Merci à toi, Nordia

OPINION / On a tous à un moment donné des choix à faire, des changements pour la famille, la carrière, pour soi. C’est ainsi que le « vent du destin » (appelons-le comme ça) m’a récemment amené à revenir au micro du matin en semaine, à mon alma mater CKAJ 92,5 (99,7 La Baie), de 6 h à 9 h. Tel revirement de carrière entraîne des prises de conscience et aussi de reconnaissance.

Pendant mon silence radio, j’ai été amené à œuvrer au centre d’appels Nordia, créé dans l’arrondissement de Jonquière en juillet 2014, un merveilleux moteur économique pour l’arrondissement et pour Saguenay naturellement, où travaillent plus de 450 personnes qui se dévouent au service à la clientèle de Bell et Virgin, entre autres. Nordia a été pour moi un beau défi, un moment de vie qui m’a permis d’avoir le pain et le beurre sur ma table, tout en entraînant un changement de carrière dans ma fin de quarantaine, un endroit où j’ai été accueilli chaleureusement par une superbe équipe que j’ai beaucoup aimée.

Mais, retourner à la radio le matin très tôt a aussi impliqué des choix. Bien que j’aie essayé, et que mes deux employeurs m’en ont donné l’occasion, je ne pouvais physiquement plus continuer à œuvrer dans mes deux sphères d’activités. Je quitte donc Nordia, non sans prendre le temps de remercier chaleureusement son équipe, brillamment dirigée par sa directrice, Mme Hélène Deschênes. Merci d’avoir fait en sorte que je m’y sente confortable et surtout, heureux. Je tourne une page de carrière qui m’aura été profitable sur bien des plans, notamment pour les nouvelles amitiés développées et le sentiment du devoir accompli.

Je terminerai en ajoutant un merci particulier, que j’adresse à la rédaction du Quotidien/Progrès week-end, pour le superbe texte concernant mon retour à la radio (édition du 23 septembre dernier). Merci à votre journaliste Mélyssa Gagnon pour la qualité de sa plume et pour son humanisme, de même qu’un merci à M. Denis Bouchard, rédacteur en chef. Je me ferai un plaisir de continuer de citer votre journal le matin dans l’exercice de mes fonctions, journal que je considère à juste titre comme un leader en information, et ce depuis longtemps.

André Deschênes

Animateur CKAJ FM 92,5 

(99,7 La Baie)

L’omerta des déchets

OPINION / Plusieurs sujets ont été abordés durant cette campagne électorale municipale au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais un sujet qui semble demeurer tabou ou bien qui passe sous silence est celui de la gestion des déchets de la région et de la venue de ceux-ci dès le 1er décembre 2017 dans le site d’enfouissement à Saint-Bruno et Hébertville-Station. À l’exception des candidats de Saguenay qui ont parlé du fameux « bac brun de Josée Néron », tourné au ridicule par M. Dominique Gagnon, je n’ai pas entendu les autres candidats du Lac-Saint-Jean se prononcer en rapport à la démarche du maire sortant de Saint-Bruno qui s’oppose à la venue des déchets du Saguenay avec une injonction ridicule avec comme seul objectif de recevoir plus d’argent par tonne qui entre au site et non de créer des incitatifs de réduction pour les citoyens. Où êtes-vous tous, vous qui proposez toutes sortes de changements ? Quelle est votre vision sur ce sujet ? Êtes-vous prêts à mettre de l’avant des politiques et l’argent afin de réduire l’enfouissement ? Que pensez-vous de la loi qui s’en vient (2020) concernant l’interdiction d’enfouir les putrescibles, papier et carton ? 

Pourtant, selon moi, ce sujet devrait être mis dans vos programmes électoraux, car c’est un dossier majeur qui touche les deux sous-régions de notre coin de pays. L’enjeu de cette campagne, du moins à mes yeux, devrait être notre façon de gérer nos poubelles au quotidien et non d’essayer de détruire ce que vos adversaires proposent. 

Moi, je demeure à proximité du site d’enfouissement et cet été nous avons eu des épisodes de mauvaises odeurs dans notre secteur. La seule façon que j’ai trouvée pour en faire parler et réveiller les élus et la population à propos de cette situation très désagréable fut de faire une plainte au ministère de l’Environnement et de sortir dans les médias en espérant que les élus en place et les candidats à l’élection prennent la balle au bond. Mais non, c’est l’omerta totale. Vous me décevez au plus haut point. Certes, je vais faire mon devoir de citoyen, mais avec un goût amer de déception. Je vais rêver que les futurs conseils municipaux mettent enfin de l’avant des politiques de réduction des déchets dans leur localité.

En passant, la semaine dernière, c’était la Semaine québécoise de réduction des déchets. Quelles ont été vos actions afin de moins acheminer vos poubelles en arrière de ma maison ?

Richard Thériault

Saint-Bruno