Un spectacle plus divertissant

Phil Desgagné est chroniqueur au Quotidien et ancien gouverneur des Saguenéens de Chicoutimi. Il abordera le sujet de la dimension des patinoires.

TRIBUNE / Aussitôt qu’on a parlé de déménager les Saguenéens au Palais des sports pour les raisons que l’on connaît, tout le monde a immédiatement évoqué les dimensions de patinoire : à Jonquière, 185 X 85, et au Centre Georges-Vézina, 200 X 100. C’est une différence importante, autant pour la longueur que sur le plan de la largeur. 

La zone neutre est beaucoup plus restreinte, mais je crois que l’ajustement le plus important sera dicté par la largeur. Or, ça ne sera pas nécessairement une première pour les Sags, car plusieurs amphithéâtres de la Ligue de hockey junior majeur du Québec ne respectent pas les standards du circuit, c’est-à-dire 200 X 85. 

On pense par exemple à Rouyn-Noranda (195 X 85), au Centre Marcel-Dionne de Drummondville (190 X 85), au Centre Air Creebec de Val-d’Or (195 X 85). Puis il y a évidemment le Centre Georges-Vézina, le seul à avoir une patinoire de dimensions olympiques.

L’entraîneur Yanick Jean dit toujours, en début de saison, qu’il faut une dizaine de parties aux joueurs afin qu’ils s’acclimatent à cette glace. 

La question que tous se posent est celle-ci : est-ce vraiment si différent pour les joueurs, qui devront maintenant jouer au Palais des Sports ? 

Je pense que c’est surtout au niveau des attaquants que des ajustements seront nécessaires. Une quinzaine de pieds d’espaces de moins sur la largeur, c’est toute une différence d’espace pour contourner les défenseurs adverses. 

Il faut également garder en tête que ces mêmes défenseurs auront la chance d’être plus physiques et ainsi, les petits attaquants des Saguenéens seront désavantagés. 

Ces derniers devront être plus productifs et donc, je crois que le jeu des Sags sera différent. Nos joueurs plus rapides, les Klima, Houde et Laplante, vont avoir moins d’espace en zone centrale pour arriver en grande vitesse devant les défenseurs de l’autre équipe. Nous devrons lancer plus souvent la rondelle en zone adverse et effectuer ce qu’on appelle de l’échec avant. 

L’autre aspect où les Sags devront s’ajuster rapidement est l’attaque à cinq. Nos joueurs utilisent beaucoup la largeur du Centre Georges-Vézina pour contrôler la rondelle en périphérie. Sur une patinoire plus petite, ils devront être plus présents devant le filet pour faire de l’obstruction systématique devant le gardien s’ils souhaitent obtenir des résultats. 

Il demeure que ce sont les spectateurs qui vont remarquer la plus importante différence. Ils auront droit à des affrontements beaucoup plus robustes. Ils seront également plus près de la patinoire, ce qui donnera une ambiance plus survoltée, qui sera ressentie par les joueurs sur la glace. 

Je crois surtout que l’effet de nouveauté leur donnera une énergie supplémentaire et, ne serait-ce que pour ça, la foule va apprécier davantage le spectacle. 

J’espère d’ailleurs qu’un jour, dans un Centre Georges-Vézina repensé, nous aurons une patinoire standard de 200 X 85 et la qualité de jeu qu’une telle glace peut offrir à l’assistance.

En attendant, bons matchs !