La Conférence administrative régionale, organisme qui regroupe les plus hauts fonctionnaires locaux du gouvernement du Québec, par le président du Conseil du trésor et député de Chicoutimi, Stéphane Bédard. Il s'agit, de la part des cinq députés péquistes, d'une excellente décision qui survient à un bon moment, en ce début d'année.

Un rendez-vous avec l'avenir

Un forum de concertation et de réflexion portant sur l'économie et sur l'avenir du Saguenay-Lac-Saint-Jean se tiendra au cours des prochains mois. Le mandat d'établir les modalités de l'exercice a été confié à la Conférence administrative régionale, organisme qui regroupe les plus hauts fonctionnaires locaux du gouvernement du Québec, par le président du Conseil du trésor et député de Chicoutimi, Stéphane Bédard. Il s'agit, de la part des cinq députés péquistes, d'une excellente décision qui survient à un bon moment, en ce début d'année.
NécessitéDes forums de réflexion d'envergure ont déjà été organisés, par le passé, dans la région. Ces rencontres ont toutes permis de faire avancer des dossiers importants, du concept de la Vallée de l'aluminium à celui des ententes spécifiques, des créneaux d'expertise et de développement appuyés de fonds du gouvernement visant à exploiter les forces de la région. Toutefois, aucune rencontre d'envergure, aucun exercice de concertation réunissant toutes les forces vives du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'a été organisée depuis la vague de fusions municipales survenue au tournant des années 2000. Le dernier forum économique régional en bonne et due forme remonte aux années 90. Un long hiatus qui a rendu incontournable, nécessaire, la tenue d'un tel événement aujourd'hui.
D'abord parce que la vague de fusion municipale a fortement modifié la dynamique socioéconomique de l'ensemble de la région. Aussi et surtout parce que le visage industriel du «Royaume» a subi d'immenses changements. Alcan a été achetée par un géant anglo-australien tandis que le marché de l'aluminium a connu des sommets inégalés puis des creux tout aussi historiques. Le secteur forestier a aussi traversé une période d'intenses mutations. Des usines ont fermé, temporairement ou définitivement. AbitibiBowater, devenue Produits forestiers Résolu, a changé de forme et d'image au gré des épreuves et des bouleversements qui ont affecté l'industrie des pâtes et papier et du bois d'oeuvre.
En contrepartie, l'Université du Québec à Chicoutimi et les quatre collèges de la région ont su s'imposer de plus en plus à titre de moteur de développement, attirant des clientèles diversifiées et en provenance de l'extérieur de ses frontières, et développant des expertises et des créneaux de recherche, surtout dans le cas de l'UQAC, qui ont engendré d'importantes retombées économiques. Plusieurs PME et équipementiers de la région ont aussi accumulé les succès à l'extérieur, tels les Proco ou les Bétons préfabriqués du Lac. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a aussi commencé à s'aventurer au sein de l'industrie aéronautique, notamment via le Centre d'excellence sur les drones d'Alma. L'Hôpital de Chicoutimi est aussi devenu un puissant levier de développement, avec ses services spécialisés et sa collaboration au programme de formation en médecine dispensé à l'UQAC via l'Université de Sherbrooke. Faire le point à travers ce portrait changeant, dans un monde en pleine mutation, était donc devenu essentiel. En annonçant la tenue d'un sommet socioéconomique, le caucus péquiste régional a donc pris ses responsabilités.
Évidemment, les succès et les retombées d'un tel événement dépendent de la qualité des interventions qui y sont faites, des intervenants qui y sont conviés et de la réelle volonté de ceux-ci à donner suite aux conclusions de l'exercice et à y prendre des engagements formels.
À cet égard, il importe de s'assurer qu'aux côtés des élus et des grands joueurs industriels qui représentent des invités «obligés», l'on convie aussi des participants des milieux de la santé et de l'éducation, mais aussi des gens d'affaires et des équipementiers qui ont les deux pieds sur le terrain et qui créent des emplois et des retombées au quotidien. Il importera aussi, pour tous, de laisser la partisannerie, les frictions «politico-politiques» et l'esprit de clocher de côté. La bonne foi et la volonté de poser des fondations concrètes et durables pour bâtir l'avenir de la région devront primer sur toutes autres considérations. Le forum qui sera organisé à l'initiative du caucus péquiste régional représente une occasion unique pour réfléchir à l'avenir du Royaume et pour se projeter dans l'avenir. Il constituera pour la région un moment privilégié pour faire preuve de maturité et de solidarité, pour prendre du recul et penser à long terme.
Il s'agira s'un rendez-vous l'avenir que le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'a pas le luxe de rater.