Pourquoi ce site à tout prix?

ÉDITORIAL / Il arrive que la politique s’agence plutôt mal aux impératifs de gestion publique ; que les engagements électoraux prennent le dessus sur toute logique ou toute remise en cause. Il arrive que, quels que soient les options ou les arguments, rien ne puisse faire changer l’avis des élus. Dans le dossier du stade de soccer intérieur de Jonquière, c’est exactement ce qui semble se produire. Mais la population n’est pas dupe ; elle n’est pas muette et encore moins naïve au point d’avaler aveuglément tout ce qui lui est servi comme repas. Et dans ce cas-ci, plus on examine l’assiette sur la table, plus on y découvre des ingrédients indigestes.

Comme cette proposition de la Commission scolaire De La Jonquière soumise aux responsables de Saguenay et décrite dans cette édition par le journaliste Louis Tremblay. Une offre qui paraît trop belle pour être écartée, et qui a pourtant été balayée du revers de la main par les élus qui étaient affectés au projet.

Résumons : la commission scolaire offrait gratuitement un terrain plus que convenable, adjacent à l’École polyvalente de Jonquière, à quelques centaines de mètres du site qui a été choisi et acquis au coût de 2,3 millions de dollars par la Ville. En optant pour la proposition de la commission scolaire, le conseil de ville de Saguenay aurait non seulement fait économiser cette somme aux contribuables, mais il aurait également pu bénéficier d’avantages considérables comme le partage des installations de l’école polyvalente, notamment des douches entièrement rénovées, quatre gymnases, une cafétéria et même un auditorium pour la remise des médailles, lors de compétitions d’envergure. Plus encore, l’École polyvalente de Jonquière dispose déjà de centaines d’espaces de stationnement, libres les soirs et les fins de semaine.

Mais non ! Comme l’ont répété mardi les conseillers Michel Potvin et Michel Thiffault, lors d’un point de presse, le terrain actuel « est tout à fait adéquat pour accueillir le centre multisport et c’est à cet endroit qu’il verra le jour ».

Plus l’histoire se révèle, plus il est difficile de croire que l’option retenue était la meilleure. Surtout qu’il n’est pas encore trop tard pour reculer et revoir les différentes hypothèses qui auraient pu être considérées, comme celle de la Commission scolaire De La Jonquière ou le projet élaboré par le Cégep de Jonquière.

Parce que dans les faits, les élus peuvent jongler avec les chiffres tant qu’ils le veulent, il demeure qu’il y a un dépassement de coût réel et que celui-ci se calcule en millions de dollars.

Pas un enjeu électoral

Par ailleurs, sans prêter de fausses intentions aux membres du conseil, le calendrier politique ne doit entrer dans la réflexion sous aucun prétexte. Encore mardi, les représentants de la Ville ont insisté sur les délais de construction qui demeurent, disent-ils, inchangés. L’inauguration du futur stade de soccer intérieur est prévue pour 2021, année d’élections municipales. Certes, en campagne, une telle réalisation donnerait des ailes à l’administration actuelle, plus précisément aux élus de l’arrondissement de Jonquière. Mais faire de la politique autrement, comme le prônent de plus en plus de candidats, c’est aussi prioriser la gestion publique aux enjeux électoraux. Qui, dans la population, se plaindrait de patienter une année de plus pour économiser des millions ?

Ce projet de centre multisport fera encore couler beaucoup d’encre d’ici au premier match de soccer qu’il hébergera. Espérons seulement que ce sera pour vanter la sagesse de nos décideurs plutôt que pour justifier des décisions qui laissent perplexe.