Cet été, cap sur la région

ÉDITORIAL / La saison des bières et apéros sur le patio arrive à grands pas, comme celle du barbecue en bonne compagnie, de la baignade et des sorties estivales. Alors que nous sommes tous à prévoir la période de vacances, pourquoi ne pas s’imposer, cette année, une variable obligatoire : celle d’intégrer au moins une caractéristique locale à nos activités ?

Ce n’est pas nouveau : l’herbe semble toujours plus verte chez le voisin. Nous sommes tous, à un moment ou un autre, tentés de regarder ce qui se passe au-delà de l’océan d’épinettes qui nous entoure et qui nous sépare des autres régions du Québec. Or, qui peut se targuer d’avoir entièrement savouré, dégusté, admiré le Saguenay–Lac-Saint-Jean et ses innombrables richesses ? Qui peut se vanter d’avoir vu tout ce qu’offre ce Royaume, qui n’a rien à envier à aucun autre territoire ?

Cet été, pourquoi ne pas troquer la caisse de 24 traditionnelle pour découvrir l’une et l’autre de nos microbrasseries, lesquelles font pourtant belle figure aux quatre coins de la province ? Pourquoi ne pas exiger leur présence dans les restaurants et les pubs que nous fréquentons, ne serait-ce que pour avoir le choix du « goût de chez nous » ? Dans le même esprit, il serait de mise de réserver une place de choix aux produits de nos distilleries locales pour nos cocktails maison. Un verre de gin Km12 sur glace ou un Beefeater ? Le choix est simple, non ?

Et sur le grill, pourquoi ne pas modifier nos habitudes en agrémentant nos plats de saveurs locales. Nos agriculteurs s’efforcent d’offrir des produits de la terre d’une qualité exceptionnelle. Et avec les ketchup, moutarde et relish de Canada Sauce, même un hot-dog, tout ce qu’il y a de plus banal, se donne des airs de fleuron régional. Bon, d’accord, faut pas charrier… Mais le moindre aliment local intégré à nos mets de tous les jours représente un pas de plus vers le développement de notre territoire. Et c’est exactement ainsi qu’il faut commencer à penser si nous souhaitons voir cette région réussir dans ses efforts de diversification.

Nos fromages sont dignes des meilleurs au monde et s’adressent à toutes les catégories d’épicuriens. Ils sont ceux de nos poutines et de nos pizzas, mais ils peuvent aussi devenir la pièce maîtresse de nos soupers vins et fromages. Lequel est votre préféré ?

Presque chaque semaine d’ici la prochaine rentrée des classes, le Saguenay–Lac-Saint-Jean est un lieu de festivals, qui accueille des artistes en tout genre, de la vedette internationale au compositeur local, qui ne demande qu’à se produire devant le public. Tous les styles sont offerts, du rock festif – et parfois grivois à souhait – d’Orloge Simard à la formation internationale The Offspring ; de l’inimitable Joël Martel aux groupes cultes tels CCR et NOFX. Et il y a naturellement le théâtre d’été, les expositions, les spectacles d’humour, les concerts et les prestations urbaines au centre-ville.

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean, c’est aussi la Véloroute des Bleuets, les établissements d’hébergement qui longent ce tracé ainsi que les terrains de camping et les plages qui donnent sur le Piékouagami ; les randonnées en forêt, la pêche, le kayak de mer sur le Saguenay et le VTT en sentiers aménagés. La région, c’est les monts Valin, été comme hiver ; c’est le Zoo sauvage de Saint-Félicien, notre principal produit d’appel, que tous devraient visiter au moins une fois par année.

Oui, l’appel des grands centres est puissant, à l’aube de la saison estivale. Celui des autres régions également. Mais nul n’est meilleur ambassadeur que celui qui connaît les moindres recoins de son propre pays. Cet été, donc, revisitons notre pays, celui de la tourtière et de la tarte aux bleuets, et intégrons quelques-uns de nos petits trésors à notre quotidien. Nous n’en serons tous que plus fiers.