L'évolution des intentions de vote au cours du dernier mois, tel que suivi dans le Baromètre électitons 2018 Mainstreet Recherche/Groupe Captiales Médias.

Un week-end de surprises

ANALYSE / Il y a quelques semaines, j'ai écrit qu'il s'agissait d'une élection unique dans l'histoire du Québec, car pour la première fois depuis 1973, plus de 50% des Québécois pourraient ne voter ni pour le Parti libéral ni pour le Parti québécois. Nous avions également noté qu’en réalité, il pourrait y avoir deux campagnes. La première où la Coalition avenir Québec et le Parti libéral se disputent la formation du prochain gouvernement. La seconde où Québec solidaire tente de ravir au Parti québécois le statut de parti souverainiste dominant au Québec. Alors que nous entamons la dernière semaine complète de cette campagne, c'est précisément ce qui s’est passé.

Au terme d'une campagne électorale étonnante, les Québécois ont offert de grandes surprises cette fin de semaine. Nous avions évoqué l'éléphant dans la pièce en parlant des 72% d’électeurs qui nous disent depuis le début qu'ils souhaitaient un changement. Cette volonté est toujours aussi forte, nous disent nos plus récents sondages.

Lorsque nous examinons les réponses à la question sur le vainqueur du dernier débat, nous constatons un renversement complet par rapport à la semaine précédente. Après le premier débat, 22% avaient déclaré Jean-François Lisée vainqueur, tandis que seulement 12,4% avaient choisi Manon Massé. Le verdict à la suite du débat de jeudi soir dernier donne Manon Massé gagnante avec 24,5% des voix, suivi de près par François Legault à 23,7%, puis Philippe Couillard à 19% et enfin Jean-François Lisée à seulement 12,2%.

Après la terrible semaine de résultats suivant la mauvaise performance de François Legault lors du premier débat, la CAQ a commencé à rebondir. Elle a repris la tête devant les libéraux, mais plus important encore, la CAQ a repris toutes ses pertes de la semaine dernière. Le parti de devance les libéraux de 10% dans les banlieues montréalaises, détient une avance de plus de 15% à Québec et mène par 12% dans les régions. Ce revirement est en partie dû à la performance beaucoup plus forte de François Legault dans le dernier débat, combinée à une performance instable de Philippe Couillard et à une performance vraiment désastreuse de Jean-François Lisée.

Le Parti québécois a chuté de plus de 3% depuis le débat et se trouve maintenant à égalité statistique avec Québec solidaire pour la première fois de son histoire. Le PQ est dernier sur l’île de Montréal, ce qui met en danger plusieurs de ses sièges, comme Rosemont et Bourget. Le PQ est également dernier à Québec, ce qui n’augure rien de bon sur la possibilité de garder Taschereau.

Le Saguenay est l’une des régions où l’on observe un profond détachement par rapport au PQ. Dans cette région, encore récemment une des bases de soutien la plus solide du parti, nos sondages menés dans les cinq circonscriptions nous disent actuellement que la CAQ pourrait en remporter quatre, alors que Philippe Couillard conserverait Roberval.

Mais la plus grande surprise de la campagne à ce jour reste Québec solidaire et Manon Massé. Au début de la campagne, la plupart des sondages leur donnaient moins de 10% des intentions de vote. Nous avons toutefois constaté dès le début qu’ils avaient beaucoup de soutien parmi les jeunes (18-34 ans), car nos méthodes de sondage nous permettent d’atteindre un plus grand nombre d’entre eux. Ce soutien ne dépassait toutefois pas 20%. Or, la croissance de cet appui a été le facteur le plus impressionnant dans cette élection. Il dépasse désormais 36% chez les plus jeunes électeurs, et il est en hausse aussi chez les électeurs d’âge moyen (35-54 ans). Québec solidaire a également commencé à faire des gains importants chez les électeurs dans les régions, où ses appuis sont passés de 12% à plus de 21%.

Si la CAQ continue de dominer dans la région de Québec, le plus récent sondage Mainstreet Recherche témoigne d'une poussée de Québec solidaire au deuxième rang.

Sur l’ensemble du territoire, QS est maintenant au coude-à-coude avec le PQ. Plus surprenant encore, Québec solidaire devance maintenant le PQ à Montréal et il se pointe au deuxième rang dans la région de Québec, résultats là-aussi d’une énorme avance parmi les jeunes électeurs.

Cette élection n'est toujours pas terminée, mais nous voyons certains modèles se développer. La grande question à l’aube de cette dernière semaine est la suivante: ce vote de changement va-t-il se consolider ou les électeurs qui le réclament continueront-ils à se diviser entre les trois partis d'opposition?

Steve Pinkus est vice-président de Mainstreet Recherche.

***

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.