282 membres et un projet de site extérieur

Après avoir erré pendant une année complète en 2010, le Club des archers de Chicoutimi s’épanouit dans ses locaux de l’ancienne école Saint-Louis sur le boulevard Saint-Jean-Baptiste. Une activité de fin d’année tenue jeudi soir a permis de clore une saison particulièrement faste avec 282 membres et un projet de site de tir extérieur devrait voir le jour en 2019.

Président du club depuis sept ans, Pierre Tremblay explique qu’en 2010, en raison de l’agrandissement du Club de gymnastique Sagym, les archers avaient été forcés de quitter la Palestre Johnny-Gagnon. La recherche d’une nouvelle salle a duré pendant un an, mais depuis qu’ils sont installés dans leurs locaux actuels, la progression est fulgurante. De 75 membres, le groupe s’est élargi et devrait dépasser le cap des 300 membres en 2019, espère André Tremblay.

« On grossit tout le temps, indique-t-il, soulignant le travail du vice-président René Bergeron et des autres membres du conseil d’administration.

« On cherche toujours à progresser et donner le plus de services possible », avance le président qui est membre depuis une quarantaine d’années du club fondé en 1962 par Jean Tremblay, ayant également occupé la présidence par le passé.

« On manque même un peu d’effectifs pour donner des cours, mais on s’organise », admet-il, précisant que le club offre notamment les cours pour l’obtention du permis de chasse à l’arc. Grâce à une carte magnétique, le local est accessible 365 jours par année pour les membres. « Plusieurs retraités viennent le matin. Ça donne une grande plage horaire », avance Pierre Tremblay.

Le président du Club des archers de Chicoutimi, Pierre Tremblay, a bon espoir de dépasser prochainement le cap des 300 membres.

L’activité de jeudi, qui a réuni une cinquantaine de personnes, s’adressait uniquement aux membres et consistait en une compétition amicale et permettait de terminer la formation d’une trentaine de jeunes de différents niveaux. D’autres groupes se mettront en branle en janvier. « Ce n’est pas un sport très spectaculaire. C’est un sport individuel qu’on fait pour soi. C’est un sport de détente qui ressemble beaucoup aux arts martiaux ou au yoga au niveau de la concentration. Tous ces sports demandent de la discipline », fait valoir Pierre Tremblay. Au niveau de la sécurité, des lignes déterminent l’emplacement de l’archer tandis qu’un coup de sifflet d’un responsable donne le feu vert, ce qui est accompagné de lumières pour indiquer que les tirs sont permis.

Nouveau terrain

Les dirigeants du Club des archers feront bientôt l’acquisition d’un terrain, en périphérie de Saguenay, afin d’aménager une aire de tir sur cible fixe et animale (3D). En 2016, ils ont été dans l’obligation de démanteler le site du rang Saint-Paul en raison du zonage agricole. Pierre Tremblay préfère toutefois ne pas dévoiler l’endroit exact tant que le protocole d’entente ne sera pas signé. « C’est officiel qu’on a un terrain, assure-t-il. Tout est fait. Les arrangements sont faits. C’est une zone où le tir à l’arc est permis et il n’y a pas de problème. »