Ce type devant

Je suis né avec cette chose qui, vraisemblablement, n'est pas incluse dans la fabrication de tous les êtres humains.
Vous connaissez peut-être ça en fait. On appelle ça de l'empathie.
Par exemple, si quelqu'un vous annonce une mauvaise nouvelle la concernant, l'empathie fera en sorte que vous lui tendrez l'oreille et vous prendrez tout le temps qui est à votre disposition afin de savoir comment elle se sent. Généralement, l'empathie, ça vient naturellement. Mais là, notez bien le "généralement". Ça risque de vous servir tantôt.
En fait, l'empathie, c'est la capacité de comprendre et d'accepter comment les gens autour de nous se sentent. Et à vrai dire, je vous proposerais même d'aller consulter un dictionnaire à cet effet parce que j'y suis allé d'une définition bien personnelle et je ne voudrais surtout pas vous induire en erreur. D'ailleurs, ça aussi c'est un peu de l'empathie.
Alors où est-ce que je veux bien en venir avec cette histoire d'empathie? Bah c'est simple. Vous voyez, le gars ou la fille qui vous sert votre café chaque matin, il se fait probablement royalement chier lui aussi. Avant même que votre cadran ne daigne anticiper de sonner, le gars du café lui, il était dans sa douche et quelques minutes plus tard, il se jetait un dernier regard dans le miroir, tentant de se convaincre que son uniforme de travail lui allait plutôt bien.
Avant même que vous ne lui demandiez un gros café deux laits deux sucres sur le ton le plus méprisant et froid qui puisse exister, le gars du café a vu passer un tas d'autres types comme vous. Des gars en costard, des gars en chienne de garage, des gars fringués comme une carte de mode, etc. D'un point de vue statistique, vous n'êtes certainement pas le premier à lui avoir parlé sur ce ton. Et pourtant, avant que vous ne lui ayez adressé la parole comme on ordonne à son chien de se tasser du divan, le gars du café a réussi à vous demander, un sourire aux lèvres, ce qu'il pouvait faire pour vous. On en conviendra, ce n'était peut-être pas le sourire et l'intonation les plus authentiques du monde, mais le gars a fait un effort. Et puis, on pourra tous débattre comme quoi ce mec n'a rien fait d'héroïque, car ça fait partie de son boulot, mais à la fin, y a une chose sur laquelle vous n'êtes pas en mesure d'argumenter: à ce moment x de votre vie, vous avez davantage besoin de ce gars que lui a besoin de vous. Rappelez-vous toutes ces fois où vous dites à votre collègue que sans votre café, vous n'êtes rien.
Je vous raconte ça parce que tous les jours, je vois ces hommes et ces femmes qui agissent de la sorte chaque fois que l'occasion se présente. Que ce soit dans un fast-food, dans une boutique ou à l'épicerie, je n'arrive pas à comprendre comment on peut en arriver à se croire supérieur à qui que ce soit. Je ne vois pas en quoi ça peut nous faire du bien. Lorsqu'on sait que le gars ou la fille devant nous va passer sa journée derrière un comptoir, à servir des centaines de gens, et ce, au salaire minimum, je me questionne à savoir par quel raisonnement on peut se dire que cette personne ne mérite même pas un sourire, un bonjour ou un merci.
Remarquez que c'est facile pour moi de vous faire la morale à cet effet. Parce que oui, cette fois-ci c'est indéniable, je vous fais la morale. Vous voyez, comme j'ai fait un tas de boulots du genre service à la clientèle auparavant, j'ai fait partie de la confrérie du comptoir. Et ce genre de confrérie, j'ose croire que c'est pour la vie. Quand on a vu des dizaines des milliers de visages méprisants nous ordonner de leur servir des trucs, on sait à quel point on peut être laid quand on agit de la sorte. Alors parfois, il faut que je fasse aussi un petit effort de mon côté et là, même si ça me semble interminable avant d'avoir ce café ou ce burger, je joue la comédie en interprétant un gars qui sourit et qui est sympathique. Et je fais ça en sachant que fort possiblement le gars devant moi fait le même truc.
Certes, tout ça, c'est absurde. Ça n'a pas vraiment de sens. Or, ça réduit considérablement les chances que le type devant moi ait une soudaine envie de cracher dans ma soupe alors que je regarde ailleurs.
Et vous savez quoi? Il devrait en avoir le droit après trois prises.