Ils furent accueillis comme des héros par quelque 3000 braves fanatiques sur la Place du Vieux Port de Chicoutimi après avoir survolé en hélicoptère l'Espace M.

La Coupe Memorial

Ils furent accueillis comme des héros par quelque 3000 braves fanatiques sur la Place du Vieux Port de Chicoutimi après avoir survolé en hélicoptère l'Espace M.
Cette vérification de la capacité de Saguenay à présenter le tournoi de la Coupe Memorial, du 21 au 31 mai 2015, semble avoir convaincu les six membres du comité de sélection et le président de la LHJMQ, Gilles Courteau, qui les accompagnait. L'imposante délégation a par la suite pris la direction de Québec pour effectuer la même opération sous le regard intimidant du sieur Régis Labeaume.
La dernière chance
Mission accomplie pour l'organisation animée par les coprésidents Roger Fradette et Étienne Jacques. Le vent glacial qui soufflait sur la zone portuaire, mardi dernier, n'était guère propice à un grand rassemblement. Surtout que l'itinéraire avait pris du retard, comme toujours. Confinés à l'extérieur, nous avons, mon frère Benoit et moi, à l'instar de plusieurs partisans, regagné notre foyer avant l'arrivée des invités.
Si la cupidité guide les juges, Québec l'emportera avec son Colisée Pepsi de 15 000 sièges alors que le Centre Georges-Vézina n'en compte que 4724. Mais le président Courteau ne cesse de répéter que les petits marchés, qui forment 75% du hockey junior majeur canadien, méritent tout autant que les centres les plus importants comme Québec et Halifax, de participer aux grands événements.
Dans ce contexte, la LHJMQ consoliderait sa renommée en favorisant Saguenay pour la proclamation de l'équipe championne du hockey junior majeur canadien au printemps de l'an prochain. La Capitale nationale aura de meilleures occasions avec son futur amphithéâtre. Ce serait probablement la dernière occasion pour une ville d'importance modeste de présenter cette compétition. Le gouverneur Phil Desgagné nourrit d'ailleurs cette conviction dans sa dernière chronique: «Le coût demandé, écrit-il, deviendra probablement impossible à rencontrer dans les prochaines années pour un marché comme Saguenay.»
L'effort déployé vaudrait d'ailleurs davantage que les retombées économiques de quelque 7 millions$ recueillies par Rimouski en 2009 et Shawinigan en 2012. Cet avantage demeure néanmoins appréciable même si le président Marc Fortier manifeste un peu trop d'enthousiasme en soutenant que «la Coupe Memorial représenterait l'événement le plus important jamais présenté dans la région». Il oublie sans doute les Jeux d'hiver canadiens de 1983, que les athlètes québécois avaient remportés, chez nous, avec 98 médailles comparativement à 86 pour les représentants de l'Ontario. Le Pavillon sportif de l'UQAC, défrayé par le gouvernement Trudeau, nous rappelle le plus précieux héritage laissé par cette grande célébration de l'élite athlétique nationale.
En accordant la Coupe Memorial 2015 à Saguenay, la LHJMQ effacerait enfin le mauvais souvenir de 1987 quand le hasard de la compétition chassa l'équipe régionale. Champions de leur division, les Chicoutimiens s'étaient inclinés dans les éliminatoires comme les Cataractes en 2012. Heureusement, depuis cette expérience douloureuse, l'équipe hôte obtient un laissez-passer automatique à la participation à ce championnat national.
Précieux ambassadeurs
C'est en 1991 que les Bleus accèdent enfin au tournoi de la Coupe Memorial. Sur la glace, le gardien Félix Potvin enflamme les spectateurs et provoque l'admiration des recruteurs de la LNH. Deux autres gardiens, Éric Fichaud et Marc Denis, sans doute inspirés par le légendaire Georges Vézina, entraîneront les Saguenéens au sommet durant la décennie 1990.
Ce trio des cerbères les plus glorieux soutient vigoureusement la candidature des Saguenéens. À l'instar de bien d'autres, ces anciens piliers sont d'éloquents ambassadeurs. Ils sont la preuve que les Saguenéens ne constituent pas seulement une excellente équipe de hockey. Ils participent également à la formation de véritables personnalités qui suscitent la fierté du Saguenay-Lac-Saint-Jean.