Une hausse plus imposante que prévu

OPINIONS / Quelle est la véritable augmentation du compte de taxes de la résidence de valeur moyenne à Saguenay en 2019 ? Les citoyens sont en droit de connaître cette information pour mieux comprendre l’augmentation du compte de taxes de leur résidence, la comparer à celle des autres villes et participer au débat démocratique. Les informations disponibles dans l’onglet Budget 2019, Ville de Saguenay – disponible sur le site Web de la ville – ne permettent pas de répondre clairement à cette question. À des fins de transparence et de cohérence, des précisions et des correctifs doivent être apportés.

Alors que la mairesse de Saguenay, Josée Néron, et le président de la Commission des finances, Michel Potvin, ont annoncé une augmentation de 102 $ et de 3,9 % du compte de taxes de la maison de valeur moyenne lors de la présentation du budget, nous obtenons une augmentation de 138 $ et de 5,2 % pour une maison de valeur moyenne qui a perdu 2632 $ (-1,27 %) au rôle d’évaluation. L’augmentation de la maison moyenne qui a gardé sa valeur est de 165 $ (6,34 %).

Le calcul est fait en utilisant les données du tableau en page 15 du budget. Le compte de taxes de la maison moyenne était de 2602 $ en 2018 (206 913 $ x 1,04/100 $ + 450 $), et le compte de taxes sera de 2738 $ en 2019 (204 281 $ x 1,12/100 $ + 450 $). L’augmentation est donc de 136 $ (2738 $ - 2602 $) et de 5,22 % (136 $/2602).

Ce calcul est valable pour une maison de valeur moyenne à Saguenay de 206 913 $ en 2018 et de 204 281 $ en 2019, dont la valeur au nouveau rôle d’évaluation a diminué de 2632 $ (- 1,27 %). L’augmentation du compte de taxes d’une maison qui a conservé la même valeur au rôle d’évaluation sera de 165 $ (6,34 %) en 2019. La baisse des revenus à Saguenay découlant de la diminution de la valeur des maisons explique en partie cette augmentation.

Pour en arriver aux résultats qui ont été communiqués lors de la présentation du budget, le calcul est fait en page 14 du budget en utilisant une maison qui a une valeur de 209 330 $ et qui perd 5049 $ (-2,4 %) au rôle d’évaluation. On fait ainsi augmenter le compte de taxes de 2018, ce qui permet de diminuer l’augmentation du compte de 2019 et d’en arriver à une augmentation plus politiquement acceptable de 102 $ et de 3,9 %. Les calculs de l’augmentation du compte de taxes dans chacun des sept secteurs de la ville sont faits avec la même approche.

Les résultats de ce calcul sont exacts, mais ils sont faits pour une maison de 209 330 $ qui a perdu 5049 $ de sa valeur, et ils ne peuvent, en aucun cas, être utilisés pour informer les citoyens d’une augmentation du compte de taxes d’une maison de valeur moyenne, qui est 206 913 $ et dont la valeur a diminué de 2632 $. Ce sont deux calculs différents, qui nous donnent des informations différentes.

Pourquoi avoir choisi une maison de 209 330 $ qui perd 5049 $ (-2,4 %) au rôle d’évaluation ? Que représente ce cas ? Si on avait choisi une maison dont la valeur avait diminué de 10 000 $, on obtiendrait une augmentation du compte de taxes encore plus faible.

Quelle est la diminution de la valeur des résidences à Saguenay ? Pourquoi cette question n’a-t-elle même pas été abordée lors de la présentation de l’augmentation du compte de taxes ? Particulièrement pour les citoyens qui souhaitent vendre leur maison, c’est un enjeu important qui devrait être pris en compte par le conseil de ville. Le contribuable devrait-il se réjouir de voir diminuer la valeur de sa maison de 5049 $ ou de 10 000 $ à Saguenay ?

Il est permis de s’interroger sur la stratégie de calcul choisie par les autorités municipales de Saguenay pour faire avaler aux contribuables une hausse de taxes plus grande que souhaité. Il appartient maintenant à la mairesse Josée Néron et au conseiller responsable du budget, Michel Potvin, de répondre à ces interrogations et de faire les correctifs appropriés.

Gilles Bergeron, économiste

Saguenay

+

LE POPULISME DE MICHEL POTVIN

Réaction à l’éditorial de Marc St-Hilaire intitulé « Saguenay, c’est aussi Laterrière », publié le 9 janvier.

Si le conseiller Michel Potvin avait utilisé les mêmes arguments que vous pour expliquer le bien-fondé des taxes imposées à Laterrière et s’y était limité, il se serait mieux défendu lors de la réunion avec les contribuables de cet arrondissement, tout en s’évitant bien des problèmes futurs avec l’ensemble des citoyens de Saguenay.

Il a fait du populisme : il a dit ce que le peuple voulait entendre pour atténuer sa colère.

Félicitations pour votre analyse.

Roger Boivin

Chicoutimi