Louis Coulombe

Une autre gifle aux citoyens

ÉDITORIAL / La vérité pure et simple est très rarement pure, et jamais elle n’est simple.

Cette phrase empruntée à l’écrivain et artiste Oscar Wilde convient parfaitement à la crise de confiance qui secoue Saguenay en ce moment. Et il s’agit de la raison fondamentale pour laquelle la mairesse Josée Néron doit demeurer ancrée sur ses positions, en ce qui a trait à la mise sous tutelle de Promotion Saguenay et la tenue d’une enquête approfondie sur les organisations subventionnées par la Ville. Peut-être n’aurons-nous jamais la pure vérité, mais au moins, plusieurs questions trouveront leur réponse.

S’objecter à un diagnostic complet de la structure municipale équivaut à refuser de savoir, à s’enfouir la tête dans le sable, à croire sans avoir vu. Or, une telle profession de foi est devenue inacceptable pour la population, dont la colère s’amplifie à mesure que les scandales s’accumulent. 

Après la saga entourant le contrat de Ghislain Harvey, signé à son seul avantage, et la prime de départ de 150 000 $ octroyée à la fonctionnaire Francyne T. Gobeil, qui a été placée par l’ex-maire Jean Tremblay après avoir servi dans son cabinet, c’est au tour de l’avocat Louis Coulombe de faire la manchette et de provoquer l’indignation des contribuables. Recruté comme commissaire à l’éthique par Jean Tremblay, en 2011, il vient de signer un contrat « pharaonique » de dix années, assorti d’un renouvellement optionnel de cinq ans, comme directeur exécutif de la Ville. Pour casser l’entente de façon unilatérale, les payeurs de taxes pourraient débourser jusqu’à 2,1 millions de dollars à Me Coulombe. 

L’intimé a beau se défendre en prétextant que trois avocats ont récemment quitté la direction générale de la Ville et qu’un tel contrat garantissait à Saguenay une continuité dans ses opérations, il demeure que le pacte a été élaboré à peine un an avant le scrutin et qu’il liait les mains de quiconque succéderait à Jean Tremblay, pour une période qu’on peut qualifier d’indécente. Comment peut-il espérer une rencontre cordiale avec la mairesse ? Arrêtez, la cour est pleine ! 

C’est toute la population de Saguenay qui se rend compte aujourd’hui qu’elle a été abusée. Laissons-lui la chance de savoir à quel point, plutôt que de tout faire pour la tenir dans l’ignorance. 

Larouche doit quitter

Nommé président du conseil d’administration de Promotion Saguenay quelques jours avant l’élection, alors que Josée Néron s’apprêtait à prendre place à l’hôtel de ville, l’homme d’affaires Éric Larouche s’était donné pour mission de protéger l’organisation, agissant tel un pont entre celle-ci et la nouvelle administration municipale. La mairesse Néron l’a rencontré, elle a pris acte de ses arguments, mais elle a néanmoins tranché en demandant la tutelle de Promotion Saguenay et la suspension de sa PDG, Priscilla Nemey. 

Éric Larouche a rempli sa mission de « médiateur », et il est maintenant temps pour lui de se retirer du dossier avant d’être éclaboussé par les erreurs du passé. En tant que propriétaire d’une entreprise pétrolière, mais également hôtelier, restaurateur et représentant de l’industrie touristique régionale, il n’a rien à gagner et tout à perdre. Surtout à la tête d’une organisation en pleine crise, qui sera dorénavant administrée et surveillée par l’État jusqu’au plus profond de ses entrailles.

Lors de son dernier passage devant le Cercle de presse du Saguenay, l’ex-maire Jean Tremblay a conclu la rencontre ainsi : « Promotion Saguenay est un outil incroyable, qui fait l’envie partout au Québec. Oui, on peut regarder les côtés négatifs, mais regardons (plutôt) les côtés positifs. Regardez tout ce qui se fait. Et je peux vous dire que tous les grands projets de Saguenay sont passés par Promotion Saguenay. Ç’a besoin d’amour ces organismes-là. Les employés pis tout ça, ils aiment ça quand il se sentent considérés ; ils aiment savoir que, quand ils font des grands gestes, c’est bien apprécié. » 

La seule chose qu’il a oublié de dire, c’est le prix rattaché à cette appréciation et à cet amour.