Coupe Davis à Saguenay: saluer les artisans du passé et du présent pour inspirer l’avenir

Le passage du gros trophée de la Coupe Davis a attiré bon nombre d'amateurs de tennis, lundi soir, au Club de tennis intérieur Saguenay (CTIS).

Moments privilégiés, lundi soir, au Club de tennis intérieur Saguenay (CTIS), alors qu’un peu plus de 150 personnes s’étaient déplacées pour voir de près l’énorme trophée de la Coupe Davis et en apprendre un peu plus sur l’exploit canadien. Ce rendez-vous peu banal a aussi été l’occasion de saluer les artisans du passé et du présent, des sources d’inspiration pour la relève et l’avenir du tennis régional.


Les amoureux du tennis ont répondu en grand nombre à l’invitation des organisateurs pour venir voir de près l’imposant Saladier d’argent remporté pour la première fois de son histoire par le Canada en novembre dernier.

Cette escale de l’emblème du tennis mondial masculin par équipe s’inscrit dans une tournée pancanadienne qui s’est amorcée dans l’Ouest, pour ensuite prendre la direction des Maritimes avant de s’arrêter au Saguenay, pour le début de la tournée québécoise. «C’est une tournée de promotion parce que les gens ne la connaissent pas très bien. C’est le secret le mieux gardé du sport professionnel mondial», estime Eugène Lapierre, représentant de Tennis Canada pour cette tournée.



Eugène Lapierre (Tennis Canada), Jean Delisle (Challenger Banque Nationale de Saguenay) et l'ancien champion canadien, Stéphane Bonneau qui a joué des étapes de la Coupe Davis, entourent l'imposant trophée qui a fait escale lundi au Club de tennis intérieur Saguenay.

M. Lapierre a été agréablement surpris des installations aménagées pour accueillir le prestigieux trophée. Faut dire que les dirigeants du club n’avaient pas ménagé les efforts, en formant une belle enceinte avec les drapeaux et photos des championnes du Challenger Banque Nationale de Saguenay et les commanditaires sur les surfaces protégées des courts. «Comme d’habitude, le Saguenay met la barre haute», a-t-il lancé en entrevue.

«Ça prouve qu’on avait bien raison de venir et de commencer ici, a-t-il soutenu. Je trouve que c’est l’une des meilleures villes de tennis du Québec depuis toujours et l’une des meilleures au pays. Il y en a eu des activités ici. Ce n’est pas un hasard que l’on vienne ici, à Saguenay.»

Eugène Lapierre est un peu comme chez lui au Saguenay, lui qui a collaboré à plusieurs événements depuis les années 1980, alors qu’il oeuvrait à Tennis Québec, dont le circuit Alcan, les étapes de la Coupe Davis, des tournois juniors, etc. «Et ça continue encore!», dit-il en référant au challenger féminin et au tournoi québécois des 14 ans, auxquels ont d’ailleurs pris part trois des joueurs de l’équipe canadienne qui a gagné la Coupe Davis.

Dans son allocution, il a aussi rendu hommage à l’un des invités d’honneur de la soirée, le Chicoutimien Stéphane Bonneau, «qui a été le meilleur joueur de tennis du Canada pendant des années. C’était tellement le fun de le regarder compétitionner et il est ici ce soir», a souligné M. Lapierre.



Parlant des deux étapes de la Coupe Davis de 1985, M. Lapierre a partagé une anecdote concernant celle tenue au Centre Georges-Vézina. «Les panneaux (en bois) gondolaient à cause de la glace en dessous. Ça faisait des faux bonds partout!», raconte-t-il en riant. Un souvenir cocasse confirmé par la professionnelle en chef du club, Caroline Delisle, qui était marqueuse à l’époque.

La relève du tennis régional était au rendez-vous de la Coupe Davis au CTIS. Ils ont pu constater qu'il est possible de rêver grand avec les témoignages entendus durant la cérémonie.

Souvenirs heureux

Pour sa part, Stéphane Bonneau était très heureux d’avoir finalement accepté l’invitation des organisateurs. Il a profité de ce retour dans sa ville natale pour effectuer un petit pèlerinage de certains endroits. Mais lundi soir, c’était le plaisir de revoir d’anciens amis du tennis ainsi que son oncle Arthur et sa tante Ghislaine. «C’est une belle surprise. C’est incroyable comme les visages apparaissent et (que) je les reconnais ou sinon, leur nom», a-t-il confié, heureux de se rappeler de bons souvenirs avec eux.

Dernier à prendre la parole de la cérémonie protocolaire, le grand gaillard a tenu à remercier les personnes qui contribuent à organiser des événements pour le club. «Vous êtes des passionnés et c’est ce dont on a besoin, des organisateurs et les commanditaires, pour faire fonctionner le sport.»

Il a félicité les joueurs qui ont permis au Canada de gagner la Coupe Davis. «C’était quelque chose de phénoménal, ce qu’ils ont fait. Nous, quand on jouait dans les années 80-90, on ne se serait jamais imaginé gagner la coupe Davis et ça s’est fait. C’est extraordinaire!».

Il a également remercié les organisateurs de la Coupe Davis de 1985, qui lui ont offert le privilège de jouer cet important tournoi dans sa ville natale. «Je me sens un peu privilégié parce que ces années-là, j’étais champion canadien, je viens du Saguenay et ça s’est joué au Saguenay. Il n’y a pas grand joueur qui, premièrement, ont pu jouer à la Coupe Davis, et deuxièmement, la jouer dans son patelin. (…) C’était extraordinaire de jouer la Coupe Davis ici», a-t-il partagé.

De leur côté, les personnalités politiques présentes ont remercié Tennis Canada de tenir cet événement à Saguenay. Un «privilège» pour les amateurs de tennis de la région ainsi qu’une «reconnaissance» et «belle récompense» pour les organisateurs du Challenger Banque Nationale de Saguenay et leur grande famille de dévoués bénévoles.



D’ailleurs, Jean Delisle, président du comité organisateur du challenger féminin, a remercié Tennis Canada pour l’honneur et la confiance envers les organisateurs des tranches de la Coupe Davis de 1985 et, depuis 2006, du Challenger Banque Nationale de Saguenay. «Sachez que le Challenger Banque Nationale a bien l’intention d’être là pour encore plusieurs années», a-t-il soutenu pour conclure son allocation.

Le passage de la Coupe Davis au CTIS a donné lieu à de belles retrouvailles entre d'anciens joueurs, en plus de réunir les membres et les bénévoles du CTIS autour d'un bel événement.

À l’Assemblée nationale

Mardi, le gros trophée fera un arrêt à l’Assemblée nationale pour ensuite être amené au Club Avantage où Gabriel Diallo, l’un des membres de l’équipe championne, sera sur place.

D’autres escales sont prévues à Drummondville, à Boucherville ainsi qu’à Montréal, «dans un club extérieur où on a déjà joué la Coupe Davis», note M. Lapierre, et bien sûr au Stade IGA.