Victoire

OPINION / Avertissement : cette lettre détonnera des mauvaises nouvelles qui engorgent chaque jour l’espace médiatique. Il faut le dire, quand surgit du lot une bonne nouvelle qui touche la pauvreté, comme par hasard, il n’y a souvent plus d’espace dans les médias pour relayer la nouvelle, comme ce fut le cas le 22 novembre 2017, lors du dévoilement de la Stratégie canadienne sur le logement.

Encore heureux qu’une telle tribune puisse exister dans un journal qui sera consulté gratuitement dans divers lieux publics. Ainsi, les locataires à faible revenu qui n’ont pas accès à Internet faute de moyen financier, pourront être informés d’une grande victoire qu’ils viennent de remporter.

Le 22 novembre 2017, 385 000 ménages locataires à faible revenu au Canada (6000 au Saguenay Lac-Saint-Jean), ont obtenu un gain majeur, résultat d’une mobilisation soutenue depuis 2012 des groupes-membres du Frapru du Québec, dont Loge m’entraide à Saguenay et du travail essentiel d’organisations comme la Fédération canadienne des municipalités, le Réseau québécois des OSBL d’habitation et des regroupements de Coopératives d’habitation.

En effet, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a accompli une promesse électorale en renouvelant pour 10 ans, les subventions fédérales de 385 000 logements sociaux fondés avant 1994 au Canada (HLM, Coopératives et OBNL voués au logement) permettant aux locataires appauvris qui y demeurent, de continuer à payer 25 % de leur revenu pour s’y loger et ainsi, anéantir leur inquiétude.

Aujourd’hui, nous dirigeons intentionnellement la lumière sur cette bonne nouvelle qui vient relever d’un cran la dignité et l’espérance de ces derniers et démontrer en l’utilité des luttes collectives. Mais soyez rassurés ! Nous sommes conscients qu’il y a des éléments contenus dans la Stratégie qui réclament des améliorations. Fidèles à notre mission de défense des droits des locataires à faible revenu, nous aurons amplement le temps d’en faire la nomenclature éventuellement.

Cette bonne nouvelle vient aussi, du même coup, déconcerter le cynisme que plusieurs entretenaient à l’égard de Justin Trudeau face à cette promesse électorale que Loge m’entraide lui avait soutirée en personne, le 8 avril 2015 à Saguenay, alors qu’il était chef du Parti libéral, quelques mois avant le déclenchement des élections fédérales. Devenu premier ministre du Canada, nous avons pu encore discuter de sa promesse les 25 août 2016 et 26 juillet 2017, lors de ses passages à Saguenay. Disons-le : même Loge m’entraide se faisait accuser de rêver en couleur de croire en sa promesse ou encore, d’avoir mal saisi ses propos pendant nos rencontres. Mais aujourd’hui, les sceptiques sont confondus. Attention : Loge m’entraide est loin de vouloir s’attribuer à lui seul cette victoire, fruit incontesté d’un combat collectif national de plusieurs années et d’une réelle volonté politique. Mais il est fier d’avoir pu obtenir une promesse électorale aussi importante ici même à Saguenay, qui se réalise aujourd’hui en faveur de centaines de milliers de locataires appauvris du Canada.

En terminant, notez que Loge m’entraide est un organisme communautaire apolitique et ne reçoit aucune subvention du gouvernement fédéral, ni du Parti libéral du Canada. Cette lettre n’a été écrite sous aucune influence politique autre que celle d’un coeur sincère à vouloir souligner en gras, une bonne nouvelle au nom de la lutte à la pauvreté et du droit au logement.

Sonia Côté, coordonnatrice

Loge m’entraide

Producteurs déçus

OPINION / Les Producteurs de grains du Québec ont toutes les raisons d’être déçus de la mise à jour économique du gouvernement du Québec. En effet, cette dernière n’apporte aucun nouveau soutien au secteur stratégique de la production de grains, pourtant nécessaire pour faire face aux augmentations constantes des contraintes à la production imposées par le gouvernement. Pourtant, cette mise à jour aurait dû être le déclencheur vers un réinvestissement significatif pour soutenir la productivité et la compétitivité de notre secteur face à ses concurrents étrangers.

Parmi les attentes qui n’ont pas trouvé de réponses pour le moment, notons l’allocation des ressources nécessaires pour la mise en place de mesures d’accompagnement et de compensation des producteurs afin de répondre aux attentes sociétales actuelles et nouvelles, que ce soit en matière de pesticides ou de bandes riveraines. La même approche devrait être requise pour les enjeux de l’étiquetage des OGM et de la taxation du carbone.

Les Producteurs de grains souhaitaient aussi que le gouvernement évite le détournement des 38 millions $ du solde résiduel du Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) pour le maïs-grain et le soya. De plus, le gouvernement doit enclencher la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA) demandée depuis plusieurs mois déjà.

Sans le redressement du soutien accordé aux producteurs de grains, les producteurs de partout à travers la province auront de plus en plus de difficulté à concurrencer les fermes étrangères, qui bénéficient de réglementations bien moins contraignantes et d’un soutien autrement plus généreux. Les Producteurs de grains réclament donc tout simplement et légitimement leur part des importants surplus budgétaires annoncés. Le gouvernement devrait répondre à ces demandes rapidement afin d’assurer le maintien de la contribution de notre secteur au développement économique du Québec.

Christian Overbeek

Président

Producteurs de grains du Québec