Un tournant pour Promotion Saguenay

Une ville de la taille et de l'importance de Saguenay doit miser sur un organisme compétent, bien financé et bien outillé, comme Promotion Saguenay, afin d'élaborer des stratégies de développement et de diversification de son économie, d'assurer son rayonnement et d'accompagner les promoteurs qui souhaitent y réaliser des projets.
Pour accomplir ces mandats cruciaux, il est impératif d'établir des balises claires, des règles de fonctionnement sans équivoque et de faire preuve de grande transparence. Sans évidemment, briser pour autant le nécessaire caractère confidentiel qui entoure les discussions et les tractations avec les investisseurs et les entreprises privées, lesquelles n'ont pas envie de voir leurs projets étalés sur la place publique au bénéfice de leurs concurrents...
Un pas
À cet égard, Promotion Saguenay se trouve, en ce début d'année, à une période charnière de son existence. Déjà, avant même que le ministère des Affaires municipales ne dévoile son rapport faisant état de lacunes et de certaines irrégularités dans les activités de l'organisme, ce dernier se déjà trouvait sous les projecteurs. De nombreux citoyens, et pas seulement des militants liés à «l'opposition», plaidaient pour que l'organisme fournisse davantage de détails sur ses projets, ses dépenses et son mode de fonctionnement interne.
Le fait, également, que le directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey, ait, jusqu'à tout récemment, agi à titre de chef du cabinet du maire Jean Tremblay, a aussi soulevé des questions, légitimes, sur les rôles et les mandats respectifs du conseil municipal et de l'organisme et sur les liens entre les deux entités.
Le rapport du ministère des Affaires municipales, dévoilé en septembre dernier, à l'aube de la campagne électorale municipale, a généré de nouvelles interrogations. Ses conclusions font en sorte que les élus de Saguenay doivent impérativement agir pour éclaircir les zones floues entourant Promotion Saguenay et pour chercher à améliorer son fonctionnement. En ce sens, ils ne peuvent plus attendre.
La récente décision prise à l'effet de confier dorénavant à Ghislain Harvey le seul mandat de directeur général de l'organisme constitue un premier pas dans cette direction.
Ne serait-ce que sur le plan technique, ce dernier aura davantage de temps pour se consacrer à la gestion de Promotion Saguenay, à un moment, justement, où Saguenay a besoin de diversifier son économie, et où la capitale régionale cherche et doit chercher à maximiser les retombées de projets structurants comme le quai d'escale de La Baie, la nouvelle desserte ferroviaire du terminal de Grande-Anse et l'aéroport de Bagotville modernisé.
Ce premier pas significatif doit être accompagné d'ajustements quant au rôle et aux modalités de fonctionnement de Promotion Saguenay, et quant à la manière avec laquelle l'organisme dévoile et ventile ses budgets, provenant en majorité de fonds publics. L'objectif est clair : il faut que la population ait pleine confiance en l'organisme et qu'il ne subsiste pas de zones grises quant à ses activités. Pour réussir cette mission, nul besoin pour Jean Tremblay de procéder à d'énormes changements. Mais il faudra des actions concrètes et bien ciblées.
Dans la foulée de la fusion de 2001, Promotion Saguenay est parvenu à doter la capitale régionale d'une image forte à travers le pays. L'organisme est également parvenu à faire atterrir plusieurs importants projets de développement, dont récemment le dossier du centre d'appel Nordia, réalisé en collaboration avec plusieurs partenaires.
Les succès de Promotion Saguenay, en dépit, des dernières critiques et observations du rapport du ministère des Affaires municipales, sont indéniables. La ville a besoin d'un tel outil de développement.
D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si, au cours de la dernière campagne électorale, le nouveau maire de Roberval, Guy Larouche, et le maire réélu d'Alma, Marc Asselin, ont souligné qu'ils lorgnaient sur l'exemple saguenéen afin de doter leur ville d'outils de développement économique efficaces et agressifs.
Tout réside dans la manière avec laquelle on atteint ses objectifs. En ce début d'année, Promotion Saguenay est confronté à un défi: celui de s'améliorer, de faire encore et toujours mieux et de répondre efficacement aux critiques et aux observations du ministère des Affaires municipales. Au final, tant les élus de Saguenay, les professionnels de l'organisme que les citoyens de la capitale régionale en sortiront gagnants.