Tennis Canada annule d’autres tournois

Sports

Tennis Canada annule d’autres tournois

Évoquant la «situation exceptionnelle» provoquée par la pandémie de la COVID-19, les dirigeants de Tennis Canada ont annoncé jeudi l’annulation de tous les tournois nationaux et internationaux prévus jusqu’au 31 octobre. 

L’annonce survient à quelques jours de ce qui aurait dû être le début des volets féminin et masculin de la Coupe Rogers à Montréal à Toronto, respectivement. Les deux évènements, qui devaient être présentés du 10 au 16 août, ont été reportés à 2021. 

Au total, neuf tournois ont été annulés, dont quatre devaient avoir lieu au Québec. La liste inclut le Challenger de Saguenay, une épreuve professionnelle féminine de l’ITF dotée d’une bourse de 60 000 $, qui devait être présentée du 19 au 25 octobre. 

La Coupe Leblanc, un tournoi junior du Circuit World Tour de l’ITF, prévu du 12 au 19 septembre à Québec, est lui aussi annulé. 

Dans un communiqué, Tennis Canada dit continuer de suivre de près la situation causée par le coronavirus et reste en contact avec l’Agence de la santé publique du Canada et les diverses organisations de tennis nationales et internationales. 

Compte tenu de l’évolution de la crise aux quatre coins de la planète, des recommandations des représentants de la Santé publique et des restrictions de déplacements toujours en vigueur entre certains pays, Tennis Canada juge qu’il est plus prudent d’annuler ces tournois pour assurer la santé et la sécurité de tous. 

«L’annulation de ces tournois n’est évidemment pas un scénario idéal, mais la santé et la sécurité des joueurs, de leur équipe, des amateurs et des collectivités hôtes responsables de ces compétitions demeurent notre priorité absolue», a mentionné Hatem McDadi, premier vice-président du développement du tennis de Tennis Canada, dans un communiqué. 

«Nous surveillons donc de près ce qui se passe ailleurs dans le monde alors que nous nous préparons pour un retour sécuritaire à la compétition au niveau national et international.» 

Michael Downey, président et chef de la direction de Tennis Canada, a rappelé que l’organisation avait dû annuler une trentaine de tournois s’adressant à toutes les catégories de joueurs depuis le début de la crise. 

À cela, a-t-il aussi noté, s’ajoutent les pertes financières liées au report de la Coupe Rogers, un évènement qui contribue au développement du tennis au Canada. 

«Nous savons que la situation n’est guère plus facile pour les associations provinciales de tennis, les clubs et les municipalités. Il va sans dire qu’il s’agit d’une période très difficile pour toute l’industrie du tennis. Toutefois, nous continuons de nous engager à prendre des décisions qui favorisent un environnement sportif sécuritaire.»

La saison de la LBJEQ en péril?

Baseball

La saison de la LBJEQ en péril?

L’excellent début de saison des Voyageurs de Saguenay dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ) pourrait être en péril alors que des joueurs d'une ou plusieurs formations du circuit ont été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19.

Les identités du joueur et de son équipe sont restées confidentielles. D’autres cas sont également suspectés à travers le circuit, ce qui pourrait compromettre le reste de la saison.

Place à la Coupe Québec de vélo de montagne à Saint-Félicien

Sports

Place à la Coupe Québec de vélo de montagne à Saint-Félicien

Malgré les fortes pluies des derniers jours, la Coupe Québec de vélo de montagne de Saint-Félicien sera bel et bien présentée les 8 et 9 août avec un nombre impressionnant d’athlètes québécois qui prendront le départ, dont l’olympien d’Alma Léandre Bouchard.

En tout, ce sont plus de 400 athlètes qui prendront part aux courses de cross-country, samedi, et au contre-la-montre, dimanche. Parmi les autres athlètes à surveiller, il y aura le Félicinois Victor Verreault, champion en titre de la course, ainsi que Laurie Arseneault, la championne canadienne des moins de 23 ans et 9e des mondiaux juniors en 2019.

Les Mercenaires toujours dans le néant

Football senior

Les Mercenaires toujours dans le néant

Les activités sportives reprennent peu à peu dans plusieurs disciplines, mais le football est toujours dans l’attente de l’acceptation d’un plan de relance de la part des autorités sanitaires. Les Mercenaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean de la Ligue de football senior 12 vs 12 (LFS12), qui jouent habituellement durant la saison estivale, font partie des clubs qui vivent toujours d’espoir d’avoir une saison 2020, mais plus le temps passe, plus les chances sont faibles.

Pour l’instant, rien ne laisse croire que la situation débloquera dans les prochains jours, voire les prochaines semaines. « Je regarde les différents associations, collégiales, universitaires et autres, tout le monde veut une saison, mais en ce moment, il n’y a rien. On a envoyé un plan de relance à Football Québec, mais eux doivent l’envoyer au gouvernement et on n’a pas de réponse. On attend après le RSEQ, on attend après le gouvernement, tout le monde attend après tout le monde à savoir qui va bouger en premier », a expliqué le président par intérim des Mercenaires, Jacques Guertin.

Le tournoi de golf Chez Georges remporté avec une carte de 57

Sports

Le tournoi de golf Chez Georges remporté avec une carte de 57

Karl Sirois, Daniel Fleury, Carl Descôteaux et Paul Boivin ont remporté le traditionnel tournoi de golf du restaurant Chez Georges mercredi, au Club de golf de Chicoutimi. Le quatuor a complété le parcours en 57 coups, soit 15 en dessous de la normale de 72.

Les quatre hommes ont devancé par deux coups quatre équipes, celles de Samuel Reid (Martin Dufour, Mathieu Hamel et Jonathan Banford), d’Alex Bernier (Louis Hudon, Yves Gagnon et Bernard Bergeron) et de François Aubin (Fred Coudé, Jean-François Abraham et Dany Saint-Pierre).

Guillaume Boivin privé d’une belle occasion en Italie

Cyclisme

Guillaume Boivin privé d’une belle occasion en Italie

Le cycliste Guillaume Boivin a été privé d’une belle occasion de briller au Milan-Turin, en Italie, mercredi. Le coureur qui a grandi au Saguenay a été coincé derrière une chute avec huit kilomètres à faire, l’empêchant de venir en aide à son sprinteur Davide Cimolai.

Boivin, qui roule pour la formation fraîchement licenciée WorldTour Israël Start-Up Nation, a finalement terminé au 140e échelon, à un peu moins de six minutes du vainqueur, Arnaud Démare (Groupama-FDJ). Cimolai a pour sa part, complété le parcours en 14e position. Heureusement pour lui, Boivin n’a pas chuté.

LCF: la demande de prêt vise à couvrir les opérations de 2020, si saison il y a

Football

LCF: la demande de prêt vise à couvrir les opérations de 2020, si saison il y a

TORONTO — La majeure partie de la demande de prêt sans intérêt de 30 M$ de la LCF au gouvernement fédéral vise à couvrir les opérations d’une saison qui serait écourtée.

Une source au courant de la situation a déclaré que le plan de la LCF prévoyait environ 28 M$ pour une campagne abrégée.

La source de la LCF a requis l’anonymat, car ni la ligue ni le gouvernement n’ont divulgué les détails de la demande de prêt.

Le conseil des gouverneurs de la LCF doit se réunir jeudi, mais on ne sait pas si — le cas échéant — les détails de la négociation de la ligue avec Ottawa seront présentés.

Le gouvernement fédéral exigeait une certitude des coûts de la LCF. Il fallait également un plan de remboursement précis ainsi que l’approbation par Santé Canada des protocoles de santé et de sécurité que la ligue mettrait en œuvre.

Environ 19 M$ serviraient à couvrir les salaires des joueurs et le fonctionnement de la bulle de la LCF à Winnipeg, ville centrale provisoire. Une somme d’environ 14 M$ serait allouée aux coûts de la ville centrale comme la nourriture et l’hébergement, les tests et les bus pour les joueurs, les entraîneurs et le personnel de soutien.

Environ cinq millions $ iraient aux salaires des joueurs. Cependant, la LCF compenserait tout déficit de paiement de ses joueurs.

Un montant estimé à cinq millions $ irait aux entraîneurs et au personnel de soutien.

Environ quatre millions $ seraient disponibles pour couvrir les frais accessoires.

La LCF a refusé de commenter mercredi.

Le commissaire Randy Ambrosie a déclaré que le circuit de neuf équipes a collectivement perdu plus de 20 M$ en 2019.

Sans football à ce point-ci en 2020, les équipes ont eu peu d’occasions de générer des revenus, car la vente de billets est la principale source de revenus de toutes les équipes.

Ambrosie a déclaré que la saison abrégée pourrait commencer au plus tôt le mois prochain. Mais il a également déclaré qu’une campagne annulée restait une possibilité.

La LCF continue de rencontrer l’Association des joueurs au sujet de la modification de la convention collective actuelle afin de permettre une saison abrégée.

Le dérangeant patron de l’antidopage russe sur la sellette

Sports

Le dérangeant patron de l’antidopage russe sur la sellette

MOSCOU — Le conseil de surveillance de l’agence antidopage russe (Rusada) a recommandé mercredi le limogeage du dérangeant patron de cet organisme clé de la lutte contre le dopage, Iouri Ganous, qui mène campagne pour dénoncer le manque d’engagement des autorités contre la triche sportive.

M. Ganous, directeur général de Rusada, à rebours du Kremlin, avait jugé logique en décembre la mise au ban de la Russie du sport mondial, compte tenu de l’ampleur des fraudes reprochées à Moscou.

Mercredi, le conseil de surveillance de Rusada, qui était déjà allé à l’encontre de certaines des prises de position de son dirigeant, a annoncé aux agences de presse russes que le limogeage de M. Ganous se devait d’être examiné en raison d’un audit ayant révélé des infractions dans la gestion interne de l’organisation.

«Bien sûr (qu’il s’agit d’une vengeance), c’est une lutte. Ce que nous disons ne plaît pas, alors que nous nous battons pour un sport propre», a dit à l’AFP M. Ganous, qualifiant par ailleurs l’audit concerné «d’incomplet, infondé et discutable».

La décision de le limoger reviendra aux fondateurs de l’agence, les comités olympique et paralympique russes, ceux-là mêmes qui ont publié l’audit visant la gestion de Rusada.

Selon M. Ganous, le limogeage d’un directeur général indépendant des autorités «risque d’aboutir à des sanctions encore plus lourdes» contre le sport russe, à l’heure où Moscou conteste devant le Tribunal arbitral du sport son exclusion prononcée en décembre des JO et de tout championnat du monde.

Un seul des sept membres du conseil de surveillance, Sergueï Khytchikov, a voté contre cette recommandation, selon ce dernier.

«Je considère cette décision comme infondée et injuste [...] je la considère, comme mauvaise pour Rusada et l’antidopage russe», a-t-il dit à l’agence TASS.

L’Agence mondiale antidopage (AMA) s’est dite «extrêmement préoccupée» par cette recommandation.

«C’est un élément essentiel du code mondial antidopage que les organisations nationales antidopage, telles que Rusada, restent à l’abri de toute ingérence des comités nationaux olympiques et paralympiques dans leurs décisions et activités afin qu’elles puissent mener leur travail de façon efficace», a-t-elle souligné, dans un communiqué.

«L’AMA demandera des éclaircissements supplémentaires aux autorités russes et envisagera toute autre mesure qui pourrait être nécessaire après avoir discuté de la question avec le Comité de révision de la conformité (CRC)», a-t-elle prévenu.

En décembre 2019, lorsqu’elle avait déclaré Rusada non conforme au code mondial antidopage, l’AMA avait conditionné la réintégration éventuelle de l’agence russe au respect de son indépendance, a-t-elle souligné.

Le chef du Comité olympique russe Stanislav Pozdniakov a de son côté indiqué une prochaine réunion pour évoquer la recommandation du limogeage de Iouri Ganous, à laquelle il s’est dit favorable dans un communiqué : «Malheureusement, nos peurs se sont révélées être réelles», a-t-il déclaré, assurant que les violations citées dans l’audit sont «très graves».

En 2019, M. Ganous avait jeté un pavé dans la mare, accusant dans des termes à peine voilés les autorités russes d’avoir falsifié des données transmises à l’AMA pour camoufler les résultats des tests de sportifs russes.

La Russie est au cœur d’un gigantesque scandale de dopage depuis qu’une commission de l’AMA a révélé en 2015 que Moscou avait mis en place depuis 2011 un système institutionnel de dopage, actif notamment pendant les JO-2012 de Sotchi.

Le Kremlin a dénoncé à maintes reprises une cabale orchestrée par ses concurrents géopolitiques.

Judo Québec réclame «un vrai dialogue» avec la Santé publique

Sports

Judo Québec réclame «un vrai dialogue» avec la Santé publique

Même en vacances dans sa région natale, le président de Judo Québec, Patrick Kearney, n’en démord pas. Il continue de réclamer une rencontre avec la Santé publique pour pouvoir plaider une véritable reprise des activités dans les sports de combat.

«Je veux avoir un vrai dialogue avec la Santé publique. C’est tout ce que les sports de combat demandent. Quand on se parle, on finit par se comprendre et trouver un terrain d’entente», fait-il valoir en entrevue.

Pierre Lavoie appuie la FAEQ en roulant au Défi 808 Bonneville

Sports

Pierre Lavoie appuie la FAEQ en roulant au Défi 808 Bonneville

Cofondateur du Grand défi qui porte son nom, Pierre Lavoie appuiera la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec (FAEQ) et sa mission en participant à la 4e édition du Défi 808 Bonneville, un défi cycliste qui aura lieu comme prévu les 18 et 19 septembre à Mont-Tremblant.

Même si l’organisme qui soutient les étudiants-athlètes québécois pendant leurs études, mais aussi après, dont plusieurs de la région, existe depuis des années, le Saguenéen avoue qu’il n’a découvert son existence que l’an dernier.

Le golf une rare fois sur pause en raison de la pluie

Sports

Le golf une rare fois sur pause en raison de la pluie

Fait plutôt rare cet été, la majorité des clubs de golf du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont dû fermer leur terrain pendant quelques heures lundi matin en raison des pluies abondantes tombées durant la nuit, auxquelles se sont ajoutées des averses passagères en matinée.

En fait, à l’issue d’une tournée téléphonique auprès des différents clubs de la région, seul le terrain du club Saguenay Arvida est demeuré ouvert toute la journée.

Championnat de golf à Lachute: Anthony Jomphe termine au 37e rang

Sports

Championnat de golf à Lachute: Anthony Jomphe termine au 37e rang

Les averses importantes tombées dimanche ont chamboulé le programme des deux championnats provinciaux présentés au Club de golf Lachute en fin de semaine, réduisant le tournoi de trois à deux rondes seulement. Trois joueurs de la région, Anthony Jomphe, Matthew Dufour et Sarah-Maude Lefebvre, étaient sur les rangs.

Le Championnat provincial amateur masculin a couronné Malik Dao (Summerlea), le frère cadet de Céleste Dao qui avait été couronnée au Championnat provincial junior tenu à Chicoutimi en 2018. Ce dernier a connu une excellente deuxième ronde en remettant une carte de 67 (-5) pour filer vers la victoire. Samedi, en ronde initiale, il avait joué une ronde de 70.

Saint-Félicien finaliste au concours Kraft Hockeyville

Sports

Saint-Félicien finaliste au concours Kraft Hockeyville

La ville de Saint-Félicien fait partie des quatre finalistes de Kraft Hockeyville Canada 2020. La ville gagnante, qui sera annoncée le 15 août à la suite d’un vote populaire, accueillera un match présaison de la Ligue nationale de hockey, en plus de recevoir 250 000 dollars pour la rénovation de l’aréna. 

La ville de Saint-Félicien fait partie des quatre finalistes de Kraft Hockeyville Canada 2020. La ville gagnante, qui sera annoncée le 15 août à la suite d’un vote populaire, accueillera un match présaison de la Ligue nationale de hockey, en plus de recevoir 250 000 dollars pour la rénovation de l’aréna.

L’annonce des quatre finalistes qui a été faite dimanche soir, à Sportsnet, lors du match entre les Maple Leafs de Toronto et les Blue Jackets de Colombus, sous les applaudissements d’une vingtaine de personnes qui s’étaient réunies au Centre sportif Marianne St-Gelais pour l’occasion, dont plusieurs bénévoles, ainsi que quelques élus, dont le maire de Saint-Félicien, Luc Gibbons. « On est extrêmement heureux de cette annonce, a-t-il commenté quelques secondes après l’annonce officielle. Après plusieurs mois sur pause, c’est un beau signal qui donne espoir. Il va maintenant falloir se mobiliser et je demande à toute la région de nous appuyer dans notre démarche. » 

Étant donné que la ville de Saint-Félicien est la seule ville du Québec en nomination, le premier magistrat s’attend aussi à ce que toute la province appuie le projet.

Pour être finaliste, les villes devaient rédiger des histoires inspirantes qui racontent « comment votre collectivité incarne l’esprit du hockey ». Ce volet comptait pour 80% du pointage, et le 20% restant venait des points de ralliement, c’est-à-dire en partageant les histoires sur les réseaux sociaux, en ajoutant des photos, des vidéos, des émojis ou des commentaires.

Nicolas Claveau: après le tour du lac, la traversée du Canada en vélo à bras

Sports

Nicolas Claveau: après le tour du lac, la traversée du Canada en vélo à bras

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’Almatois d’origine Nicolas Claveau a une détermination de fer. En fin de semaine, l’homme de 38 ans atteint de l’ataxie de Charlevoix-Saguenay a effectué le tour du lac Saint-Jean en vélo à bras (handbike) au profit de la recherche pour cette maladie dégénérative et en vue de la traversée du Canada qu’il prévoit concrétiser en juillet 2021.
Golf régional: William Littlejohn couronné à Port-Alfred

Sports

Golf régional: William Littlejohn couronné à Port-Alfred

La jeunesse a eu le meilleur sur l’expérience lors du dernier tournoi du circuit régional de Golf Québec tenu dimanche au Club de golf Port-Alfred, à La Baie. Dans la classe AA, Willian Littlejohn a remis une carte de 72, pour devancer d’un coup son coéquipier du club Chicoutimi William Bourque et ainsi remporter les honneurs du tournoi qui a réuni une cinquantaine de golfeurs, dont une douzaine de Baie-Comeau.

Gaston Jomphe du Club Lac-Saint-Jean/Saint-Gédéon a pris le troisième rang avec un pointage de 76. Dans la classe A, la lutte a été si serrée qu’il a fallu départager le vainqueur grâce à son deuxième neuf. Jean Castonguay du Domaine Lac-Saint-Jean/Saint-Prime et Elliot Fortin club Lac-Saint-Jean/Saint-Gédéon avaient tous deux remis une carte de 77, mais M. Castonguay avait joué un meilleur deuxième neuf pour ainsi remporter la palme. Jean-Marc Perron du Club Saguenay Arvida complète le podium avec une ronde de 79.

Le O Canada uniquement en anglais a fait grincer bien des dents

Hockey

Le O Canada uniquement en anglais a fait grincer bien des dents

MONTRÉAL — La décision de la Ligue nationale de hockey (LNH) de présenter une version uniquement en anglais de l'hymne national canadien a fait grincer bien des dents au Québec.

L'ancien maire de Montréal et ancien ministre fédéral, Denis Coderre, est l'un de ceux qui ont critiqué le circuit pour l'absence d'un passage en français du «Ô Canada» interprété avant le match de samedi opposant les Canadiens aux Penguins de Pittsburgh.

«Pas foutu de faire l'hymne national dans les 2 langues... merci [AT]NHL», a réagi M. Coderre sur son compte Twitter.

Grand Prix de Grande-Bretagne: victoire d’Hamilton <em>in extremis</em> devant Verstappen

F1

Grand Prix de Grande-Bretagne: victoire d’Hamilton in extremis devant Verstappen

SILVERSTONE — Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté in extremis le Grand Prix de F1 de Grande-Bretagne dimanche, franchissant la ligne d’arrivée avec le pneu avant gauche quasiment déchiqueté juste devant Max Verstappen (Red Bull) qui fondait sur lui.

Le Britannique a ainsi arraché sa septième victoire dans son Grand Prix national et s’envole au championnat avec désormais 30 points d’avance après quatre courses sur son coéquipier Valtteri Bottas qui a lui aussi crevé dans les derniers tours.

Alors que la course a été relativement insipide avec les deux Mercedes caracolant devant leurs rivales, les derniers tours ont réveillé les commentateurs, en face des tribunes vides pour cause de coronavirus.

Les crevaisons des deux Mercedes, celle de la McLaren de Carlos Sainz, elle aussi dans les points, et la remontée de Max Verstappen ont relancé l’intérêt dans les dernières minutes.

«Jusqu’à ce dernier tour, tout se passait bien. Quand j’ai entendu que Valtteri avait crevé, j’ai regardé mes pneus et tout semblait aller, mais soudain j’ai crevé aussi. J’ai essayé de garder de la vitesse sans casser la jante», a souligné Hamilton après l’arrivée.

Verstappen rate l’occasion 

Pensant qu’il avait déjà perdu la course face aux intouchables Flèches Noires, Verstappen a sans doute perdu la victoire en s’arrêtant dans l’avant-dernier tour pour chausser des pneus neufs qui lui ont permis de battre le record du tour et de marquer un point supplémentaire.

Mais cet arrêt lui a aussi coûté le temps qui lui aurait permis de doubler Hamilton juste avant la ligne d’arrivée et d’empocher les 25 points de la victoire au lieu des 19 de la 2e place et du point supplémentaire du record du tour.

«C’est toujours facile à dire après-coup», a constaté, quand même un peu dépité, le jeune Néerlandais qui talonne désormais Bottas de quatre points au classement provisoire du Championnat du monde.

«On peut aussi s’estimer heureux que Valtteri ait crevé lui aussi et peut-être que si je ne m’étais pas arrêté, j’aurais eu le même problème», a-t-il rappelé.

C’est du coup Charles Leclerc (Ferrari) qui hérite d’une troisième place inespérée après avoir fait l’essentiel de la course en quatrième position. Il a profité de la crevaison de Bottas pour monter sur le podium alors que les monoplaces italiennes connaissent actuellement un passage à vide.

Déjà troisième l’an dernier sur ce même circuit de Silverstone, il a avoué que son résultat était «beaucoup plus inespéré» cette année.

«Je suis content de la façon dont nous avons travaillé ce weekend. Je ne voudrais pas avoir à me battre pour la 4e place pendant trop longtemps, mais pour le moment je m’en contente», a déclaré le pilote monégasque qui semble porter sur ses épaules les destinées de l’écurie italienne.

Car son coéquipier Sebastian Vettel, pourtant quadruple champion du monde, a dû se contenter du point de la 10e place après une course anonyme. Le pilote allemand sait déjà qu’il ne fera plus partie de la Scuderia l’an prochain et sa motivation pourrait s’en ressentir.

Le malchanceux du jour a certainement été un autre Allemand, Nico Hülkenberg : appelé à la dernière minute pour remplacer le Mexicain Sergio Pérez, positif au coronavirus, chez Racing Point, «Hulk» n’a même pas pu prendre le départ, son moteur ne démarrant pas.

Les rebondissements des derniers tours ont profité à Renault. L’Australien Daniel Ricciardo a pris la quatrième place et Esteban Ocon la sixième, montrant un net regain de forme pour l’écurie française qui avait apporté des améliorations à sa monoplace à Silverstone.

Un autre Français, Pierre Gasly (Alpha Tauri) a lui aussi obtenu une belle septième place alors que son coéquipier, le Russe Daniil Kvyat était victime d’un spectaculaire accident, détruisant sa monoplace.

Garder la même recette et être prêt à contrer les ajustements des Penguins

Canadien

Garder la même recette et être prêt à contrer les ajustements des Penguins

TORONTO — Le Canadien a réussi à appliquer la recette du succès lors du premier match face aux Penguins de Pittsburgh, samedi soir, mais la formation montréalaise garde les deux pieds sur terre.

Le Tricolore a causé l'une des surprises de la première journée du tournoi de relance de la LNH en battant les Penguins 3-2 en prolongation. Après avoir bravé la tempête, les hommes de Claude Julien ont réussi à limiter les dégâts, malgré sept infériorités numériques.

«Au fur et à mesure que le match avançait, nous étions plus à l'aise dans notre manière de jouer contre eux, a souligné Julien en visioconférence, dimanche matin. Nous avons terminé le match en force, et pas seulement en infériorité numérique, mais aussi du côté des lancers et des chances de marquer. Nous avions de l'énergie en prolongation.

«En zone neutre, nous leur donnions trop de vitesse, mais nous nous sommes ajustés. L'échec-avant pourrait aussi être meilleur. Ça nous permettrait de créer des revirements et de créer encore plus de chances de marquer.»

Carey Price et Nick Suzuki ont été les deux vedettes de la rencontre pour le Canadien. Price a été particulièrement solide en début de match, pendant que le reste de l'équipe trouvait ses repères. Pour sa part, Suzuki s'est notamment retrouvé à l'avant-plan en infériorité numérique, alors que Phillip Danault s'est retrouvé trois fois au cachot.

«[Suzuki] n'a pas joué comme une recrue, mais plutôt comme un vétéran, a souligné Danault. C'était un bon test pour lui, et il a répondu de brillante façon.»

Suzuki a également touché la cible tôt en deuxième période, ce qui offrait une avance de 2-0 au Canadien. Les Penguins ont réussi à créer l'égalité, mais Jeff Petry a finalement joué les héros en prolongation.

Quatre trios en rotation

L'entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan, n'a pas tenté d'envoyer le trio de Sidney Crosby contre celui de Danault. En général, les deux entraîneurs ont pu utiliser en rotation leurs quatre trios.

Danault a notamment attribué cette situation au fait que Crosby prend beaucoup de mises en jeu et a obtenu beaucoup de temps de jeu. De son côté, Julien s'est dit heureux de compter sur quatre trios équilibrés.

«Je ne connais pas sa philosophie [à Sullivan], mais de notre côté, je sais que nous ne sommes pas très bons quand nous essayons d'imposer une confrontation et que nous commençons à multiplier les changements, a souligné Julien. Nous avons construit notre formation en conséquence. Kotkaniemi se retrouve avec deux vétérans fiables (Paul Byron et Artturi Lehkonen). Suzuki a été probablement notre meilleur attaquant, et je n'ai pas eu à m'inquiéter avec lui, même si c'est tout un défi pour lui de jouer contre Crosby ou (Evgeni) Malkin.

«Le trio de Max Domi s'est aussi retrouvé quelques fois contre Crosby, mais il y a aussi Dale Weise sur ce trio, qui compte beaucoup d'expérience. Je pense que notre approche va nous apporter plus de bénéfices que d'ennuis», a ajouté Julien.

Il a malgré tout admis qu'il était prévu d'employer le duo de Petry et Brett Kulak en appui au trio de Danault, plutôt que la paire de Ben Chiarot et Shea Weber.

«Sans entrer dans les détails ou dévoiler tous les secrets, c'est de cette manière que nous avons décidé de fonctionner, a reconnu Julien. Il y a des raisons spécifiques derrière ces choix-là. C'est ce que nous avons décidé de faire avant le début de la série, et ça nous a bien servis [samedi].»

Le Canadien s'attend maintenant à voir les Penguins effectuer des ajustements pour rebondir lors du deuxième match, lundi soir. Peu importe, la troupe de Julien sait que la route est encore longue avant de pouvoir célébrer.

«[Les Penguins] sont déjà passés par là et ils ne seront pas ébranlés, a rappelé Brendan Gallagher. Ce n'est pas à nous de nous préoccuper de ça. Nous devons continuer à tracer notre chemin. Les deux équipes ont les yeux tournés vers le prochain match, et elles s'attendent à le gagner.

«Nous devons être prêts pour ce qu'ils vont tenter d'ajuster et nous devons comprendre pourquoi nous avons eu du succès. Nous devons continuer de travailler dans notre structure et croire que c'est la clé de notre succès», a-t-il conclu.

Reprise sous haute surveillance avec un premier tournoi à Palerme

Tennis

Reprise sous haute surveillance avec un premier tournoi à Palerme

PALERME — Une compétition discrète, mais scrutée : après cinq mois d’interruption en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, le tennis professionnel reprend sous haute surveillance avec le tournoi WTA de Palerme à partir de lundi, à quelques semaines d’un délicat enchaînement US Open/Roland-Garros.

8 mars : c’est la date à laquelle remontent les derniers matches officiels sur les circuits professionnels, en l’occurrence deux finales dames, à Lyon, en France, et à Monterrey, au Mexique.

Depuis, plus de son et plus d’image, exhibitions en tous genres mises à part, à cause de la crise sanitaire mondiale qui chamboule complètement la saison 2020. Le prestigieux tournoi californien d’Indian Wells a été le premier à être annulé début mars. Ont suivi le report à l’automne de Roland-Garros (27 septembre-11 octobre) et l’annulation historique de Wimbledon, en plus des suspensions à rallonge des circuits ATP et WTA.

Si on sait désormais qu’aucun tournoi n’aura lieu en Chine d’ici la fin de l’année, la lumière est réapparue mi-juin, quand l’US Open a acté son maintien à ses dates initiales, à partir du 31 août, mais à huis clos et amputé de ses qualifications, et que WTA et ATP ont fixé une date de reprise en ce même mois d’août, dès le 3, côté dames. Les joueurs doivent eux patienter jusqu’au 22.

«Si ça se passe mal...»

C’est ainsi que le modeste tournoi palermitain, niché derrière une haie de bougainvillées fuchsia et cerné de montagnes irradiées par le brûlant soleil sicilien, hérite de la lourde tâche d’inaugurer la cohabitation entre tennis et COVID-19.

Dans un tel contexte, il s’agit clairement d’un test grandeur nature.

«La WTA nous a prévenues que ces deux premières semaines [à Palerme à partir de lundi, et à Prague et Lexington, aux États-Unis la semaine suivante], ce sont des tournois tests», confirme à l’AFP la joueuse française Chloé Paquet (174e), stoppée au premier tour des qualifications du tournoi sicilien samedi.

L’enjeu : «voir si c’est viable d’organiser des tournois dans ces conditions», résume une autre joueuse française, Fiona Ferro (53e), engagée elle dans le tableau principal.

«On sait que si ça se passe bien, il pourra y en avoir d’autres, reprend Paquet. Si ça se passe mal, le calendrier pourrait peut-être être revu... On en est conscients.»

Tests immédiats à l’arrivée, puis renouvelés tous les quatre jours, masques obligatoires à part pour jouer et manger, entourage limité à une personne, consigne passée, sans les interdire formellement, de limiter au maximum les contacts entre joueuses et avec l’extérieur... : on cherche à se donner toutes les chances de réussite.

«C’est sûr que ça n’a rien à voir avec avant, compare Paquet. Avant, on pouvait sortir (de l’hôtel), se retrouver au resto après les matches... Là, ça fait un peu moins rêver.»

100 % européen

«Mais on est vraiment contentes de pouvoir rejouer et reprendre notre métier, ça nous incite à respecter toutes ces règles» sanitaires, souligne-t-elle.

Illustration du casse-tête des restrictions de déplacements internationaux pour le tennis mondial, à la fois largement globalisé et itinérant, le plateau du tableau principal est 100 % européen.

L’envie de jouer, elle, ne manque pas : le tournoi italien, même parmi les plus modestes du circuit principal et qui accueillera 350 spectateurs par jour au maximum (pour une capacité de 1500), a attiré trois joueuses du top 20. Dont la Croate Petra Martic (15e), «heureuse de voir que c’est réellement possible de reprendre parce que je n’y croyais pas il y a encore une semaine ou deux».

Simona Halep est, elle, privée de cette reprise. Attendue comme tête d’affiche, l’ex-N.1 mondiale et double lauréate en Grand Chelem (Roland-Garros 2018 et Wimbledon 2019) a été rattrapée par la quatorzaine dernièrement imposée par les autorités italiennes aux personnes ayant récemment séjourné en Roumanie ou en Bulgarie, et a renoncé à faire le voyage.

Autre rebondissement d’avant-tournoi : la WTA a rapporté samedi après-midi à quelques minutes du début des qualifications qu’une joueuse avait été testée positive à la COVID-19 et placée à l’isolement, sans révéler son identité. Comme un rappel que l’édifice reste fragile.

La foule virtuelle lors des matchs de la LNH laisse les joueurs indifférents

COVID-19

La foule virtuelle lors des matchs de la LNH laisse les joueurs indifférents

TORONTO — Le match est vieux d'environ 30 secondes, Brendan Gallagher décoche un tir à bout portant et Matt Murray fait l'arrêt. La foule virtuelle demeure de glace. Evgeni Malkin décoche deux tirs, coup sur coup, à partir de l'enclave, un léger crescendo est remarqué dans la trame de fond dans l'aréna.

La LNH a décidé d'utiliser une foule virtuelle fournie par l'entreprise de jeu vidéo EA Sports lors de son tournoi de relance disputé devant des gradins vides. Elle aurait peut-être dû s'assurer que la foule virtuelle simulerait l'ambiance d'un match de séries, et non ce qui semble être celle d'un match préparatoire.

À la télévision, le bruit de fond est discret. Pour les quelques membres de médias qui se sont déplacés au Scotiabank Arena pour le premier match entre le Canadien de Montréal et les Penguins de Pittsburgh, cette trame sonore donne surtout l'impression de servir à étouffer ce qui se dit sur la patinoire.

Si l'on pouvait espérer profiter de l'expérience unique de la présentation de matchs sans spectateurs pour découvrir un peu plus qui sont les joueurs les plus actifs avec leurs cordes vocales sur la patinoire dans la LNH, le circuit a réussi à s'assurer de ne pas trop lever le voile ou exposer les joueurs au vocabulaire coloré.

Pendant l'action, on a pu entendre quelques fois les réactions au banc après une bonne mise en échec. D'ailleurs, le lutteur Ric Flair aurait été fier du «Woooo!» entendu au banc du Canadien après que Paul Byron eut fait virevolter Brandon Tanev dans les airs au centre de la patinoire en première période.

Les oreilles les plus sensibles auraient moins apprécié les réactions quand Phillip Danault a été puni pour la troisième fois du match lors de la prolongation.

Et pour les joueurs, ce bruit de fond semble passer inaperçu.

«Quand vous êtes dans le feu de l'action, vous ne le remarquez pas», a mentionné le défenseur des Penguins Justin Schultz.

«Nous avions eu l'occasion d'apprivoiser cet environnement lors du match préparatoire, a rappelé l'attaquant du Canadien Nick Suzuki. Quand je suis sur la patinoire, je ne pense pas au bruit de la foule.»

Même si Jonathan Drouin avait affirmé plus tôt cette semaine qu'il y avait plus d'ambiance lors de ses «matchs dans l'Atome BB à Mont-Tremblant», la qualité du jeu n'a pas été affectée. Les Penguins ont commencé le premier match de la série en force, comme ils l'auraient probablement fait si le match avait eu lieu au PPG Paints Arena de Pittsburgh, et non sur la patinoire neutre du Scotiabank Arena de Toronto.

Outre le décor créé par la LNH pour cacher les sièges vides, ce que l'on retiendra peut-être dans le folklore des séries 2020 sera d'autres petits éléments qui peuvent passer inaperçus.

À plus d'une reprise, les gardiens Carey Price et Matt Murray menant le troupeau au retour du vestiaire ont dû eux-mêmes ouvrir les portes donnant sur la patinoire, alors qu'un préposé l'aurait fait à leur place dans un contexte normal.

Il y a aussi ces rondelles abandonnées sur les toiles de la LNH, par-dessus les sièges, quand un lancer errant passe par-dessus la baie vitrée.

Pour l'ambiance, on repassera. Et il est encore impossible de simuler plus de 20 000 partisans en liesse après un but gagnant en prolongation.

Le patron de la MLB assure que la saison continuera malgré la pandémie

COVID-19

Le patron de la MLB assure que la saison continuera malgré la pandémie

NEW YORK — «On joue» : le commissaire de Ligue de baseball nord-américaine (MLB) Rob Manfred a assuré samedi que la saison continuerait malgré plusieurs cas de coronavirus et des matches reportés, après une reprise à huis clos mais sans «bulle» sanitaire.

Après les Miami Marlins et les Philadelphia Phillies, au tour des St. Louis Cardinals de déplorer des cas positifs... et de voir, en conséquence, au mois trois de ses matches reportés.

Vendredi et samedi, les résultats des tests ont révélé que trois joueurs et plusieurs membres du staff des Cardinals étaient positifs à la COVID-19.

Résultat, c’est l’ensemble de la série de trois matches prévus vendredi, samedi et dimanche chez les Milwaukee Brewers qui a été reportée, s’ajoutant à plusieurs autres reports depuis le début de la saison MLB, le 23 juillet, avec quatre mois de retard à cause de la pandémie.

Mais le patron de la MLB l’a soutenu : «On joue», malgré tout. «Je ne suis pas un lâcheur en règle générale et il n’y a aucune raison d’arrêter [la saison] maintenant. Nous avons dû être flexibles, mais c’est gérable», a-t-il affirmé à ESPN.

Contrairement à la NBA, qui a repris le 30 juillet dans la bulle de Disney World en Floride, la MLB a opté pour des matches à huis clos à domicile et à l’extérieur, obligeant les clubs à voyager à travers les États-Unis. Une décision critiquée par les experts de santé, alors que la pandémie est incontrôlée dans le pays.

La franchise des Marlins a déploré 20 personnes testées positives et n’a plus joué depuis le week-end dernier, tout comme les Phillies.

Mais la MLB a annoncé samedi que les Phillies rejoueraient dès lundi chez les New York Yankees et que les Marlins reprendraient mardi à Baltimore.

Cependant, le joueur de Milwaukee Lorenzo Cain a décidé qu’il ne jouerait plus en 2020, imitant plusieurs stars qui ont renoncé à prendre part au championnat, comme le lanceur des Los Angeles Dodgers, David Price.

«Avec toute l’incertitude et les inconnues qui entourent notre sport en ce moment, je sens que c’est la meilleure décision pour moi, ma femme et nos trois enfants», a indiqué Lorenzo Cain.

Une défaite à oublier, mais une victoire à retenir pour les Voyageurs midget AAA de Saguenay

Sports

Une défaite à oublier, mais une victoire à retenir pour les Voyageurs midget AAA de Saguenay

Les Voyageurs midget AAA de Saguenay sont repartis de leur programme double avec une victoire et une défaite samedi, alors qu’ils ont brillamment remporté 2-1 contre les Canonniers de Lévis avant d’encaisser la défaite contre les Riverains de Rivière-du-Loup par la marque de 10-2.

Le premier match du programme double auquel ont pris part les Voyageurs midget AAA a commencé en force avec plusieurs bons coups de la part de l’équipe de Saguenay.

Rob Manfred est confiant de compléter la saison malgré le coronavirus

Baseball

Rob Manfred est confiant de compléter la saison malgré le coronavirus

NEW YORK — Le commissaire Rob Manfred s’est dit confiant que le Baseball majeur puisse compléter la saison régulière et les séries éliminatoires sans interruption causée par le coronavirus.

Dans une entrevue avec l’Associated Press samedi, Manfred a cependant admis que des équipes pourraient ne pas jouer 60 matchs et que le pourcentage victorieux pourrait être nécessaire pour déterminer les équipes qui participeront aux séries éliminatoires.

Lors de cette entrevue, Manfred a aussi affirmé que le Baseball majeur sait quel joueur a amené la COVID-19 dans le vestiaire des Marlins de Miami. Les Marlins et les Phillies de Philadelphie ont été contraints de reporter leurs matchs pendant une semaine complète.

«Je pense que si tous les gens font ce qu’ils sont censés faire, nous pourrons continuer de jouer, présenter une saison crédible et passer à travers les séries éliminatoires», a déclaré Manfred.

Après une semaine et demie d’une saison retardée par la pandémie et réduite de 162 matchs par équipe à 60, le coronavirus a forcé le report de 19 parties en 11 jours, incluant les trois matchs du week-end entre les Cardinals de St. Louis et les Brewers, à Milwaukee.

Il a aussi poussé au moins deux autres joueurs à se désister pour le reste de la saison: le voltigeur étoile Lorenzo Cain, des Brewers de Milwaukee, et le deuxième but Isan Diaz, des Marlins.

Au moins 18 joueurs des Marlins ont été infectés, de même que deux des Cardinals de St. Louis.

Manfred dit avoir eu une conversation constructive, vendredi, avec Tony Clark, le directeur exécutif de l’Association des joueurs du Baseball majeur. Il s’attend à des efforts accrus de la part des joueurs et des équipes pour respecter les protocoles mis en place par le Baseball majeur et l’AJBM.

«Les experts de la santé publique le disent depuis le début: il n’y a pas une seule solution magique», a noté Manfred.

«Les protocoles représentent une série de petits gestes que les gens doivent poser. Nous avons eu quelques problèmes. Dans le but de faire mieux, il y a une autre série de petits gestes. Je pense que c’est la pression des pairs. Je pense que ce sont les joueurs qui prennent leurs responsabilités personnelles. Je pense que c’est le syndicat qui nous aide comme Tony Clark nous a aidés hier (vendredi). Et je pense que c’est nous qui menons une gestion plus énergique», a-t-il énuméré.

Malgré tout, il s’attend à d’autres problèmes.

«Je ne pense pas qu’il est réaliste de croire que nous n’aurons aucun autre test positif. Nous allons être transparents. Nous pensons que c’est gérable et nous allons continuer d’essayer de gérer (la situation)», a déclaré Manfred.

«À partir du moment où quelqu’un commence à produire le virus, ce qui semblaient être des transgressions banales du protocole deviennent de sérieux problèmes», a également fait remarquer le commissaire du Baseball majeur.

Compte tenu de tous les changements au calendrier, le Baseball majeur étudie la possibilité de maintenir à 30 le nombre de joueurs au sein des formations actives, plutôt que de les faire passer à 28 jeudi prochain, comme prévu. Aucune décision n’a été prise.

«Pour ainsi dire, c’est une situation que l’on évalue au jour le jour. Il s’agit de se lever chaque matin et trouver un moyen de compléter une autre journée et faire en sorte d’assurer la sécurité de tout le monde», a expliqué Manfred.

Il est possible que certaines équipes ne soient pas en mesure de compléter un calendrier de 60 matchs.

«Nous devons faire preuve de souplesse à ce sujet», a avisé Manfred.

«Regardez, c’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes revenus sur le format étendu des séries éliminatoires. Si certaines formations jouent 60 matchs, d’autres en jouent 58, il existe cette formule qui s’appelle le pourcentage victorieux. On peut en arriver à une solution.»

Dans un autre changement aux règlements qui est entré en vigueur cette fin de semaine, tous les programmes doubles d’ici la fin de la saison seront composés de deux matchs de sept manches, au lieu de neuf.

Le premier de ces programmes doubles nouveau genre doit avoir lieu dimanche entre les Reds de Cincinnati et les Tigers de Detroit, dimanche au Comerica Park, après que le duel entre les deux clubs, samedi, eut été reporté à cause du mauvais temps.

«Les programmes doubles représentaient un problème d’un point de vue sanitaire dès le début de notre planification. C’est la raison pour laquelle nous étions hésitants à insérer beaucoup de programmes doubles pour le simple fait de jouer plus de matchs», a confié Manfred.

«Ça donne de trop longues périodes de temps ensemble dans un vestiaire, a-t-il ajouté. À partir du moment où nous avons dû apporter des changements au calendrier et planifier des programmes doubles, je pense qu’il est devenu évident que nous devions faire tout en notre pouvoir pour raccourcir autant que possible ces journées, d’un point de vue sanitaire.»

Une joueuse reçoit un diagnostic positif à la COVID-19 à l'Omnium de Palerme

Tennis

Une joueuse reçoit un diagnostic positif à la COVID-19 à l'Omnium de Palerme

PALERME — Une joueuse de tennis inscrite à l'Omnium de Palerme a reçu un diagnostic positif au coronavirus et s'est retirée du tournoi, ont annoncé les organisateurs samedi.

Le circuit de la WTA, qui a précisé que la joueuse était asymptomatique, a ajouté par voie de communiqué qu'elle demeurera en quarantaine «jusqu'à ce qu'elle reçoive le feu vert d'un médecin, en respectant le protocole établi».

«De plus, toutes les personnes qui seraient entrées en contact avec elle devront se soumettre à un test de dépistage, en accord avec le protocole établi par la WTA», a ajouté le circuit professionnel féminin.

«La 31e édition de l'Omnium de Palerme se déroulera comme prévu», a-t-on précisé.

Les organisateurs locaux, qui n'ont pas voulu révéler l'identité de la joueuse infectée, ont mentionné qu'elle avait été admise dans un centre médical italien destiné aux patients asymptomatiques de la COVID-19.

«L'efficacité de notre protocole et les tests de dépistage qui y sont associés nous ont permis d'intercepter une porteuse du virus, a évoqué le Dr Antonio Cascio, un spécialiste des maladies infectieuses de l'Université de Palerme qui est également le coordonnateur anti-virus du tournoi. La joueuse n'a jamais quitté sa chambre d'hôtel, en attendant le résultat du test.»

Toutes les joueuses inscrites au tournoi demeurent dans le même hôtel.

Ce sera le premier tournoi de la WTA à la suite d'une interruption de cinq mois des activités en raison de la pandémie de coronavirus.

Ce sera même le premier tournoi officiel - masculin ou féminin - depuis le début du mois de mars.

Le tableau des qualifications s'est mis en branle samedi, et les matchs du tableau principal commenceront lundi.

Drew Brees ne s’agenouillera pas, mais respecte ceux qui le feront

NFL

Drew Brees ne s’agenouillera pas, mais respecte ceux qui le feront

NOUVELLE-ORLÉANS - Le quart des Saints de La Nouvelle-Orléans Drew Brees a déclaré qu’il continuera de rester debout pendant l’hymne national américain, mais a précisé qu’il respecte ceux qui manifesteront de manière pacifique - dont ceux qui s’agenouilleront - pour dénoncer l’injustice sociale et le racisme systémique aux États-Unis.

«Je suis toujours resté debout devant le drapeau à cause de sa signification à mes yeux, et pour honorer ceux qui ont dû se sacrifier pour lui, qui se sont enrôlés dans l’armée et qui sont morts au combat pour notre pays, et tous ceux qui ont été persécutés afin de faire progresser ce pays», a déclaré Brees samedi lors d’une conférence téléphonique avec les membres des médias à la veille de l’ouverture des camps d’entraînement de la NFL.

«Je respecte tous ceux qui ont choisi de s’agenouiller, ou de poser un autre geste pacifique afin de dénoncer l’injustice sociale et le racisme systémique dont plusieurs ont été victimes et continuent de l’être dans ce pays», a poursuivi Brees.

Il a ajouté qu’il «appuiera toujours et militera en faveur de la communauté noire dans sa lutte contre l’injustice sociale».

Le vétéran âgé de 41 ans, qui domine la NFL aux chapitres des verges de gains par la passe, des passes complétées et des touchés, entame sa 20e saison et sa 15e avec les Saints.

Brees était devenu bien malgré lui un symbole des privilèges octroyés aux Blancs lorsqu’il avait réitéré son inconfort à voir quelqu’un s’agenouiller pendant l’hymne national américain, en déclarant qu’il n’approuverait jamais les gestes d’une personne qui manque de respect au drapeau américain.

Ces commentaires avaient été formulés peu après les nombreuses manifestations organisées aux quatre coins du pays pour dénoncer les gestes d’un policier blanc de Minneapolis, qui avait été filmé alors qu’il assassinait en pleine rue George Floyd, un Noir.

D’ailleurs, Brees est revenu sur ses commentaires formulés en juin, et il a de nouveau exprimé des remords samedi.

«Ça me brise le coeur de penser que quelqu’un de La Nouvelle-Orléans, ou de l’État de la Louisiane, ou de la communauté noire, croit que je ne milite pas en faveur de la justice sociale. Ç’a été dévastateur. Jamais, au grand jamais, je serai contre ça», a évoqué Brees.

«J’admets que j’ai raté une belle opportunité cette journée-là. J’avais l’opportunité de discuter et de mettre l’emphase sur les injustices sociales qui persistent envers la communauté noire, et nous devons l’appuyer, et militer pour que le système change. Et mon manque de jugement à ce moment-là a blessé beaucoup de personnes.»

Brees a ajouté qu’il avait discuté avec plusieurs coéquipiers depuis ce temps-là, et surtout au cours des derniers jours, et a assuré qu’il s’était «réconcilié et avait tourné la page sur les événements passés. Nous poursuivons notre route, en mettant l’emphase sur les enjeux de justice sociale qui secouent l’ensemble de notre pays».