Le fatbike

Réplique à la lettre d’opinion de Damien Hallegatte;

Le conseil d’administration de Vélo-Chicoutimi, un OBNL entièrement dirigé par des bénévoles, profite de l’occasion de la lettre d’opinion de M. Hallegatte pour sensibiliser les usagers et recadrer certains de ses énoncés qui nous apparaissent truffés de raccourcis et de demi-vérités en lien avec nos opérations et notre offre de services en fatbike au centre de vélo de montagne Le Panoramique.

En premier lieu, nous aimerions rappeler que notre organisme a pour mandat, selon un protocole bien établi avec Ville de Saguenay depuis 2003, de promouvoir la pratique du vélo de montagne en toute sécurité pour nos utilisateurs. Nous accueillons aussi depuis plusieurs années la pratique d’autres activités compatibles avec la pratique de notre principale activité qui s’est maintenant étendue à la saison hivernale avec le fatbike. 

D’ailleurs, si les amateurs de plein air peuvent marcher, courir et faire de la raquette dans des sentiers balisés et sécuritaires, c’est parce la majorité de ces sentiers ont été développés (et sont entretenus) par Vélo-Chicoutimi.

Aussi, le boisé Panoramique est en grande majorité un terrain privé qui appartient à Rio Tinto. Cette dernière, par le biais d’une convention d’usage datant de 2001, en a confié la gestion à Vélo-Chicoutimi pour y aménager un centre de vélo de montagne. Il n’y a donc là aucune « tentative » de privatiser un bien public comme le laisse faussement entendre le texte de M. Hallegatte.

Pour répondre à la demande des usagers et offrir des sentiers sécuritaires, nos bénévoles utilisent, comme la grande majorité des centres de fatbike, un équipement spécialisé pour niveler la surface de quelque 20 km de sentiers au Panoramique (soit 50% des sentiers existants). 

Courir/marcher sans raquette ou encore y rouler avec un vélo de montagne standard détériore grandement ce travail de préparation et crée évidemment des conflits d’usage. Hors du réseau surfacé pour le fatbike, les autres types d’usagers (coureurs/marcheurs sans raquettes, vélo de montagne à pneus normaux, ski hors piste) ont donc accès à tous les autres sentiers, totalisant aussi quelque 20 km. Il est donc faux de dire que la presque entièreté des sentiers est dédiée au fatbike.

Il faut bien comprendre que c’est parce que les sentiers de fatbike sont surfacés que les autres types d’usagers sont tentés de s’y aventurer. Comme en été, nous devons donc appliquer des règles d’usages reposant sur les éléments suivants :

• Assurer en premier la sécurité des usagers pour lesquels le site est aménagé et entretenu (vélo de montagne/fatbike) et éviter l’accumulation de frustrations de part et d’autre. N’ayant pas d’employés patrouillant les sentiers, nous n’avons, à part l’affichage, aucun moyen de faire respecter les règles d’usage. Nous comptons donc beaucoup sur la responsabilisation et le civisme des usagers et entre les usagers.

• Répondre le plus adéquatement possible au plus grand nombre d’usagers. Au contraire de ce qu’affirme M. Hallegatte, le traçage des sentiers n’est pas le souhait de « quelques usagers » mais plutôt le souhait de la majorité des pratiquants, qui sont en vélo de montagne l’été et migrent au fatbike l’hiver venu. D’ailleurs, la qualité du traçage a valu récemment au Panoramique d’être reconnu comme l’un des cinq meilleurs centres au Québec pour la pratique du fatbike (source : VéloMag).

C’est en grande partie parce que Vélo-Chicoutimi développe et entretien des sentiers depuis 20 ans qu’il y a maintenant autant d’usagers au Panoramique. Nous ne nions pas qu’il y avait des usagers avant (cyclistes et marcheurs) mais rien de l’ampleur de ce que nous avons développé avec près d’un million de dollars investi depuis 20 ans. Nous comptabilisons maintenant quelque 30 000 usagers/jour par année. Imaginez s’il n’y avait aucune règle d’usage !

Pour terminer, la gestion du Panoramique est assurée par un CA de bénévoles élus démocratiquement et annuellement lors d’une assemblée générale annuelle ouverte au grand public (AGA). Ce n’est donc pas une « association d’adeptes» qui gère le site informellement comme le laisse aussi sous-entendre M. Hallegatte. 

Les décisions du CA de Vélo-Chicoutimi sont prises de façon consensuelle et il en a été de même pour celle de décider de surfacer certains sentiers spécifiquement pour le fatbike. Nous invitons d’ailleurs tous les différents adeptes qui ont à cœur le développement du centre de vélo de montagne 

Le Panoramique à se présenter à la prochaine AGA qui se tiendra vers la mi-mai 2019. Comme à chaque année, la date et l’endroit seront annoncés sur notre page Facebook, notre site Internet et par un avis public dans Le Quotidien.

Jean-Robert Wells, président, et les membres du CA de Vélo-Chicoutimi