Un réflexe régional à Saguenay

OPINION / Portée par un engagement phare de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), la mairesse de la métropole régionale a renoué avec les autres élues et élus du Saguenay–Lac-Saint-Jean dès son entrée en fonction. Depuis l’élection de Josée Néron à la mairie, Saguenay a saisi promptement et assume maintenant pleinement le rôle de locomotive que doit jouer la ville la plus populeuse de la région.

Légitimement, Saguenay devait se redonner une voix forte auprès des plateformes de concertation régionale.

La mairesse ainsi que le maire suppléant et président de la Commission des finances, Michel Potvin, participent activement depuis 18 mois à la Table régionale des élus (TRÉ), l’organisation qui a succédé à la Conférence régionale des élus (CRÉ).

Si l’influence de la TRÉ est garante du poids politique des représentants qui y sont délégués, la nouvelle administration montre ainsi toute l’importance qu’elle accorde aux enjeux régionaux. Le dialogue entre les leaders municipaux est réinstauré et donne des résultats.

Grâce au travail d’équipe, des projets, tels l’implantation du HUB Saguenay–Lac-Saint-Jean, les travaux d’infrastructures sur la zone industrialo-portuaire (zone IP) de Saguenay et la mise sur pied de PME Durable 02, ont été rendus possibles conformément aux priorités ciblées lors du Sommet économique régional et reprises par le Comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR).

L’union des forces régionales bénéficie aussi concrètement aux communautés affectées par les récentes périodes d’incertitudes économiques. Portant à la fois le chapeau de présidente de l’Alliance régionale pour la solidarité et celui de membre de l’Alliance forêt boréale, la mairesse comprend l’intérêt de s’impliquer et de rendre efficiente la nouvelle notion de gouvernement de proximité. Par exemple, la métropole régionale a tout à gagner en se solidarisant sur les questions de planification de l’immigration.

À l’instar des municipalités qui doivent composer avec de nouvelles réalités, les lieux de pouvoir en région s’occupent désormais autant des humains, non plus seulement des infrastructures.

Lors de l’élaboration du programme de l’ERD, les citoyennes et citoyens consultés étaient plus que conscients que les défis en matière de rareté et de mobilité de la main-d’oeuvre, de déclin démographique et de relève entrepreneuriale concernaient également l’ensemble des acteurs socioéconomiques de la région. Aujourd’hui, sa chef et son équipe confirment leur vision et leur leadership en matière de vitalité économique régionale.

Dans cette perspective, la nouvelle gouvernance municipale a nommé la conseillère Brigitte Bergeron à la Table intersectorielle régionale des saines habitudes de vie et à la Table de concertation pour les besoins des Premières Nations en milieu urbain.

La présence soutenue d’élus de Saguenay au sein de ces organisations témoigne de la volonté inébranlable d’aller plus loin ensemble. C’est le souhait de la population envers ses représentants. Sans l’ERD, le réflexe régional ne serait pas aussi aiguisé.

Marcel-Olivier Nadeau

Président du conseil d’administration de l’ERD

Marc Bouchard

Président du caucus des élus de l’ERD