Soulignons le travail des femmes d’ici

OPINION / Aujourd’hui est la Journée internationale des droits des femmes, durant laquelle nous célébrons le bilan des luttes menées par le passé pour défendre, protéger et étendre ces droits. Cette journée est devenue une occasion de reconnaître les gains obtenus par et pour les femmes, mais aussi de nous rappeler qu’il faut continuer à défendre leurs droits et à promouvoir l’égalité entre les sexes.

Car les femmes sont encore trop nombreuses à subir des injustices, à vivre dans la pauvreté et à être victimes de violence.

Il est avéré que beaucoup de ces problématiques puisent leur source dans des réalités socioéconomiques inégales entre les hommes et les femmes que les lois et règlements en place peinent à atténuer et à corriger adéquatement.

Travailler au salaire minimum, être cheffe de famille monoparentale, gagner un salaire moindre malgré des niveaux de compétence et d’instruction équivalents ou encore heurter un plafond de verre dans une progression de carrière sont toutes des situations qui touchent davantage les femmes. C’est systémique.

Les processus législatifs actuels permettront-ils un jour d’améliorer la situation de façon durable ? En tant que députée fédérale, j’ose croire que oui ; qu’il est certainement possible d’enregistrer des progrès. Mais modifier les lois et règlements en place requiert de la volonté politique et une mobilisation. Or, nous sommes encore moins nombreuses que les hommes dans les lieux de pouvoir. C’est pourquoi les grands changements qui devront se mettre en branle dépendront encore massivement des mouvements provenant de la société civile.

Heureusement, la région peut compter sur un réseau fort d’organismes, de groupes, de militantes, d’intervenantes et de femmes impliquées pour faire jaillir ces étincelles de progrès.

Depuis plus de trois ans, j’ai eu l’honneur de partager expériences et connaissances avec ces femmes qui œuvrent souvent dans l’ombre, mais qui font une différence au quotidien. Lorsque pris dans leur ensemble, tous les gestes de ces femmes, qu’ils soient visibles ou non du grand public, forment la pierre d’assise qui nous oriente sur la voie à suivre pour continuer à étendre les droits des femmes.

Je tiens donc à profiter de cette journée pour souligner le travail remarquable réalisé par ces femmes au Saguenay–Lac-Saint-Jean dans le but de faire avancer les droits des femmes et de veiller à leur mieux-être.

Dédions-leur cette journée.

Assurons-les de notre reconnaissance et de notre soutien indéfectible dans cette lutte à poursuivre.

Travaillons ensemble à ouvrir plus de portes aux femmes, de sorte que leurs idées contribuent à façonner un avenir d’égalité, d’équité et de prospérité.

Bonne Journée internationale des droits des femmes !

Karine Trudel

Députée fédérale de Jonquière