bergeron a marché les cinq derniers kilomètres du trajet.

La Course des Pichous reste un évènement familial, comme l'illustre ce papa avec sa poussette!

Même si le 15 km des Pichous a une place de choix dans le coeur des coureurs de la région, elle est aussi de plus en plus populaire auprès des participants de l’extérieur, qui représentaient le quart des inscriptions. Parmi eux, 392 avaient choisi le volet marche. La moyenne d’âge est d’environ 45 ans, mais on compte des passionnés octogénaires qui prennent part à la course!

En ce samedi ensoleillé, nul doute que le coeur était à la fête pour le comité organisateur, les participants et leurs proches venus les encourager.