À vos devoirs, élus de Saguenay

ÉDITORIAL / Time out, on arrête tout ! Bien qu’aucun chiffre n’ait encore été confirmé officiellement, il semble acquis que le projet de centre multisport de Jonquière coûtera beaucoup plus cher que prévu s’il se réalise selon les plans. Selon l’information rapportée par la station KYK 95,7, la construction de cette infrastructure nécessitera des travaux imprévus de stabilisation du terrain. En résumé, la Ville aurait acheté, au montant de 2,3 millions de dollars, un terrain sous lequel repose une nappe phréatique. Si ça s’avère, il s’agit d’une erreur colossale, qui entraînera des mesures non moins considérables. Mais, les dépassements de coûts seraient davantage attribuables à l’érection du futur bâtiment, qui aurait été nettement sous-estimée au départ.

Selon les chiffres évoqués par l’animateur Mark Dickey, jeudi, le coût du projet aurait presque doublé, passant de moins de 20 millions à quelque 37 millions. Certes, ce pronostic devra être validé par des experts, mais même hypothétique, une telle explosion des coûts ne laisse aux élus qu’une seule option : prendre une pause et revoir le projet dans son ensemble.

Pour l’instant, le dossier est rempli de zones grises que même les conseillers de Jonquière ont du mal à éclaircir. L’une d’elles est la raison pour laquelle Saguenay a acquis ce terrain et soumis un projet sous-évalué ? Il est difficile d’imaginer qu’il n’y a eu aucune analyse des sols autre que celle qu’a commanditée Rona à l’époque ; qu’il n’y ait eu aucune expertise, avant que la transaction ne soit scellée.

Retour à la case départ

Les élus, en particulier ceux de l’arrondissement de Jonquière, doivent remonter jusqu’à la case départ afin de comprendre ce qui s’est passé. Ce n’est qu’ensuite qu’ils pourront analyser le projet en fonction des nouveaux paradigmes. Or, une chose est certaine, si les chiffres mentionnés sont exacts, il sera extrêmement difficile de justifier l’investissement.

Aussi serait-il de mise de reconsidérer les sites potentiels qui, à l’époque, ont fait l’objet d’une analyse, puis tout recommencer sur une base solide (sans jeu de mots), sans égard au calendrier électoral. La construction d’un stade de soccer intérieur, qui sera également utilisé pour accueillir des événements sportifs d’autres disciplines, est un besoin indéniable pour Saguenay. Qu’il soit dans le secteur de l’ancien Walmart n’a aucune importance. Il pourrait très bien être sur les terrains du Cégep de Jonquière, dans le secteur du parc Saint-Jacques à Arvida, ou même à Chicoutimi, pourquoi pas, si l’espace le plus adéquat se trouve dans cet arrondissement. Bref, aucun scénario ne doit être écarté dans la réflexion qui s’impose puisque la priorité, c’est que le bâtiment soit érigé à un prix raisonnable.

Identifier les responsables

Mais avant de poser des actions, il faut identifier le ou les responsables de ce fiasco et obtenir des explications. Car après le Palace et, cette fois-ci, le centre multisport, il sera dorénavant plus difficile pour Saguenay d’être crédible lorsqu’elle soumettra des projets aux paliers de gouvernements supérieurs.

Et que dire de l’image de l’administration actuelle face à la population, qu’on espère convaincre que le projet d’amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi ne dépassera pas 60 millions de dollars ? Chat échaudé craint l’eau froide.

Alors, à vos devoirs messieurs et mesdames les élus de Saguenay. Prenez le temps de consulter les fonctionnaires et tâchez de nous revenir avec des réponses précises plutôt qu’un refus laconique de commenter la situation. Parce qu’en ce moment, comme nous d’ailleurs, vous semblez tous ignorer ce qui s’est réellement passé dans le dossier du stade de soccer intérieur de Jonquière.