Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des manifestations contre les mesures sanitaires ont eu lieu à différents endroits au Québec, samedi, notamment à Alma.
Des manifestations contre les mesures sanitaires ont eu lieu à différents endroits au Québec, samedi, notamment à Alma.

S’il y a une pandémie, est-ce de ma faute?

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / Je n’osais me l’avouer, encore moins l’avouer à mes semblables. Il y a des secrets qu’il ne faut sans doute jamais dévoiler. Je devrais alors me garder une petite gêne. Rester chez moi dans le plus bas fond du bas-fond du sous-sol de ma demeure. Seul à m’autoflageller et à me morfondre dans le remords, dans le regret, loin de la multitude. Mais l’épée de Damoclès qui pèse au-dessus de ma tête est trop menaçante.

Par Yvan Giguère, Saguenay

Après mûres réflexions, alors voici, je passe à l’aveu; je me libère. Sachez donc que s’il y a une pandémie depuis plus d’un an dans notre monde, c’est de ma faute. Et comme je demeure sur le territoire qui a pour nom le Québec, sachez que si la situation semble critique ces temps-ci, j’y suis pour beaucoup. Alors, ne cherchez plus du côté de notre gouvernement. Non, n’allez pas croire qu’il y a une mauvaise gestion de la crise sanitaire. Ne blâmez ni François Legault ni le ministre Dubé ou Horacio Arruda. Eux qu’on montre du doigt, eux qu’on dénigre parce qu’il faut bien trouver des coupables pour expliquer l’arrivée des variants du satané virus et pour dénoncer les couvre-feux, les fermetures de restaurants, les nouvelles zones rouges, etc.

Non, le seul et unique fautif, c’est moi. Moi, ce citoyen, tout ce qu’il y a de commun. Moi qui suis à la lettre les mesures sanitaires mises en place, et ce, depuis un an. Qui ne jure donc que par le masque, qui se lave sans doute trop souvent les mains, tellement qu’elles seront immunisées pour l’éternité. Moi qui ne sors que pour faire mon épicerie une fois par semaine ou pour aller faire des marches. Qui s’exprime librement dans les journaux au sujet de cette interminable pandémie.

Non, malgré cela, malgré ce tableau qui semble irréprochable, tout est de ma faute. Pourquoi ? Eh bien, parce que je suis trop tolérant, trop réservé envers les complotistes, envers ceux qui se fichent bien de payer une amende corsée après avoir participé à un rassemblement illégal, pourvu qu’ils aient pu laisser libre cours à leur plaisir égoïste et passager.

Eux qui sont à l’origine des éclosions. Eux, ces anti-mesures sanitaires qui refusent de porter le masque de protection et qui continuent de croire bêtement que la pandémie de COVID-19, ce n’est pas vrai, que c’est une blague, malgré les plus de trois millions de morts dans le monde.

Alors, j’aurais pu les décrier encore plus dans les médias. J’aurais pu organiser à mon tour des manifs dans la rue pour les dénoncer. Mais voilà, je préfère continuer à être ce combattant pacifique, ce bon soldat qui veille au grain, qui opte pour la résistance tranquille pour combattre le virus ennemi. Qui demeure sans doute trop solidaire de ses compatriotes ? Qui leur fait peut-être trop confiance ? Alors oui, cette pandémie, c’est aussi de ma faute.