Saguenéens

Les Sags s’effondrent face aux Wildcats

Rossés 7-1 samedi par les Screaming Eagles du Cap-Breton, les Saguenéens de Chicoutimi avaient la ferme intention de se reprendre, dimanche, contre les Wildcats de Moncton, détenteurs du 2e rang au classement général du circuit Courteau. Les Bleus ont bien amorcé la rencontre, mais une explosion de cinq buts en deuxième a permis aux visiteurs de filer vers une victoire de 8-4 devant les 2061 spectateurs du Centre Georges-Vézina.

Les hommes de Yanick Jean ont débuté la rencontre avec énergie. Faisant fi d’un désavantage numérique, Jérémy Fortin (3e étoile) a inscrit son premier but du match alors qu’il n’y avait que 1mn19 d’écoulé à la rencontre. Les officiels ont tout de même eu recours à une reprise vidéo avant de confirmer le but. Toutefois, la réplique des visiteurs est venue cinq minutes plus tard. Adam Capannelli a déjoué Alexis Shank en déviant un tir pour niveler la marque. Les Sags ont toutefois eu le dernier mot de ce premier vingt lorsque Tristan Pelletier a battu le cerbère Charles-Antoine Lavallée d’un tir précis.

Élites

Gain des Élites 4-1 malgré l’indiscipline

Heureusement pour les Élites de Jonquière que les Albatros du Collège Notre-Dame n’ont pas été opportunistes, dimanche, pour le second match du programme double au Foyer des loisirs. La formation de Rivière-du-Loup n’a marqué qu’une fois en 11 avantages numériques et ce fut leur seul but de la rencontre, les Élites l’emportant 4-1 malgré leur indiscipline.

Forts d’une victoire de 5-0 samedi, les Élites pensaient peut-être que ce serait aussi facile dimanche, et ce, malgré les mises en garde des entraîneurs. Les Albatros leur ont en effet donné plus de fil à retordre dimanche, même si les locaux ont été les premiers à s’inscrire au pointage sur un tir de Vincent Dupuis (aidé de Félix Gauthier) en première. La deuxième fut plus ardue pour les locaux qui ont accumulé les pénalités consécutives. C’est d’ailleurs lors d’un jeu de puissance que les Albatros en ont profité pour niveler la marque. Le cerbère des Élites, Mathieu Boucher (2e étoile), privé de son bâton et devant composer avec beaucoup de trafic devant lui, n’a pu stopper le tir de Mathieu Fortin qui s’est logé dans le haut du filet.

Hockey

Les Jeannois engrangent les victoires sur la route

Les voyages n’affectent pas les Jeannois du Collège d’Alma, bien au contraire ! Les protégés de Pascal Hudon ont en effet vaincu les Dragons du Collège Laflèche 3-1 pour signer leur quatrième victoire consécutive et leur sixième de suite sur la route.

Les Jeannois auraient pu baisser la garde puisqu’ils disputaient un deuxième match en autant de jours sur la route, mais ils ont su au contraire bien gérer la rencontre et limiter l’adversaire à 18 tirs au but pour ainsi poursuivre leur séquence victorieuse.

Curling

Louis-Henri Jean couronné dans le A

Le quatuor de Louis-Henri Jean du Club Chicoutimi a remporté les honneurs de la classe A dans le cadre des finales du Tournoi de curling des Retraités du Saguenay-Lac-Saint-Jean présenté samedi au Club de Curling de Chicoutimi. L’équipe Jean, complétée par Paulin Thibault, Denis Pedneault et Damien Simard, a vaincu celle de Michel Gagnon de Port-Alfred en finale.

Dans le B, Rémi Brisson (Kénogami) et ses coéquipiers Jocelyn Gilbert, Alain Maltais et Roger Gobeil ont eu le meilleur sur l’équipe de Carol Bellemare (Alma). Dans le C, Jean Pagé (Chicoutimi) et ses coéquipiers Daniel Côté, Marc Tremblay et Gilbert Bergeron ont eu raison de l’équipe de Robert Beaupré (Alma). Et dans le D, Gilles Potvin (Roberval) et ses coéquipiers Denis Fleury, Denis Langevin et Claire Turgeon ont raflé les honneurs aux dépens de Pierre Tremblay (Chicoutimi).

Sports

Deuxième titre du Bol d'Or en trois ans pour les Gaillards

Les Gaillards de Jonquière sont de retour au sommet de la division 3 du football collégial. Ils ont fait les choses en grand samedi soir, lors de la finale du Bol d’Or à Montréal, s’imposant au compte de 45-13 pour être couronnés pour une deuxième fois en trois ans.

« Un c’est bien, mais deux c’est mieux », s’est exclamé l’entraîneur-chef François Laberge au micro de la webdiffusion après la rencontre, soulignant que le plan de match était d'ébranler la défensive adverse avec de nombreuses courses au sol avec un froid de canard. 

«La première fois, on ne se rend pas compte à quel point c’est difficile de gagner le Bol d’Or. Ça demande énormément de sacrifices et chapeau aux gars qui ont embarqué dans le bateau. »

Les Gaillards participaient au Bol d’Or pour une troisième année consécutive, l’ayant emporté en 2016 avant de s’incliner l’an dernier. Cette victoire ultime met un point d’exclamation à une saison parfaite de 11 victoires pour les Jonquiérois. Leur victoire est d’autant plus impressionnante car les Indiens n’avaient permis que 95 points en saison régulière et seulement huit en deux rencontres éliminatoires, eux qui évoluaient également sur leur terrain pour cette finale. 

« On avait beaucoup de talent, mais on ne voulait pas s’assoir là-dessus. On a été extrêmement durs avec eux tout au long de la saison et ils ont répondu. C’est un groupe vraiment spécial », a louangé François Laberge qui a eu droit à la traditionnelle douche de Gatorade à la fin de la rencontre. 

Les Gaillards ont frappé les premiers, sur leur séquence initiale à l’attaque. Jordan Fortin a obtenu la majorité des verges au sol et son partenaire français dans le champ-arrière Glodi Halafu a complété sur une course de neuf verges. Les Indiens ont immédiatement répliqué, encore une fois au sol quand Laurent Sansalone a gambadé pour 45 verges jusqu’à la zone des buts. Le botté d’après-touché a été raté si bien que les Jonquiérois avaient toujours les devants. Après un placement de 22 verges de l’homme à tout faire Glodi Halafu, les Gaillards ont franchi la zone payante pour une deuxième occasion. Cette fois, le quart-arrière Frédéric Clements a complété une longue séquence en gardant le ballon après une feinte de remise pour porter le pointage à 17-6. 

Après avoir causé un revirement à leur ligne de quatre, les Gaillards ont ensuite concédé un touché à la défensive adverse. Après une mauvaise remise entre le quart-arrière et le porteur de ballon, les Indiens ont récupéré le ballon pour se rapprocher à quatre petits points. Les deux équipes semblaient se diriger à la demie avec ce pointage de 17-13, mais les Indiens ont été à leur tour victimes d'une mésaventure offensive. Avec une dizaine de secondes à faire, loin dans leur territoire, les Indiens ont tenté une course et le ballon a été échappé puis récupéré par les Gaillards pour le touché et une avance beaucoup plus confortable pour les représentants régionaux. Les deuxième demie a ensuite été complètement à l'avantage des Jonquiérois. 

À son dernier match collégial avant de faire le saut dans les rangs universitaires, le meneur de la défensive jonquiéroise et joueur défensif par excellence de la division 3, Philippe Lavoie, s’est même permis un touché à la suite d’une interception, ramenant le ballon sur plus de 50 verges. 

« On était prêts. On avait un excellent plan de match et on a exécuté les jeux. Ça donne ce que ça donne», a confié le joueur le plus utile de la rencontre. 

Mathieu Lachance a cogné le dernier clou en fin de rencontre sur une course d’une quarantaine de verges, se permettant un plongeon dans le banc de neige derrière la zone des buts.

Sports

Défaite et bagarre générale pour les Marquis

Dans un match qui s’est terminé avec une bagarre générale, les Marquis de Jonquière ont bien essayé, mais ont été incapables marquer plus d’un but, s’inclinant pour une première fois en quatre affrontements face au Cool FM de Saint-Georges, 4-1 devant 1198 spectateurs au Palais des sports.

Concernant le match, il se résume en deux choses: 0 en 9 et Steven Veilleux. Les Jonquiérois ont mordu la poussière en neuf occasions en supériorité numérique et le gardien du Cool FM a fait le reste du travail, repoussant 38 rondelles. Les Marquis ont même permis aux visiteurs de s’inscrire au pointage alors qu’ils évoluaient avec un homme en plus. Les Jonquiérois tiraient de l’arrière 4-0 avec une dizaine de minutes à faire quand Christian Ouellet est parvenu à faire bouger les cordages, mais trop peu, trop tard. 

«C’est un manque d’opportuniste, vraiment », a convenu l’entraîneur-chef jonquiérois Benoit Gratton. 

« On a neuf avantages numériques et on n’a pas réussi à marquer. Il faut donner le crédit au gardien de l’autre côté, il a été vraiment solide. On a frappé quatre poteaux. On a dominé deux pour un dans les tirs et les chances de marquer. Je sais que ça fait cliché, mais c’est un match où la rondelle ne roulait pas pour nous. Eux, ils ont été opportunistes sur leurs chances et leur gardien a fait des arrêts au bon moment. C’est sûr que si on est capables de marquer une ou deux fois en avantage numérique, on sort peut-être avec la victoire, de rappeler Gratton.  Aussitôt qu’on avait un peu le momentum, ils marquaient au bon moment. C’était un match comme ça. Tu en as tout le temps une couple dans une saison où tu as des chances et des chances, mais le gardien de l’autre bord ‘’goale sur la tête’’. Si tu regardes le pointages, 4-1, tu te dis qu’on a été dominés, mais honnêtement, ce n’est pas comme ça que ça s’est joué » 


Canadien

Drouin donne la victoire au CH à Vancouver

VANCOUVER - Jonathan Drouin a récolté un but et une aide en deuxième moitié de troisième période et il a mené le Canadien de Montréal vers une victoire de 3-2 face aux Canucks de Vancouver samedi soir au Rogers Arena.

Drouin a d'abord participé au filet égalisateur d'Andrew Shaw (6e) marqué à 11:41 lorsqu'une passe de Max Domi, venue de derrière le filet, a frappé le patin droit de l'attaquant pour glisser derrière Jacob Markstrom.

Ce faisant, Domi obtenait un point dans un neuvième match d'affilée.

Un peu moins de six minutes plus tard, et seulement huit secondes après le début d'une punition à Michael del Zotto, Drouin a récolté son septième but de la saison grâce à un superbe tir frappé de la ligne bleue qui s'est faufilé dans la partie supérieure gauche et que Markstrom a semblé ne jamais voir.

Tomas Tatar (9e), en milieu de deuxième période, avait permis au Canadien d'inscrire le premier but du match à la suite d'une longue et précise passe de Jeff Petry.

Le Canadien a terminé la rencontre avec 31 tirs vers Markstrom.

Del Zotto (1er), vers la fin de la deuxième période, et Elias Pettersson (11e), lors d'un avantage numérique au milieu du troisième vingt, ont déjoué Carey Price, solide pour une deuxième partie d'affilée.

Price, qui a fait face à 38 tirs dont 19 lors de la seule troisième période, a notamment réalisé un arrêt-clé aux dépens de Markus Granlund quelques instants avant que Shaw n'égale la marque.

En battant les Canucks, les hommes de Claude Julien ont signé une deuxième victoire de suite pour la première fois en un mois. Entre les 13 et 17 octobre, le Canadien avait tour à tour défait les Penguins de Pittsburgh, les Red Wings de Detroit et les Blues de St. Louis.

Cette fois, ces deux victoires d'affilée sont venues à la fin d'un périple de trois matchs dans l'Ouest canadien qui avait très mal commencé à Edmonton mardi soir.
Le Canadien reprendra le collier lundi soir au Centre Bell face aux Capitals de Washington.

Sports

La progression des Jeannois se poursuit

Avec une troisième victoire consécutive et sur cinquième sur la route, les Jeannois du Collège d’Alma ont renoué avec la barre de .500 samedi soir, l’emportant 2-1 sur les Couguars du Cégep Champlain-Lennoxville.

Les Jeannois ont du même coup franchi la mi-saison et montrent un dossier de 9-1. Les Almatois sont en forte progression, eux qui n’avaient qu’une seule victoire après leurs sept premières rencontres. «La victoire c’est une chose, mais dernièrement, c’est surtout la façon. La semaine dernière, on a perdu notre blanchissage avec une minute à faire et là, on s’est fait marquer en désavantage numérique à deux minutes et demie de la fin alors qu’ils avaient enlevé leur gardien. C’est une équipe très offensive avec beaucoup de profondeur. Présentement, les gars sont en train de démontrer qu’on est capables de compétitionner avec ces équipes-là. Notre jeu sans la rondelle est beaucoup meilleur et en même temps, avec la rondelle, on prend de bonnes décisions et on réussit à générer des choses intéressantes », a laissé tomber l’entraîneur-chef Pascal Hudon après la rencontre. 

Les Jeannois ont pris les devants 2-0 en fin de première période, sur des réussites de l’ancien des Sags Marc-Antoine Massé, son 12e de la saison, puis de Charles-Éric Rochefort. Ce pointage a tenu jusqu’en toute fin de match. Philippe Bond, qui a fait face à 40 tirs, a cédé pour la seule fois de la rencontre lors d’un avantage numérique. 

« On a disputé un super bon match. Gagner 2-1 contre Lennoxville à Sherbrooke, les gars se sont bien présentés. On avait un bon plan et les gars sont restés dans les consignes. On n’a pas donné beaucoup de revirements, ni de chances de marquer. Les lancers qu’on a donnés, ce sont des tirs que ça ne me dérangeait pas de donner. Dans l’ensemble, tout ce qui touche l’aspect sans la rondelle a été bon. Nos défenseurs ont bien fait et on a fait de bonnes choses sur la relance. Les gars ne se sont pas cassé la tête à essayer des jeux compliqués », de souligner Pascal Hudon, ajoutant que ses troupiers n’avaient pas non plus effectué d’erreurs mentales. 

« On a bien géré le match. On avait les devants en fin de troisième et on n’a pas joué sur les talons. On a continué de jouer avec confiance. Ça me prouve qu’on a pris beaucoup de matûrité dans notre jeu dernièrement », d’insister l’entraîneur-chef. 

Les Jeannois seront du côté de Trois-Rivières dimanche, face aux Dragons du Collège Laflèche. 

Sports

Les Sags corrigés par les Screaming Eagles

Le retour des Sags devant leurs partisans a été pour le moins difficile samedi. Complètement dominés par les Screaming Eagles du Cap-Breton, les Chicoutimiens ont été corrigés 7-1 devant 2717 spectateurs au centre Georges-Vézina.

Les Sags ont permis leur plus grand nombre de buts dans une rencontre cette saison pour ainsi subir un quatrième revers de suite.  

«Ce n’était pas une question de structure, mais d’engagement. Sur ce plan, on a été de A à Z. À aucun moment, on était proches », a laissé tomber l’entraîneur-chef Yanick Jean, très incisif dans son point de presse d’après-match, profitant de la tribune pour passer un message à ses troupiers. 

« Il y en a qui ne comprennent pas qu’en ce moment, je suis menotté un peu, mais qu’à partir de la semaine prochaine, il va en avoir trois autres de retour. Je pense que certains ont de la misère à compter et ne savent pas qu’ils vont à leur tour se retrouver dans les estrades la semaine prochaine. Pour moi, il  y en a qui ne savent pas compter jusqu’à 12 », a-t-il averti, ouvrant la porte à laisser de côté des vétérans. 

« Ça s’est sûr, ça s’est sûr », a-t-il répété.

Sports

Les Élites blanchissent l'Albatros

Les Élites de Jonquière ont profité de la visite de la dernière équipe au classement de la Ligue midget AAA du Québec, l’Albatros du Collège Notre-Dame, au Foyer des Loisirs pour renouer avec la victoire, par blanchissage, au compte de 5-0. Ils ont maintenant remporté cinq de leurs six dernières rencontres.

Avant la journée de samedi, l’attaquant Félix Gauthier n’avait que deux buts à sa fiche. Il en compte maintenant cinq. Normalement utilisé sur un trio plus défensif et en désavantage numérique, Gauthier prenait la place de Mathieu Lavoie, blessé à un pied, sur la première vague d’avantage numérique et il en a fait le maximum, marquant deux fois sur l’attaque massive avant de compléter son tour du chapeau en troisième à forces égales.

«C’est le fun de le voir prendre sa chance. On espère maintenant que cette performance va lui donner confiance et qu’il va continuer de lancer quand il en a l’occasion », de raconter l’entraîneur-chef Steve Thériault. 

Le gardien de 15 ans William Blackburn en a profité pour signer un deuxième jeu blanc consécutif, lui qui avait fait la même chose la semaine dernière à Châteauguay. Cette fois, il  a repoussé 21 tirs alors que les Élites ont dirigé 35 lancers sur le filet adverse. Son pourcentage d’arrêt de .921 le place au 4e rang du circuit provincial en plus de montrer une moyenne plus que respectable de 2.35. «Pour moi, c’est le meilleur gardien de 15 ans de la ligue. Si tu demandes à quelqu’un de plus pondéré, il va certainement te répondre qu’il fait partie du top-3 », d'estimer l'entraîneur.