Murs à escalader, cordes à grimper ou encore filets sous lesquels il faut ramper, ce ne sont que quelques exemples des 25 obstacles proposés par la course Bootcamp de Dolbeau-Mistassini.

1200 soldats de la santé au centre Do-Mi-Ski

Sous un ciel bleu et un soleil chaud à souhait, 1200 participants ont dépassé leurs limites à la course Bootcamp de Dolbeau-Mistassini samedi. Malgré l’effort physique, le sourire était au rendez-vous chez les sportifs venus braver les quelque 25 obstacles.

Encore cette année, le centre Do-Mi-Ski était l’hôte d’une course à obstacles Bootcamp-Race Challenge. Cet évènement s’inspire d’un entrainement de type militaire où les participants sont invités à courir une distance d’environ six kilomètres et à franchir une vingtaine d’obstacles originale. Sur papier, le défi pourrait faire peur aux coureurs les moins expérimentés, mais le plaisir demeure l’élément central de cette activité destinée au grand public.

« Pour nous, la course bootcamp c’est avant tout une activité pour s’amuser entre amis ou en famille. Ce n’est pas une compétition. Si t’es fatigué, tu peux marcher, si t’es pas capable de faire un obstacle, tu passes à côté. Personne ne va te chicaner », assure l’organisateur Michel Rochon.

Richard Bonneau, organisateur de la course Bootcamp de Dolbeau-Misstassini (à gauche) et Michel Rochon, vice-président de Justrun (à droite). — Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens

Questionné quant à la logistique de la course, M. Rochon mentionne avoir modifié le parcours cette année pour assurer un meilleur roulement et diminuer le temps d’attente entre les obstacles. « Nous avons aussi étiré les départs pour éviter que les participants ne se marchent sur les pieds. Ainsi, pas plus de 15 à 20 participants ne partaient en même temps et le tout s’est merveilleusement bien déroulé », explique M. Rochon.

La dernière cohorte de la journée a quitté vers 12 h 30, où les enfants étaient invités à se joindre à leurs parents dans cette course amicale. Tous les participants sont repartis avec une médaille et un chandail à l’effigie de l’organisation.

C’est tout sourire que les participants ont entamé la course dès 9 h samedi matin.