Quand la météo se mondialise!

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a découvert de nouvelles faces cachées de la mondialisation! Les froids polaires et les violentes tempêtes de neige qui ont sévi ici, comme dans l'ensemble de l'Amérique du Nord, au cours des dernières semaines, ont tellement désorganisé les réseaux de transport routier, aérien, maritime et ferroviaire du continent que la situation a fini par forcer la réduction des activités de cuves d'aluminium de Rio Tinto Alcan, des arrêts de machines à papier chez Produits forestiers Résolu et même l'interruption de l'exploitation de certaines sections de la mine Niobec de Saint-Honoré.
Aléas météo
Cette situation pour le moins inusitée démontre à quel point nos sociétés et nos économies, pourtant évoluées et à la fine pointe de la technologie, pourtant dotées d'outils perfectionnés pour étudier et prévoir la météo, demeurent fragiles et à la merci des aléas de la nature. Ils ont aussi démontré comment le fonctionnement de l'industrie lourde de la région, que l'on croirait bien à l'abri des caprices du climat, repose dans les faits sur une mécanique et sur des rouages réglés dans les moindres détails, et est de ce fait vulnérable aux imprévus.
Les régions du sud et de l'ouest du Québec l'avaient découvert en 1998, à l'occasion de la crise du verglas, qui a privé des millions de clients d'Hydro-Québec d'électricité, et ce parfois pendant plus d'une semaine.
Dans ce contexte, il demeure fort intéressant de constater qu'en 2013, une période de froid intense à travers l'Amérique du Nord et des chutes de neige abondantes aux États-Unis, à des milliers de kilomètres du Saguenay-Lac-Saint-Jean, sont à ce point susceptibles d'avoir des impacts majeurs ici. Des pénuries de propane causées par des délais accrus de livraison néfastes pour des clients commerciaux et industriels. Des navires remplis de matières premières essentielles pour les alumineries de Rio Tinto Alcan bloqués dans la voie maritime du Saint-Laurent, pourtant patrouillée par les brise-glace de la garde-côtière. Des milliers de wagons isolés, bloqués et disséminés aux quatre coins du continent, ce qui oblige Produits forestiers Résolu à cesser temporairement sa production de papier à Alma et à Baie-Comeau. Des flottes de camions coincées dans les congères avec leur précieux chargement...
La pratique très utilisée du «just in time», qui implique des inventaires bas et un roulement immédiat de la production, est mise à rude épreuve.
Il y a certes là matière à réflexion.
Rappel
La dernière période de grands froids, conjuguée aux importantes bordées de neige, a aussi démontré à quel point les citoyens restent bien peu préparés à faire face aux imprévus climatiques et aux conditions météorologiques extrêmes.
Les plans de déneigement, notamment à Saguenay, ont ainsi été confrontés à leurs limites. Ils auraient avantage à être analysés et revus puisque, clairement, des éléments de ceux-ci n'ont pas fonctionné adéquatement dans certains secteurs clés de la ville.
Des centaines de citoyens ont aussi brutalement découvert, trop tard, que leur chauffe-moteur ne marchait plus, que leur batterie était «finie» et que, finalement, ils n'étaient toujours pas prêts pour l'hiver! Pourtant, la région se targue de ses charmes nordiques.
Ça aussi, c'est un rappel à l'ordre et un appel à la vigilance! Les grands froids ayant sévi alors que la majorité de la population se trouvait en vacances, les conséquences de cette situation n'ont pas été trop lourdes pour l'économie et pour l'organisation des services publics et parapublics.
En plein jour normal de semaine, le fonctionnement de la région aurait été pour le moins perturbé!
La morale de l'histoire, c'est que l'Homme ne maîtrise pas les aléas du climat et qu'il doit se préparer en conséquence. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, cela signifie qu'il faut être prêt à la fois à affronter les froids polaires et les périodes de canicules de la saison estivale.
Ce qui ne veut pas dire qu'il faille nécessairement apprécier l'une autant que l'autre!