L'arrivée de l'homme d'affaires Pierre-Karl Péladeau sur la scène politique a subitement ravivé la question nationale dans le cadre de la présente campagne électorale.

Deux semaines pour du concret

L'arrivée de l'homme d'affaires Pierre-Karl Péladeau sur la scène politique a subitement ravivé la question nationale dans le cadre de la présente campagne électorale. Et, comme l'ont démontré les résultats du sondage publié mardi dernier dans La Presse et dans Le Quotidien, cela a eu pour conséquence d'inciter les électeurs québécois à reporter leur attention sur les deux partis politiques qui s'affrontent depuis 40 ans sur cet enjeu, le Parti québécois et le Parti libéral du Québec, formations aujourd'hui pratiquement au coude à coude dans les intentions de vote, loin devant la Coalition avenir Québec.
L'effet collatéral de ce réalignement, c'est que les enjeux propres aux régions périphériques, surtout en matière d'emplois et de développement économique, se retrouvent désormais d'autant éloignés des principaux débats et du feu des projecteurs. Déjà qu'il est difficile d'inscrire ces sujets dans les agendas nationaux peu importe le déroulement des campagnes...
Il devient donc encore plus important, pour les candidats régionaux des principaux partis en lice, de prendre le relais et d'exprimer clairement quelles positions, quels projets, ils entendent mettre de l'avant concrètement advenant leur élection le 7 avril prochain.
Thèmes
Évidemment, depuis le début de la campagne, tous les candidats libéraux et péquistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont dévoilé leurs grands thèmes en matière d'économie. Dans son lancement, le chef du PLQ et candidat dans Roberval Philippe Couillard a martelé qu'il faisait des «jobs» sont cheval de bataille, qu'il défendrait l'industrie forestière bec et ongles et qu'il avait l'intention de s'assurer que les redevances issues de l'exploitation des ressources naturelles profitent d'abord aux régions où se trouvent ces ressources. Il s'est aussi montré favorable aux projets de minicentrales hydroélectriques et a donné son appui au principe d'accorder des tarifs énergétiques concurrentiels aux alumineries en échange de garanties de retombées.
De son côté, le caucus péquiste régional a aussi parlé d'économie, de soutien à l'agriculture, d'aide à l'industrie forestière. Le député sortant dans Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, tout comme son collègue dans Jonquière, Sylvain Gaudreault, ont affirmé leur volonté d'accompagner RTA dans ses projets à ses usines d'Alma et de Jonquière.
Dans Dubuc, le candidat péquiste Jean-Marie Claveau et son adversaire libéral Serge Simard se sont montrés en faveur du projet d'Arianne Phosphate. Mais, on a été peu loquace quant aux détails de cet appui, notamment concernant le volet du dossier qui prévoit la construction d'un quai dans les limites de Saint-Fulgence... Or, c'est cet aspect précis qui constitue la clé du projet et de ses retombées.
Du côté du PQ, on a réitéré l'engagement formulé avant le déclenchement de la campagne à l'effet d'organiser dans la région un vaste forum afin de développer de nouvelles pistes de développement économique et de donner un nouvel élan au Saguenay-Lac-Saint-Jean. C'est une belle initiative que les autres formations devraient d'ailleurs promettre d'imiter.
Mais, en vue des deux dernières semaines de la campagne, il faut davantage. Il faut des détails, des engagements concrets, des stratégies économiques. Les citoyens veulent savoir comment s'articulera l'appui des grands partis aux projets d'Arianne Phopshate et de Niobec. Si des tarifs énergétiques hautement concurrentiels seront consentis aux alumineries et aux autres entreprises énergivores désireuses de s'établir ici, et si oui sous quelles garanties. Comment on aidera concrètement les entreprises forestières et les travailleurs qui gravitent dans cette industrie. Permettra-t-on rapidement la relance des projets hydroélectriques comme celui de la 11e Chute? Construira-t-on un pont ferroviaire à Dolbeau-Mistassini afin de donner un atout stratégique au parc industriel de la MRC Maria-Chapdelaine? Quels outils, quels programmes seront déployés pour favoriser la deuxième et la troisième transformation des produits de la forêt et de l'aluminium?
En campagne électorale, tous les partis s'accordent toujours pour affirmer que l'économie et la création d'emplois constituent des «priorités prioritaires». Pour les candidats, il reste deux semaines pour aller au-delà des grands concepts et préciser comment ils comptent agir pour aider l'économie régionale à se replacer sur les rails. L'heure est au concret.