François Laberge conserve d’excellents souvenirs de ses nombreux affrontements contre les Jeannois.

« Triste nouvelle pour le football régional »

Au-delà de la rivalité sur le terrain, les entraîneurs des deux autres équipes de football collégial régionales auraient préféré affronter les Jeannois à l’automne à voir le programme être suspendu pour un an au Collège d’Alma, notamment en raison d’un manque de joueurs.

« C’est une triste nouvelle pour le football régional. Les Jeannois font partie du paysage depuis de nombreuses années, exprime l’entraîneur-chef des Couguars du Cégep de Chicoutimi, Nicolas Ménachi. C’est difficile sur le plan humain autant pour les joueurs qui se retrouvent sans équipe, que pour les entraîneurs. On a tendance à les oublier un peu dans la situation. Mes pensées vont à Jean-Philip [Caron] et les autres entraîneurs. »

« Au niveau de la rivalité, c’est sûr que ce n’est pas bon. Contre Alma, c’était toujours de bons matchs. Il y avait du monde, que ce soit Alma-Chicoutimi ou Alma-Jonquière. Ça fait un trou quand même », note Nicolas Ménachi, qui a joué contre la formation almatoise, tout comme son homologue des Gaillards du Cégep de Jonquière, François Laberge.

« Il n’y a rien de fun dans cette nouvelle-là. Pour le football régional, c’est très triste », commente pour sa part François Laberge, se rappelant de bons souvenirs, notamment du Blueberry Bowl disputé pendant de nombreuses années entre les deux équipes.

Nicolas Ménachi a une pensée pour les entraîneurs des Jeannois qui se retrouvent dans l’incertitude avec cette pause d’un an.

« C’est une équipe qui a beaucoup d’histoire », rappelle François Laberge, qui connaît également beaucoup de gens qui gravitent de près ou de loin avec les Jeannois, dont l’entraîneur-chef Jean-Philip Caron, qui était le coordonnateur défensif des Gaillards avant de s’amener à la barre de la formation almatoise.

« Il n’a rien à voir là-dedans. C’est vraiment une question de bassin, de nombre de joueurs et d’offre de programmes d’études. Tous ces facteurs mis ensemble font qu’ils ont été obligés de prendre cette décision, analyse François Laberge. Ça faisait déjà plusieurs années qu’ils n’étaient pas beaucoup. Le compte à rebours était déjà commencé. Étant donné que le football juvénile ne va vraiment pas en augmentant, et même en descendant, ça devenait impossible de redresser la barre. »

« Les mathématiques ont fini par les rattraper, image-t-il. Tu regardes au juvénile avec les Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour et les Mustangs de l’Odyssée Dominique-Racine, ce sont des clubs qui vont très bien, qui forment d’excellents joueurs, mais qui sont de moins en moins nombreux. »

« Il n’y a pas seulement Alma qui souffre du manque de joueurs, mais toutes les équipes », rappelle Nicolas Ménachi.

« On est obligés d’aller puiser en France pour avoir des équipes complètes. Au niveau de la région, il n’y a pas plus de joueurs de football à l’heure actuelle qu’il y en avait il y a quelques années. On ne souhaitait pas ça, mais ça fait plusieurs années qu’ils se débrouillaient avec un effectif assez réduit, de convenir l’entraîneur-chef des Couguars, qui ne se dit pas assez au fait du dossier pour se prononcer sur la renaissance des Jeannois après cette pause d’un an. J’ai espoir. Je leur souhaite et je le souhaite au football régional, que les Jeannois soient de retour dans le paysage rapidement. »

Quelques joueurs des Jeannois pourraient se retrouver avec les Couguars et les Gaillards, mais de l’avis des deux entraîneurs, ils veulent laisser passer quelques jours et laisser le temps aux jeunes de digérer la nouvelle avant de communiquer avec eux.