Une région intelligente

TRIBUNE / À l’aube d’élections municipales, il est question de villes intelligentes. Pour bien des gens, ce concept demeure toutefois intangible. Le président du Groupe de travail numérique (Sommet économique régional), Dave Gosselin, aborde le sujet.

OPINION / Stimuler la création de nouveaux piliers économiques en région et attirer des investissements à haute intensité technologique. Voilà ce que nous devons faire. Nous ne devons et ne pouvons avoir une culture de l’attentisme face aux marchés. Nous devons construire au Saguenay-Lac-Saint-Jean une nouvelle économie du savoir basée sur l’entrepreneuriat collaboratif. En faire une région intelligente où s’imbriquent des villes intelligentes ! Et le numérique est l’un des outils pour y arriver. Un mouvement collaboratif pas si simple à faire quand nous avons tous été témoin des historiques guerres de clocher ! Comme me disait récemment et de manière imagée Sébastien Harvey du Centre d’art actuel Bang : « Ces clochers doivent maintenant nous servir de bornes WiFi afin de nous mettre en réseau ! » L’époque et les gens changent.

Oui, il y a la ville intelligente où la performance urbaine ne dépend plus seulement des infrastructures via son capital physique, mais aussi, et de plus en plus, de la disponibilité et la qualité de la transmission du savoir et de l’innovation. Ce que j’appellerais le capital intellectuel et technologique. Cependant, ces municipalités font partie du Saguenay-Lac-Saint-Jean : la région intelligente. Notre région, tout comme chaque municipalité, doit également se définir et se doter d’un développement territorial apte à répondre à l’évolution et à l’émergence des nouveaux besoins des institutions, des entreprises et des citoyens, tant sur le plan économique, social, qu’environnemental.

L'auteur de cette chronique, David Gosselin

La vraie région intelligente passe avant tout par le leadership des acteurs de changement qui l’habite. Et selon moi, ce leadership passera maintenant par l’entrepreneuriat collaboratif, autant créatif, économique que culturel. Décloisonnons les secteurs d’activités. Comment peut-on y arriver ? Comment peut-on stimuler de manière radicalement différente ce leadership et ainsi faciliter l’essor de PME innovantes dans la région ? En créant un réseau d’espaces collaboratifs à l’échelle de la région. D’où l’idée phare du Groupe de travail sur le numérique de créer un hub créatif régional que nous nommerons du nom de code « Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean ». Pas très original, mais sans ambiguïté !

Des espaces de collaboration, à la fois réel et virtuel, au sein desquels se forment des communautés d’expertises les plus diverses, regroupant notamment les institutions d’enseignement, les entrepreneurs et les créateurs. Voilà une description libre et très concise de ce que pourrait être le Hub Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ces espaces n’auront d’autre choix que de générer des innovations insoupçonnées ! Un concept utopique et irréalisable vous direz ? Loin de là. Une des multiples clés de « notre » innovation sera notre capacité de penser différemment. Ayant été président du Groupe de travail sur le numérique suite au Sommet économique régional de 2015, je peux vous confirmer que des pensées différentes, des concepts étonnants et des projets géniaux émergent sur l’ensemble du territoire. 

Ce hub, ce réseau de réseaux doit être créé en appui à ces différentes initiatives locales afin de faciliter leur émergence et d’en éveiller de nouvelles. Je parle ici d’incubateurs et d’accélérateurs d’entreprise, d’espaces de travail collaboratif (coworking), des parcs d’équipements spécialisés, de réseaux d’expertise en mentorat, en formation et en recherche. 

Il est d’une importance capitale pour une région comme la nôtre de développer de nouveaux moteurs de coopération entre des acteurs à vocations différentes qui n’ont jamais ou très peu travaillé ensemble et qui sont répartis sur un vaste territoire. Le concept d’ancrage territorial prend ici toute son importance, car il représente un enjeu économique fort, permettant la création d’emplois, plus spécifiquement au sein des communautés rurales. Le numérique est un moyen fabuleux de sédentariser les entreprises, incluant les travailleurs autonomes, dans leur milieu.

À l’ère du numérique, être loin des grands centres urbains ne doit plus être perçu comme négatif.