Une situation financière difficile

OPINION / Le conseil de Ville de Saguenay a voté à l’unanimité un plan triennal d’investissement de 374 millions de dollars, dont 266,5 millions seront payés par le financement à long terme de la ville. C’est le plan le plus ambitieux de l’histoire de la ville, plus du double des plans précédents. Pour l’année 2019, c’est un montant de 111 millions soit une augmentation de 55 millions par rapport aux prévisions de 56 millions pour l’année 2018.

Ce plan d’investissement est-il compatible avec le retour à l’équilibre du budget de fonctionnement au cours des trois prochaines années ? Quel en sera l’impact sur l’augmentation du compte de taxes des citoyens au cours de cette période ? Une réponse à ces deux questions serait nécessaire pour savoir si nous avons les moyens de nos ambitions.

Malgré des efforts louables dans la préparation du budget de fonctionnement 2019, la ville doit encore s’endetter de 9,8 millions pour payer ses dépenses de fonctionnement. Saguenay est la seule ville de sa catégorie dans cette situation, les autres villes payant une partie de leurs investissements comptant. Pourtant, l’augmentation du compte de taxes de la maison moyenne est de 3,9 %. Pour une deuxième année, c’est une augmentation plus élevée que celle des villes de sa catégorie. Le rythme d’augmentation des revenus de la ville ne permet pas de soutenir une augmentation des dépenses de 5 % telle que prévue dans le budget.

La valeur d’évaluation de la maison moyenne à Saguenay baisse de 2,4 %, soit une baisse de 5049 $. Le prix demeure cependant encore plus élevé que le prix observé sur le marché. Pour compenser cette perte de revenus pour la ville, le taux de taxation résidentielle passe de 1,04 $ du 100 $ d’évaluation à 1,12 $, soit une augmentation 7,7 %. Le taux de taxation résidentielle a augmenté de 12 % en deux ans, ce qui contribue à rendre la vente des maisons plus difficile et à augmenter les inventaires qui sont les plus élevés des villes du Québec particulièrement pour les maisons à prix plus élevés.

La dette de Saguenay est l’une des plus élevées et elle augmente plus rapidement. Les dépenses pour le remboursement de la dette à long terme et les frais d’intérêt représentent 20 % des dépenses dans le budget de fonctionnement en 2019 et sont en augmentation de 3,8 millions par rapport à l’année précédente. Ces dépenses vont augmenter encore dans les prochaines années suite à l’augmentation de la dette provoquée par le nouveau plan triennal d’investissement.

Dans quelle mesure le plan triennal d’immobilisation et l’augmentation de la dette qui en découle sont-ils compatibles avec le retour à l’équilibre du budget de fonctionnement en tenant compte d’une augmentation raisonnable du compte de taxes ?

Une bonne politique de gestion de la dette nous aurait permis de répondre à cette question et de mieux contrôler l’augmentation de la dette. C’est une promesse que la mairesse Josée Néron avait faite dans le cadre des orientations budgétaires de 2018, mais qu’elle n’a malheureusement pas tenue.

Des informations financières crédibles supplémentaires devront nous être fournies pour de nous convaincre de nous endetter davantage pour financer de grands projets.

Gilles Bergeron, économiste

Saguenay