Année de défis

Le sentiment d'assurance tranquille qu'ont toujours donné à la région la forêt et l'eau résistera-t-il en 2014? Poser la question dans le contexte économique actuel, c'est soulever un doute qui devrait inciter les Jeannois et les Saguenéens à aborder la nouvelle année avec circonspection.
Les dernières années ont bien fait voir que l'économie, encore davantage celle des régions, n'est pas un long fleuve tranquille. Il n'y a pas si longtemps encore, peu de gens croyaient que les forteresses que constituaient le bois et l'aluminium pourraient fléchir.
Les classiques!
Bois et aluminium, rétorquez-vous avec lassitude! Aussi bien vous faire à l'idée qu'on en entendra parler pendant toute l'année 2014. Parce qu'ils continueront à battre la mesure de l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean... mais pas forcément dans les termes qu'on le souhaiterait.
Tout n'est cependant pas sombre de ce côté parce que l'industrie forestière devrait poursuivre sa croissance, selon les spécialistes. Les prévisions les plus optimistes suggèrent une hausse des activités de l'ordre de 2,4%. La vigueur de l'économie américaine y est pour quelque chose, bien entendu.
Toutefois, cette industrie demeurera sous haute surveillance au cours de la prochaine année en raison de sa fragilité, particulièrement dans la région. Résolu n'a pas de marge de manoeuvre  et le moindre contrecoup produira un impact direct sur les activités locales.
Quant à l'aluminium, rien de nouveau : le marché mondial est sursaturé et seules les entreprises qui manufactureront à des coûts compétitifs éviteront le pire. Il faut bien admettre que cela place la région sur la défensive en dépit des avantages qu'elle offre, notamment en matière de qualité de la main d'oeuvre et de production d'énergie. C'est donc dire qu'il serait étonnant que les expansions attendues à Alma et à Arvida se concrétisent.
Parmi les facteurs expliquant la précarité du marché se trouvent justement la production d'énergie, les difficultés économiques de l'Europe et la surproduction mondiale. Les Américains sont en train de changer la donne en matière d'énergie, s'étant lancés dans la fracturation hydraulique tout en ne négligeant pas l'innovation technologique. Ce qui est sous moratoire au Québec (gaz de schiste) contribue à redresser l'économie des Américains...
Le portrait des deux principaux atouts étant brossé, il faut aussi référer à la vigueur de plusieurs PME exportatrices, d'un secteur public et parapublic fort et des échos encourageants en provenance de projets miniers. En effet, la région pourrait bénéficier de l'avancement de quatre projets : l'expansion d'Iamgold à la mine de Saint-Honoré, celui d'Arianne phosphate au Lac-à-Paul, de tantale et de niobium au nord de Saint-Félicien ainsi que de l'uranium et de diamants sur les monts Otish.
Par ailleurs, l'absence de grands chantiers se fera sentir dans la région, et par conséquent les grands constructeurs devront tirer leur épingle du jeu ailleurs, notamment sur la Côte-Nord. Le parachèvement de l'autoroute 70 continuera de se faire au compte-gouttes et les impacts n'auront rien à voir avec l'aménagement de la 175. En revanche, il sera intéressant d'observer l'implantation du centre d'appel Nordia, à Jonquière, un excellent coup de Promotion Saguenay, qui créera plus de 400 emplois. Comment ne pas souhaiter d'autres initiatives semblables.
Leadership
Une des questions à éclaircir en 2014 concerne le poids politique de la région, à la fois à Ottawa et à Québec. La région ne peut être mieux positionnée pour améliorer son sort à ce chapitre. Les attentes sont élevées à l'endroit de l'équipe péquiste, qui compte sur deux ténors au sein du gouvernement en Stéphane Bédard et Sylvain Gaudreault, et de Denis Lebel, lieutenant québécois du gouvernement conservateur. Ils ont au moins un dénominateur commun: gagner la faveur de la population. L'un est minoritaire, au Québec, l'autre a perdu ses appuis dans la Belle province.
Puisqu'il est question de leadership, il faut bien le reconnaître: la région souffre de l'absence d'une forte personnalité qui transcende les préjugés et les lignes de partis, quelqu'un qui puisse secouer le confort des décideurs et ayant la capacité de la mettre sur de nouvelles pistes. Parce que la capacité à se renouveler fait partie des grands défis de 2014!