Ferme ton clapet, Georges !

L’auteur de ce billet est Simon Girard, professeur en génétique humaine au Centre intersectoriel en santé durable de l’UQAC

L’autre jour, je suis allé chez mon garagiste pour faire mon changement de pneus saisonnier (quand il commence à faire 30 dehors, c’est un peu le temps, apparemment). Mon garagiste est venu me voir d’un air grave et m’a dit que mes pneus n’étaient plus bons et que j’allais devoir les remplacer. J’ai soutenu son regard, brave être que je suis, et je lui ai répondu que ses nouveaux pneus, il pouvait les garder pour lui. Mon auto est mon temple ! Je la chouchoute tous les jours et je réponds à ses moindres caprices. Elle n’a pas besoin de nouveaux pneus ! Et mon garagiste lui, qui sait, peut-être est-il à la solde des grands conglomérats du caoutchouc ? Pour chaque pneu vendu, peut-être reçoit-il une « puck » de hockey qu’il revend par la suite sur le marché noir brûlé ? Vade Retro Caoutchoutus ! Je suis parti à toute vitesse de chez mon garagiste et... j’ai fait un « flat ». Bien fait pour moi !

Ceux qui me connaissant moindrement savent bien que cette histoire n’est que pure fiction. Je ne connais rien aux voitures et la mienne a quelque peu la vie dure... Tout ce que je sais de la mécanique automobile, c’est que quelque part, dans le moteur, il y a des chevaux et des bougies. Et que grâce à eux, mon auto roule. Donc quand Régis mon garagiste me fait une recommandation, je le remercie et je l’écoute. C’est lui le spécialiste après tout !

Je m’en vais où avec tout ça ? Je veux vous parler de Georges... Pas le resto. Celui qui était joueur de hockey, puis ambassadeur végétalien puis politicien. Georges s’invente régulièrement de nouvelles vocations. Sa dernière ? Il a décidé de publiquement s’en prendre aux vaccins. Je le cite : « La raison pour laquelle je suis anti-vaccin, c’est que depuis le début des temps, le corps humain est une machine qui a été capable de combattre beaucoup de virus ». Mon grand champion... Tu iras dire ça aux centaines de millions d’humains qui sont morts d’une maladie infectieuse dans les quatre derniers millénaires. Mais tu as un peu raison, Georges. Il y a une grande partie de la population qui est capable de bien lutter contre les infections. Ça se peut que comme ex-athlète qui passe une partie significative de son temps à « templifier » ton corps, tu sois moins vulnérable que d’autres. Mais une société humaine, c’est une société diversifiée qui inclut des plus vulnérables et des moins vulnérables. Quand je me fais vacciner, je le fais pour moi, mais aussi pour tous les gens autour de moi.

« Bin » oui, Georges, tu as droit à ton opinion. Et en plus, tu as le droit d’être anti-vaccins. Mais lorsque tu prends la plume pour t’exprimer sur un sujet pour lequel tu n’as aucune qualification, j’ai le droit de prendre la mienne pour te répondre. Parce que si je ne connais rien aux voitures, possiblement que je comprends un petit peu mieux le système immunitaire humain que toi. Si je m’en remets à mon garagiste pour les décisions concernant ma voiture, je n’ai pas besoin d’entendre tes arguments erronés. Comme je suis en train de tenter de transmettre les bonnes manières à mon héritière, je te laisse là-dessus : ferme ton clapet, Georges.