Le projet du Valinouët s’inscrit dans une nouvelle vocation élargie pour le centre. La nouvelle orientation transformera le centre de ski en site d’accueil pour les touristes sur quatre saisons.

1,6 M$ pour le Valinouët

Le gouvernement du Québec confirme une aide financière à la coopérative de travail du Valinouët pour moderniser ses infrastructures d’accueil dans le cadre d’un projet quatre saisons évalué à 5,6 M $.
Le député de Dubuc, Serge Simard, a confirmé la participation financière de Québec dans la reconstruction du centre d’accueil du Valinouët. La présidente de la coopérative, Diane Dubé, la mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette, et le directeur général du Valinouët, Alain Tremblay, se réjouissaient de cette annonce.

La confirmation de cette participation financière a été faite en point de presse vendredi par le député de Dubuc à l’Assemblée nationale Serge Simard. Il s’agit de l’aboutissement d’un projet qui devrait permettre de remplacer le chalet par un nouveau centre avec l’ajout d’un immeuble de condominiums de 20 à 40 unités pour la location de courte durée.

Le député Serge Simard était en terrain connu puisqu’il a été dans la première vague de propriétaires de chalets dans le village alpin qui compte aujourd’hui un peu plus de 500 unités. Les dirigeants de la coopérative devront toutefois compléter le montage financier de tout le projet avant le 6 mars 2019.

« Je suis ravi de confirmer cette aide financière à la Coopérative de travail du mont Victor-Tremblay pour son projet de construction de nouvelles infrastructures. Ce soutien permettra aux promoteurs de poursuivre leur travail de développement touristique dans cet endroit enchanteur », a déclaré le député de Dubuc.

Il s’est empressé de souligner qu’il est primordial pour le gouvernement du Québec d’assurer le maintien des infrastructures. Par la même occasion, la municipalité de Saint-David-de-Falardeau pourra bénéficier du maintien des valeurs du parc immobilier situé au pied des pentes.

Le gouvernement du Québec avait choisi de s’éloigner de l’industrie du ski alpin après le boom des années 1980 : « Nous avons rencontré le regroupement des centres de ski et il est évident que les infrastructures de l’industrie sont vieillissantes », a expliqué le député de Dubuc.

Le projet du Valinouët s’inscrit dans une nouvelle vocation élargie pour le centre. La nouvelle orientation transformera le centre de ski en site d’accueil pour les touristes sur quatre saisons.

Le financement est donc assuré par le Programme de soutien aux stratégies de développement touristique et la Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d’aventure. Le volet ski devient ainsi l’un des éléments de l’offre touristique.

L’autre nouvelle majeure confirmée vendredi est le retour à l’avant-scène de la coopérative des travailleurs. Depuis des années, cette coopérative a été critiquée par bon nombre de propriétaires de chalets et d’utilisateurs comme étant le frein au développement.

Le projet du Valinouët s’inscrit dans une nouvelle vocation élargie pour le centre. La nouvelle orientation transformera le centre de ski en site d’accueil pour les touristes sur quatre saisons.

Le directeur général Alain Tremblay n’a pas esquivé la question et est convaincu que la coopérative est toujours la formule adéquate. La coopérative assumera la gestion du chalet et de la montagne ainsi que le centre quatre saisons alors que tout le volet locatif est confié au secteur privé.

« Pour commencer, nous croyons qu’une vingtaine d’unités de location sont nécessaires », a précisé le directeur général. La coopérative détient toujours le bail emphytéotique pour le domaine skiable, le chalet et le premier stationnement. Le promoteur privé se verra céder la partie de terrain nécessaire pour ériger l’immeuble de condominiums.

Le promoteur C-Hôtel, qui a tenté de réaliser le projet l’an dernier, est toujours au dossier. Selon ce que Le Progrès a pu apprendre, la porte n’est pas fermée à d’autres promoteurs ou hôteliers de la région qui voudraient s’associer au projet. 

Alain Tremblay a expliqué que la vente des unités de condominium débutera quand les différents éléments du projet seront bien définis. Les éventuels acheteurs auront alors une bonne idée du projet. Les promoteurs sont convaincus que la nouvelle mouture du projet permettra d’intéresser les investisseurs privés.

À terme, toujours selon Alain Tremblay, le Valinouët va devenir le centre d’un vaste réseau touristique qui s’adressera aux clientèles régionale, nationale et internationale. Tout sera mis en oeuvre pour en arriver à prolonger les séjours des touristes dans la région en leur proposant la panoplie d’activités qu’il est possible de réaliser à partir du village alpin.

La mairesse se réjouit

La mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette, était émue lors de l’annonce de l’investissement gouvernemental pour financer le projet du Valinouët. « Je me suis lancé en politique municipale il y a cinq ans pour ça. Je suis tellement contente de voir la réalisation de ce projet », a-t-elle mentionné lors d’une conférence de presse, vendredi. 

« Nous avons une belle municipalité, et le village alpin en fait partie à part entière. C’est une très bonne nouvelle », explique Mme Morisette. 

Auparavant conseillère du district 6, elle est mairesse depuis la démission de son prédécesseur en 2017. Elle a été réélue lors des élections en octobre dernier. Elle n’hésite pas à dire que son but premier était d’aider le Valinouët dans ce projet, même en tant que conseillère. « Les choses ont changé, mais le but est resté le même. Aujourd’hui, c’est l’aboutissement de beaucoup d’efforts », confie-t-elle, émotive. 

Le travail n’est cependant pas terminé. Le projet n’est pas complètement financé par le gouvernement, certains partenaires restant à trouver. Mais la mairesse est optimiste. « Les partenaires vont se greffer au projet. Je n’ai aucun doute que le financement nécessaire va être trouvé, confirme-t-elle. Les ficelles sont nouées. On peut aller de l’avant, c’est très encourageant. » La municipalité même est impliquée dans le projet. 

L’avenir est rose pour la mairesse, qui mentionne que voir ce projet aboutir lui donne de la force. « C’est cette journée-là que j’attendais. Ça me donne le petit coup de pouce pour continuer de faire grandir et rayonner Saint-David-de-Falardeau. » (Andréane Vallée, stagiaire)

La mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette.