Les autorités chinoises exercent une surveillance très serrée sur le contenu Internet diffusé dans le pays.

Indispensable

L'avènement du numérique touche toutes les sphères de la société. Or, quelle est la place de l'humain dans ce monde en pleine mutation ? Le directeur du CRDA de Rio Tinto, Frédéric Laroche, et le président de l'entreprise La Web Shop, Keyven Ferland, se penchent sur la question.
TRIBUNE / Nous entendons beaucoup parler du numérique et pour plusieurs, ça peut faire peur. Beaucoup d'emplois sont enclins à disparaître. L'avenir nous réserve une multitude de professions auxquelles nous ne connaissons même pas encore les fonctions. La robotique, l'intelligence artificielle, les mégadonnées : tous des termes qui peuvent faire peur.Le changement fait peur, car il nous demande de nous adapter. Il nous demande de changer nos habitudes et d'envisager de perdre nos acquis. Ce dernier est souvent celui qui fait le plus mal. Il est tout à fait compréhensible de se sentir ainsi. Il est difficile d'avoir travaillé toute notre vie d'une certaine manière, pour finalement devoir tout modifier.
C'est difficile à faire lorsque nous avons l'impression d'avoir la tête pleine, mais surtout lorsque nous sommes fatigués. Très fatigués, car depuis nombreuses années, nous accordons toute notre énergie et notre temps à notre boulot, à notre famille, à nos proches, à nos activités. Malgré tous nos efforts, on ne sent jamais qu'on en fait assez. Et pourtant ! Il ne nous reste même plus assez de temps pour penser à soi. Pour s'occuper de soi-même. Pour être.
Heureusement, une lumière semble apparaître au bout du tunnel. Il y a un nouveau courant. Quelque chose qui pourrait changer nos vies à jamais. Un changement majeur dans l'histoire de la civilisation, car pour la première fois, nous serions à l'aube d'une ère où l'humain est la réelle priorité.
Pour la première fois, tous les humains pourraient être mis à contribution pour améliorer la vie en société. Pour la première fois, les humains seraient libres de créer des moments, et ce, quand ils le veulent. L'idée de mettre l'humain de l'avant est le principal objectif de la révolution digitale. 
Disons-le, tout ce que le numérique fait depuis son arrivée est incroyable. Il nous permet de rester connectés avec nos proches. Il nous permet d'apprendre par nous-mêmes sur tout ce qui nous intéresse. Il nous permet de développer notre sens critique face à l'art et la culture. Il nous permet d'être plus efficaces, le tout afin de pouvoir passer des moments de qualité. Il nous permet de mieux planifier nos voyages. Il nous permet de nous sentir moins seuls. Les frontières disparaissent, ce qui nous permet de travailler en étant payé en euro et de les dépenser en Thaïlande. Il est maintenant possible, sans effort, de louer nos appartements à des étrangers. Nous pouvons vendre nos petites créations du dimanche soir partout sur la planète.
Tous les nouveaux emplois créés par le numérique amènent une nouvelle génération de travailleurs qui, très tôt dans leur carrière, auront plus de responsabilités. Ils permettent d'utiliser davantage notre capacité à résoudre des problèmes et à créer des solutions. Il nous rend notre liberté de penser.
Il est maintenant possible de prédire 2 à 3 semaines plus tôt une épidémie de grippe en fonction de l'augmentation des recherches dans Google pour une même région. Nous pouvons économiser sur les pieds carrés en mettant davantage d'efforts à vendre en ligne plutôt que de posséder des magasins à grande surface. Nous avons même des outils pour nous aider à mieux nous connaître, à nous poser les bonnes questions et à nous supporter lors de détresse psychologique. Aujourd'hui, les nomades du numérique peuplent nos aéroports, car ces créateurs peuvent exercer leur métier de n'importe où dans le monde. Tant qu'il y a une connexion Internet.
Il y a 2000 ans, Platon et Socrate souhaitaient qu'un jour, les humains puissent penser librement. Avec l'arrivée de l'ère numérique, nous pouvons, pour la première fois, espérer être libres d'être ce que nous sommes vraiment. Les humains sont faits pour connecter en développant des relations avec les autres. Cette connexion passe par une communication où tous nos sens servent à recevoir et transmettre de l'information entre nous. L'information doit nous traverser, nous devons nous en nourrir et non pas la sauvegarder. Nous avons maintenant les outils pour ça, car la première fonction de notre cerveau est justement d'être libre afin de créer. 
Comme dirait Richard Bach dans son célèbre récit de Jonathan Livingston intitulé Le Goéland : « Le paradis n'est ni un endroit, ni un espace. Le paradis c'est d'être soi-même, parfait dans la durée et dans le temps. » N'est-ce pas ce que le numérique nous offre ?
Keyven Ferland, La Web Shop