Un débat à faire vite

Dans un éditorial intitulé «Saguenay : un nom sensible», publié mercredi dernier dans Le Quotidien, François St-Gelais examinait à nouveau cette question du nom de la ville. Sur le titre, je suis d'accord, mais sur l'argumentaire, non.
Comment peut-on lancer de telles affirmations sans faire une analyse approfondie de la situation? Comment contredire Russel-Aurore Bouchard, Jacques Lacoursière ou encore Guillaume Lavoie, un ancien de Jonquière, un des plus brillants analystes politiques de sa génération? Voilà trois éminents personnages qui encore récemment déclaraient que le nom Chicoutimi doit reprendre sa place. Ces personnes apportent des arguments fondés sur l'histoire et non pas sur de vagues estimations.
Saguenay prête à confusion, dites-vous. C'est vraiment peu dire. Les gens de l'extérieur ne savent plus comment nous identifier, nous repérer. Entendu dernièrement : le pont Dubuc reliant Saguenay à Chicoutimi-Nord, ou le pont reliant Saguenay à Jonquière. Sur une carte Google, apparaissent clairement les noms de Jonquière, La Baie, Laterrière, Shipshaw, mais en place et lieu de Chicoutimi: Saguenay.
Ma frustration, je la partage avec une multitude de personnes, mais je fais surtout appel à la logique. Vous affirmez même que le débat sur le nom paraît accessoire et source de distraction. Dans votre logique donc, un nom ce n'est pas très important. Il faut donc oublier ça, pour un temps du moins, dites-vous. Je prétends au contraire que cette question ne cessera jamais de hanter nos populations et qu'elle doit être réglée, et le plus tôt sera le mieux, car le nom Saguenay n'engendre que frustration, confusion et division. «La toponymie sert à renforcer l'identité et le sentiment d'appartenance d'une communauté en lui octroyant une image de marque. Elle agit comme un agent rassembleur de la population», mentionne la Commission de toponymie de Gatineau.
Ne devrions-nous pas ensemble méditer sur cette définition du rôle des toponymes?
Si le nom Saguenay est si rassembleur alors pourquoi tant de controverses sur des changements de lieu à l'intérieur même de cette ville? Le bureau des passeports pourrait être déplacé à Chicoutimi! Une commission scolaire a donné un contrat à une firme qui n'a pas pignon sur rue à Jonquière! L'entreprise Brick a changé sa place d'affaires. Quels grands malheurs!
Sachez que, en dehors de Chicoutimi, à l'intérieur de notre ville, beaucoup de gens sont d'accord pour que Chicoutimi reprenne sa place parce qu'ils sont capables de faire abstraction de leur petite personne et font appel à la logique. C'est une question de gros bon sens. Et ce n'est pas une distraction.
Pauline Brassard
Chicoutimi