«Supprimons Chicoutimi»

OPINION / J'ai pété les plombs, pour m'exprimer comme M. Benoit Tremblay dans son article du 13 juillet dernier, que je félicite d'ailleurs. Oui j'ai pété les plombs en lisant l'article de Richard Bandford le 19 juillet. Il parle de la foule de monde présente pour les voiliers au quai d'escale de La Baie, plein de monde sur la rue Racine de l'arrondissement voisin et aussi, bien du monde à Jonquière pour Jonquière en musique.
« L'arrondissement voisin » comme insulte c'est parfaitement réussi ! De plus, on sent que c'est absolument volontaire. Et ce monsieur signe fièrement : ex-directeur du cabinet du maire de Saguenay. On nous présente le Festival des vins de Saguenay, le Festival des bières du monde de Saguenay (tous deux à Chicoutimi), mais il ne faut surtout pas prononcer ce nom. Une personne qui travaillait à RC m'a confié dernièrement, « on n'a pas le droit de dire Chicoutimi ». À voir toutes les pirouettes que les annonceurs font pour éviter le mot Chicoutimi, je crois que cette confidence est bien vraie. C'est ridicule tous les détours que l'on fait pour ne pas prononcer le nom Chicoutimi. Suite à mon article du 22 juin sur le même sujet, un annonceur fait des acrobaties pour ne pas dire le mot fatal. En parlant des Chocolats Lulu, il dit : une entreprise d'ici, sur le boulevard Saguenay... Le lendemain il dit : Les Chocolats Lulu, sur le boulevard Saguenay. Puis sur un autre sujet : une maison de par ici.... Faudrait-il penser qu'à chaque fois que le nom Chicoutimi est prononcé qu'il y a retrait de contrat publicitaire ou danger d'attraper le scorbut ? 
Il ne reste que trois mois avant les élections municipales. Si les dirigeants des médias ont reçu des ordres, peuvent-ils avoir assez de colonne vertébrale pour nous informer correctement avec les vrais noms pour mieux nous orienter ? C'est votre premier devoir. À Montréal, il y a eu fusion de plusieurs villes aussi, mais tous, médias et politiciens, disent Anjou, Côte-des-Neiges, St-Léonard, Dorval, Ahuntsic, etc. ainsi, la population est bien située. D'où vient cette rage de supprimer le nom Chicoutimi ? Quel en est l'avantage ? Qui en retire des intérêts ? Comment une personne qui travaille et gagne sa vie tous les jours à Chicoutimi peut-elle renier ce nom ? Quel est l'intérêt de dire que quelqu'un est mort au CIUSSS pour ne pas dire hôpital de Chicoutimi ? Avez-vous encore assez d'intelligence pour vous rendre compte de l'ILLOGISME ?
Après la consultation bidon de 2002, l'autorité municipale s'est empressée de demander au ministère des Transports d'effacer le nom Chicoutimi pour Saguenay sur toutes les pancartes de la ville de Québec. Lorsque Google s'est aperçu du changement, il a fait le même geste sur Google Maps en inscrivant Saguenay à la place de Chicoutimi tout en conservant Jonquière, Laterrière, Shipshaw, La Baie. Seul Chicoutimi est disparu. Ce qui est une très grave erreur en plus d'une fausse information et une fausse identification. J'ai tellement hâte au 6 novembre. 
Pauline Brassard
Chicoutimi
Réseau cellulaire
OPINION / Monsieur le ministre du Commerce international, Me François-Philippe Champagne,
À la suite de l'annonce faite par le premier ministre Justin Trudeau concernant la couverture de téléphonie cellulaire dans Charlevoix, je me dois d'attirer votre attention sur la problématique actuellement vécue dans le secteur de la route 155.
Nous savons notamment que ce nouveau réseau servira lors de la tenue du sommet du G7, étant donné la proximité des régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de Charlevoix, nous souhaiterions que les deux projets soient arrimés.
En effet, vous n'êtes pas sans savoir les conséquences qu'a engendrées l'indisponibilité de la téléphonie dans ce secteur. Les usagers doivent parcourir plus de 150 km de route avant d'avoir accès à un réseau. Après plusieurs accidents mortels, le coroner Carol Gagné nous a transmis une lettre d'appui dans laquelle il précise que l'accès à la téléphonie pourrait faire la différence entre la vie et la mort et permettrait d'assurer une plus grande sécurité pour tous les usagers de ce tronçon.
Cette question, de première importance au regard du contexte de la route 155, ne mérite pas l'inaction de votre gouvernement. Sachez que les quatre préfets des MRC, les maires des municipalités ainsi que le gouvernement du Québec nous appuient dans ce projet. L'apport monétaire de chacune des parties est déjà prévu pour l'implantation d'un réseau de téléphonie cellulaire.
Lorsque l'on voit des sommes de 40 000 000 $ octroyées pour l'illumination du pont Jacques-Cartier, alors que nous parlons de quelque 5 400 000 $ en totalité pour un projet qui pourrait sauver des vies, nous nous demandons où sont les réelles priorités. Pourrions-nous revoir ensemble certaines d'entre elles ?
J'ose espérer que ma requête ne vous laissera pas indifférent et vous remercie à l'avance de l'intérêt que vous porterez à ce dossier. Une rencontre avec vous serait grandement appréciée.
Je vous prie d'agréer, monsieur le ministre, l'expression de ma haute considération.
Dany Morin, président
Comité pour la couverture cellulaire - route 155