Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sonia Côté
Sonia Côté

Un piège politique

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / Mme la mairesse de Saguenay,Depuis votre élection en 2017, Loge m’entraide demandait à vous rencontrer pour aider la naissance de la Coopérative d’habitation La Solidarité réclamée depuis huit ans, par 50 militants, 800 membres, 5600 signataires et 524 donateurs ayant versé 300 000 $ sur les 900 000 $ requis. Une rencontre de 15 minutes a eu lieu le 3 juin 2021, la première et la dernière d’ici l’élection du 7 novembre.

Par Sonia Côté, coordonnatrice de Loge m’entraide

Pourquoi nous avoir rencontrés pour nous demander d’abandonner notre projet de coopérative au détriment de dix suppléments au loyer privé (SLP) offerts à des propriétaires, une solution contraire à notre mission qui, comme vous le saviez, réclame depuis toujours du logement social (HLM, COOP OBNL d’habitation pour problématiques spécifiques) ? Nous avons refusé d’abandonner notre projet aussi par considération envers ceux qui luttent et réclament cette naissance depuis huit ans.

Les contribuables savent-ils que c’est eux qui vont payer à même leurs taxes et impôts, le coût mensuel de dix loyers à la hauteur de 75 % ? Savent-ils que ce que vous proposez, c’est de l’argent public qui ira dans les poches de dix propriétaires dont le but est le profit ? En contrepartie, une coopérative, c’est investir dans un bien collectif qui servira aux générations à venir (elle sera encore vivante dans 100 ans, car on ne peut vendre une coop) qui est sans notion de profit et qui offre aux locataires à faible et modeste revenu la garantie d’être logés sous un toit digne, de qualité, abordable où des valeurs de partage, d’entraide, de prise en charge seront au coeur de leur milieu de vie.

Bref, sachez que Loge m’entraide continue, malgré cet épisode politique qui fut digne d’un piège, son combat collectif au nom des ménages locataires à faible revenu de Saguenay, au nom de la dignité, de la lutte à la pauvreté et du droit au logement. Car oui, le droit au logement, c’est aussi avoir le droit de se rassembler pour fonder une coopérative.