Festival international des rythmes du monde (FIRM).

FIRM : rétablir les ponts

Il est impératif que les administrateurs du Festival international des rythmes du monde (FIRM) et l'administration municipale de Saguenay rétablissent rapidement les ponts et renouent des liens solides afin d'assurer la pérennité de l'événement estival.
Les derniers mois et les dernières semaines ont été fertiles en rebondissements, tant pour le FIRM que pour les élus de Saguenay. Le promoteur Robert Hakim a subi de longs procès, dans les circonstances que l'on connaît, desquels il est sorti blanchi. Dans ces affaires, des demandes d'appel ont toutefois été logées par la Couronne.
De son côté, l'administration de la capitale régionale a été fortement secouée par «l'Affaire de Nice», dossier qui remet présentement en question l'ensemble des subventions octroyées par Saguenay aux festivals et aux événements d'envergure présentés sur son territoire. Dans ce contexte, les artisans du FIRM doivent préparer leur prochaine édition en faisant face à un manque à gagner de 85 000$ en fonds publics issus de la Zone portuaire et de Promotion Saguenay. L'événement est évidemment fragilisé par cette situation, d'autant plus qu'il a eu à composer, en 2013, avec la perte d'importantes subventions fédérales. Lundi, les administrateurs du festival ont confirmé que l'édition 2014 serait moins flamboyante que par le passé. De plus, ceux-ci ont rappelé que le protocole d'entente prévoyant le versement par Saguenay de 200 000$ annuellement pendant trois ans prenait fin cette année. On comprend donc que le FIRM arrive à un point tournant de son histoire, à un moment où le contexte politique à Saguenay est tendu. Or, il importe justement d'éviter d'agir avec précipitation et de jeter le proverbial bébé avec l'eau du bain.
Succès
Les succès du FIRM sont documentés et bien connus. L'événement a été au coeur de la revitalisation du centre-ville de Chicoutimi. Il a contribué à donner au secteur un nouvel élan, un nouveau dynamisme. Il a ramené des festivaliers et une nouvelle clientèle sur la rue Racine dans le cadre d'un événement festif, coloré et gratuit. En ce sens, il a pavé la voie à d'autres activités très populaires aujourd'hui organisées sur la rue principale chicoutimienne, comme le Festival des bières du monde et le Festival des vins.
De plus, le FIRM a réussi un véritable tour de force en parvenant à s'inscrire au sein du Regroupement des évènements majeurs internationaux (RÉMI), un club très sélect qui regroupe les 26 plus grands événements touristique du Québec. Le festival a du coup gagné ses lettres de noblesse et a su attirer, au cours des dernières années, des artistes de renom. On comprend donc aisément toute l'importance, pour Saguenay et pour la région, du festival.
D'autre part, on comprend aussi le maire Jean Tremblay de vouloir se donner du temps afin de revoir la position de la ville en matière d'octroi de subventions et de soutien financier aux organismes. Il est absolument sain et normal que, dans la tourmente actuelle, on se questionne sur la reddition de compte, sur les protocoles d'ententes en vigueur, sur le suivi de la gestion des fonds publics. C'est ce que les citoyens souhaitent. Il est vrai, aussi, que le budget spécial lié aux Fêtes du 175e n'existe plus et que les événements doivent s'attendre à recevoir moins de soutien.
Par contre, il faut voir plus loin que la seule controverse actuelle. Prendre le temps de réfléchir et de bien analyser la situation. Saguenay doit continuer à subventionner les grands événements qui se déroulent sur son territoire, qui génèrent des retombées, qui attirent des touristes et qui donnent à la ville son cachet et son dynamisme. À condition d'exiger des comptes et des rapports d'activités détaillés et d'être très vigilant!
Les liens personnels entre le promoteur Robert Hakim et le maire Tremblay sont tendus. Dans ce contexte, que le conseil d'administration du FIRM et que celui de Promotion Saguenay mandatent chacun un intervenant pour amorcer des discussions sur des bases d'affaires. L'objectif doit être de renouveler à long terme le partenariat liant le Festival et Saguenay. Ainsi, l'événement aura une base financière stable et solide pour travailler et pour faciliter sa recherche de commanditaires privés. Saguenay ne peut se permettre de perdre le FIRM alors que tant d'efforts et d'investissements sont enfin consentis à la revitalisation du centre-ville de Chicoutimi.