Chaque fois que je me remémore une de ces sorties au ciné-parc, je ne sais jamais si je les ai remplacés par des images tirées de plusieurs films.

Une soirée au ciné-parc

Il faisait chaud comme ça quand j’étais allé voir Terminator 2. Même chose pour Jurassic Park quelques années plus tard.

D’ailleurs, j’ignore pourquoi, mais je m’en souviens comme si c’était hier. Ma mère était là dans la piscine avec son amoureux de l’époque, Michel. Moi, j’étais venu faire un tour sur le patio et là, ma mère m’avait dit : « Hey fiston, tu aimerais ça venir avec nous au ciné-parc ? On irait voir le Parc Jurassique. »

Ça avait été une soirée géniale à plusieurs niveaux. Tout d’abord, une virée au ciné-parc, je trouvais ça toujours très chouette. J’adorais sortir de la voiture et marcher jusqu’au petit resto, et ce, même si je n’avais aucune raison d’y aller. C’est que la petite ballade entre les voitures et les vieux ados qui flirtaient sur les tables de pique-nique me donnaient vraiment l’impression d’être plongé dans un de ces vieux films où une scène se déroule au ciné-parc.

En fait, chaque fois que je me remémore une de ces sorties au ciné-parc, je ne sais jamais si ce sont vraiment des souvenirs à moi ou si je les ai remplacés par des images tirées de plusieurs films.

Je vous raconte ça et ça me fait penser à une fois où j’étais allé au ciné-parc et où il s’était mis à pleuvoir. C’était identique à cette scène dans un de mes films préférés, Christine. Il y avait le son de la pluie et celui de l’essuie-glace qui faisait tout son possible pour qu’on puisse voir quelques images du film projeté sur l’écran.

Mais bon, pour revenir à cette soirée où nous étions allés voir Jurassic Park, je ne pourrai jamais l’oublier en fait, car ce que j’ignorais ce soir-là, c’est que ça serait la dernière fois où j’irais au ciné-parc avec ma maman.

Ces choses-là, on en prend conscience seulement plusieurs années plus tard.

Quand on est gamin, ce n’est qu’une soirée au ciné-parc. On n’est pas là à calculer le peu de temps libre qu’on a à notre disposition et on ne sait surtout pas qu’un jour, les choses changeront et qu’on fera de nouveaux trucs qui finiront par prendre la place d’autres trucs qui pourtant, semblaient être là pour durer.

Aujourd’hui, quand j’y repense, je me dis que ma mère était probablement encore plus contente que moi lorsque je lui ai dit que j’irais au ciné-parc. Peut-être qu’elle a pensé : « Une soirée où j’ai enfin réussi à l’arracher de ses satanés jeux vidéos et de sa bande d’amis bizarres. » Peut-être qu’elle le savait que ça serait probablement la dernière fois où nous irions au ciné-parc ensemble.

Au fil des années suivantes, je crois n’y être retourné qu’une seule fois. Je me souviens que nous sommes allés voir le remake américain de Godzilla.

Des amis avaient amené de la bière et on avait fumé du tabac de course en tentant de regarder le film. C’était plutôt nul comme film, mais bon, ça avait été très amusant.

Ce soir-là, bien que j’avais 18 ans, je ne savais pas encore que c’était une autre dernière fois. Ce n’était qu’une soirée au ciné-parc avec ma bande d’amis.

Alors hop, quand l’été se pointe le bout du nez et qu’il fait chaud comme lors de cette semaine de chaleur accablante, je me dis que c’est certain que vous pourriez me trouver au ciné-parc s’il y en avait un dans le coin.

En fait, même si c’était un programme double de films pourris qui étaient à l’écran, j’y serais sans l’ombre d’un doute.

Évidemment, je pourrais aussi aller m’installer dans ma voiture et me mettre un film sur Netflix sur mon iPad, mais bon, entre vous et moi, ça enlèverait un peu de charme à l’expérience.

Ou sinon, je pourrais m’acheter un de ces projecteurs et me projeter un film sur la porte de mon garage en m’installant dans la voiture, mais encore là, on serait bien loin de l’ambiance du ciné-parc.

Parce que lorsqu’on y pense, ce qui était cool avec le ciné-parc, c’est qu’on y allait plus ou moins pour le film. En fait, le film, c’était une excuse pour dire à des gens qu’on aimait bien : « Hey, t’aurais pas envie de passer un peu de temps avec moi ? »

C’est aussi à ça que ça sert la culture des fois.