Festival forestier de Shipshaw.

Rendre des comptes et vite!

L'administration municipale de Saguenay, la direction générale du Festival forestier de Shipshaw et l'ex-conseiller Fabien Hovington ont intérêt à fournir, très rapidement, des réponses claires, précises et détaillées à la foule de questions soulevées dans l'affaire du «voyage à Nice». Des fonds publics sont en jeu. Il est impératif de rétablir le lien de confiance entre la population et son administration municipale et paramunicipale, dans un contexte où plusieurs dossiers ont suscité, à cet égard, la controverse depuis les élections de novembre dernier.
Il faut attendre d'avoir toute l'information en main avant de tirer des conclusions définitives. Ne serait-ce que parce qu'il est difficile de saisir, au moment d'écrire ces lignes, les motivations qui ont poussé le président du Festival forestier à effectuer sa sortie. Mais, sur le plan éthique et de la gouvernance, le dossier regarde mal. D'où l'importance, pour les parties concernées de fournir toutes les réponses aux questions, d'assumer leurs responsabilités respectives et de ne pas chercher à tergiverser ou à blâmer les médias. Les enjeux sont beaucoup trop importants.
Toutes les notes, les rapports financiers et les factures associés au Festival forestier de Shipshaw doivent être dévoilés. C'est une étape incontournable pour saisir les rouages de l'événement, le rôle de chacun tant au sein de la direction générale que du conseil d'administration, notamment en matière de dépenses, et dans quelle situation se trouve les finances. Ensuite, il est nécessaire que les participants au voyage en Europe fournissent leurs propres états de compte personnel. Si c'est effectivement eux et leurs proches qui ont payé les coûts de la portion «soleil» du voyage d'exploration en Norvège, voyage qui apparaît légitime eu égard à la vocation du Festival forestier, il sera aisé de le démontrer.
Pour l'instant, toutefois, les explications fournies au Quotidien par M. Hovington pour justifier cette tournée sur la Côte d'Azur soulèvent davantage de questions que de réponses. Il apparaît que la haute direction de Promotion Saguenay n'a jamais été informée de cette halte niçoise. Alors qui a décidé de la faire? Qui l'a autorisée? Qui a réservé les billets? Qui a signé les chèques? Pourquoi y être allé à quatre?
Si l'arrêt à Nice a effectivement permis de rencontrer des intervenants, de faire des vérifications et d'effectuer du démarchage pour le Festival forestier voire pour d'autres organismes, il devrait alors être très facile de produire à l'appui des notes, des rapports, des pièces justificatives susceptibles de dissiper les doutes. Il est normal que Promotion Saguenay accepte de soutenir financièrement des activités de prospection, ici comme à l'étranger, d'organismes qui en font la demande et dont les budgets sont limités. C'est là un aspect de sa mission. La clé, c'est la transparence. C'est de déterminer qui autorise quoi et pour quelles raisons. Du travail pour le commissaire à l'éthique...
Rendre public les bons documents permettrait de faire la lumière sur le fond du dossier. De démontrer si, au final, tout le monde a fait son travail dans les règles de l'art ou pas. Si c'est bien le cas, personne n'a rien à gagner à se terrer dans le silence ou dans les explications alambiquées...
Toutefois, s'il est avéré que des gestes contraire à l'éthique et à la saine gouvernance des fonds publics ont effectivement été posés, ou si des mandats officiels ont été détournés de leur vocation, il est clair que des décisions majeures devront être prises. Car, il apparaîtrait alors impossible tant pour Fabien Hovington, que pour François Guillot, attaché politique du maire Jean Tremblay, de continuer à assumer leurs fonctions respectives.
Au-delà des individus impliqués, il est dommage que cette controverse vienne éclabousser les artisans et les bénévoles qui ont fait du Festival forestier de Shipshaw un événement reconnu et en plein essor. Dommage aussi que cela affecte par ricochet les activités de la Zone portuaire alors que cet organisme travaille à plusieurs grands projets de développement. Il ne faudrait pas au final que ces deux entités soient emportées dans la controverse.
Ce sera un aspect du dossier à considérer au moment opportun. Toutefois, ce qui importe d'abord, c'est que les bonnes personnes rendent les bons comptes et que des actions concrètes soient posées. Les citoyens de Saguenay doivent avoir l'heure juste.