Le Cégep de Jonquière

L’éducation: une priorité

LA TRIBUNE / Avec ses quatre établissements collégiaux et son université, la région dispose d’outils de développement de premier plan. Or, il est peu question d’éducation dans la campagne municipale qui bat son plein. L’enseignant à l’UQAC Stéphane Allaire et le directeur général du Cégep de Jonquière Raynald Thibeault abordent la question.

En prétendant que l’éducation doit être une priorité, je ne suis pas trop loin de la vérité. Du préscolaire au niveau universitaire, nous sommes tous touchés que ce soit à titre d’élèves, d’étudiantes ou étudiants, de citoyennes ou citoyens, de parents, d’employés, d’employeurs, de décideurs et d’élus. L’éducation nous interpelle, je dirais même plus : l’éducation nous concerne au premier chef, ne serait-ce que par sa dimension socio-économique.

À ce titre justement, les élus municipaux ont un rôle majeur à jouer pour qu’une saine dynamique scolaire–municipale soit mise en place et génère une mobilisation constructive au sein de la société. Une dynamique positive entre les milieux d’éducation et le monde municipal ne peut que bien servir la communauté. Évidemment, il nous vient tout de suite à l’esprit le partage des infrastructures respectives qui doivent être optimales, complémentaires et réellement mises au service de toute la population. Il est logique de concevoir le continuum de l’élève qui utilise ces infrastructures le jour et les utilisera en soirée et les fins de semaine une fois devenu adulte.

Toutefois, cette complicité doit aller plus loin et ne pas se limiter aux infrastructures, mais se retrouver d’abord et avant tout sur le plan d’une communication limpide et fluide, je dirais même naturelle entre les élus municipaux et les acteurs concernés dans les établissements d’enseignement. Une communication naturelle suppose des réflexes de partage, de compréhension des rôles respectifs et d’un perpétuel souci d’efficacité par, notamment, des échanges qui doivent se faire davantage, pour ne pas dire toujours, en amont des projets.

Si les établissements d’enseignement ont comme mission de tout mettre en oeuvre pour que leurs élèves, étudiantes et étudiants deviennent des citoyennes et citoyens qualifiés, bien entendu, mais aussi accomplis, responsables et épanouis, il est tout aussi vrai de penser que les municipalités et leurs élus ont celle de fournir un milieu de vie propice à leur réalisation incluant les activités reliées à la promotion et la valorisation d’étudier, de travailler et de vivre au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Je suis persuadé que les élus municipaux réalisent qu’ils ont également un rôle d’ambassadeur à jouer, lorsque l’occasion se présente, envers les établissements d’enseignement de toute la région. Avec la responsabilité d’élu vient celle de représentant d’une municipalité avec tout ce qui s’y passe et qui constitue son potentiel attractif. En ce sens, les établissements d’enseignement de la région, au regard de toute la gamme d’expertises et de la diversité des services qu’ils offrent, constituent une vraie belle carte de visite. Cette carte de visite est à la disposition des élus municipaux qui, je l’espère, n’hésiteront pas à l’utiliser.

Je suis conscient que le rôle d’élu municipal est un rôle pivot qui se situe à un carrefour stratégique entre le municipal, le scolaire, l’entreprise, les milieux de la santé et communautaire. Il est important que l’élu municipal prenne bien la mesure de sa responsabilité en établissant les liens entre ces différents acteurs dans le développement de la Ville. Les entreprises, tout comme les organismes de santé et le communautaire, ont besoin de savoir, de savoir-être et de savoir-faire, ce que les établissements d’enseignement s’appliquent à faire le mieux possible. En somme, je dirais donc que les intervenants en éducation ont besoin des élus municipaux pour maintenir des liens entre les différents acteurs d’un même secteur, d’une même région, pour mener à bien l’ensemble des projets de la collectivité.

La région a la chance de compter sur de nombreux et beaux cerveaux qui sont tantôt sur les bancs d’école, tantôt dans les milieux de travail ou bien dans des instances régionales. Il nous appartient tous de leur donner l’occasion d’être mis à profit afin qu’ils contribuent à faire de notre région le meilleur endroit pour y vivre. L’élu municipal devient un stratège important dans cette dynamique incontournable à mettre en place.

Raynald Thibeault, directeur général du Cégep de Jonquière