Le maire de Roberval, Guy Larouche

Ne pas oublier les localités

TRIBUNE / Une MRC, un Lac: Marc-Urbain Proulx est professeur titulaire en sciences économiques à l'UQAC, spécialisé en matière de développement territorial. Claude Bergeron est quant à lui directeur et animateur à la station Planète 104.5 Alma. Les deux chroniqueurs se prononcent sur la volonté de certains maires jeannois de fusionner les MRC du Lac-Saint-Jean.
(Claude Bergeron) - Depuis deux ans environ, le maire de Roberval Guy Larouche prône l'unification des trois MRC du Lac-Saint-Jean. Quelques élus municipaux semblent d'accord; plusieurs se disent contre.
En écrivant ces lignes, je jette un coup d'oeil à une carte de ma région du Lac-Saint-Jean. Franchement, j'ai beaucoup de mal à croire que les municipalités seraient mieux représentées par une seule MRC. Surtout celles comptant les plus petites populations. Au fait, dites-moi, qu'ont en commun Saint-Eugène-d'Argentenay et Alma? Saint-Félicien et Lamarche? Saint-Ludger-de-Milot et Roberval? L'Ascension-de-notre-Seigneur et La Doré?
À mon humble avis, il n'est déjà pas facile pour les plus petites municipalités de faire entendre leur voix dans leur propre MRC. Vous voulez me faire croire que leur situation va s'améliorer en fusionnant les trois MRC en une seule? Bonne chance!
Au recensement de 2011, la MRC Lac-Saint-Jean-Est comptait 52 520 citoyens répartis dans 14 municipalités. La MRC Maria-Chapdelaine 25 279 vivant dans 12 municipalités. Et la MRC Domaine-du-Roy 29 594 composant 9 municipalités. L'adage voulant que nous soyons toujours le petit de quelqu'un d'autre semble s'appliquer à merveille dans chacune des MRC.
De mon poste d'observateur dans une radio almatoise depuis plus de 20 ans, combien de fois ai-je entendu les doléances d'élus envers Alma? La «grosse ville» de la MRC qui prend beaucoup de place et dérange avec sa double majorité? Avec ses quelque 30 000 âmes, Alma représente environ 60% de la population dans Lac-Saint-Jean-Est. Mis dans la balance avec les 557 citoyens de Lamarche, par exemple, il me semble évident que le poids n'est pas du tout le même.
Sans nier les efforts des élus, dont ceux du préfet André Paradis, pour traiter toutes les municipalités de la MRC de façon équitable, ça demeure à mes yeux un éternel combat. La taille actuelle des MRC me semble ainsi largement suffisante! Comment tous les élus pourraient-ils réussir à bien représenter leurs citoyens au sein d'une seule MRC au Lac, qui représenterait 107 393 personnes vivant dans 35 municipalités?
Pas plus tard que la semaine dernière, le maire d'Alma Marc Asselin m'exprimait sa grande satisfaction face au dépôt du projet de loi qui pourrait accorder aux municipalités le statut de gouvernement de proximité. Il parlait «d'un grand jour», ajoutant y avoir travaillé depuis plusieurs années avec l'UMQ. Il soulignait l'importance que le gouvernement donne de la latitude aux municipalités et leur permette d'être autonomes dans plusieurs domaines. Ce qu'il dit n'avoir jamais réussi à avoir avec le gouvernement du Québec.
Il déplorait au passage les permissions à obtenir et les justifications à fournir pour de nombreux projets. Sans oublier les redditions de comptes qui ont déjà été faites par les gestionnaires, fonctionnaires, ingénieurs et comptables. Des dédoublements qui alourdissent les projets, les rendant souvent beaucoup plus longs et coûteux à réaliser. Tout d'un coup, je me suis souvenu de la maison des fous dans Les douze travaux d'Astérix!
Par la force du nombre, plusieurs citoyens de petites municipalités ont parfois l'impression de ne pas obtenir leur dû de leur MRC. Comme bien des citoyens du Lac-Saint-Jean ont souvent le sentiment de passer bien loin derrière Saguenay. Vous savez, le courant qui va toujours dans le même sens, dans bien des domaines?
Mon but n'est pas d'alimenter une guerre de clochers, mais ça reste une évidence pour plusieurs; notre région est composée de deux sous-régions. La nôtre, celle du Lac-Saint-Jean, est composée de 3 MRC, nécessaires à mon avis pour donner une voix à l'ensemble des citoyens de ses 35 municipalités.
Comme citoyen, avons-nous envie de nous rapprocher ou de nous éloigner du pouvoir de développer notre milieu de vie?
Unifier les 3 MRC du Lac-Saint-Jean contribuerait-il selon vous à alléger la structure politique ou l'alourdir? Selon moi, poser ces questions, c'est y répondre.