La semaine dernière, le ministre Yves Bolduc avait plutôt défendu la prime qu'il avait lui-même mis en place alors qu'il était ministre de la Santé, en 2010.

Servir l'État ?

Le Dr Yves Bolduc, présentement ministre, entre autres, de l'Éducation du Québec, s'est vu offrir 215 000$ pour avoir accepté 1500 nouveaux patients alors qu'il était député libéral dans l'opposition officielle.
Apparemment, il n'y a rien d'illégal dans cette pratique. Mais a-t-on oublié qu'il peut y avoir d'autres aspects autres que la légalité (à prendre en considération?) Et le sens de l'éthique? Ou la morale? Ou encore celui du respect envers ses concitoyens qui doivent subir des restrictions budgétaires?
Il me semble que le Parti libéral ne soit ici attentif qu'aux implications légales afin de s'assurer de ne pas se retrouver devant une autre commission, du genre de celle instituée pour la lutte à la corruption.
Mais est-ce suffisant? Ne sommes-nous pas prêts à passer à une autre étape? Ne serait-il pas temps que nos dirigeants, toutes allégeances politiques confondues, soient guidés par des valeurs supérieures à la simple légalité?
Monsieur Bolduc a déjà été médecin, député et ministre. En plus de toucher un salaire bien au-dessus de la moyenne québécoise en tant que médecin, il a accès à un autre salaire généreux payé par les contribuables, soit celui de député et/ou de ministre. Mais ce n'est pas tout! Il aura également accès à tous les avantages reliés à ces fonctions à sa retraite!
Donc, probablement une rente en tant que médecin et sans doute une rente de député et une rente de ministre!
Alors que la population est plutôt cynique envers les fonctionnaires québécois qui ont, selon les idées préconçues, des conditions en or, un emploi stable et assuré et une retraite dorée, nos yeux devraient se tourner vers des individus comme le Dr Bolduc.
Il a vécu, vit et vivra grassement pour le reste de ses jours uniquement grâce aux taxes et impôts versés par le peuple québécois. Est-ce vraiment cela, servir l'État?
Personnellement, je crois que c'est surtout se servir impunément dans le garde-manger de l'État.
Selon moi, monsieur Bolduc ne devrait pas avoir la confiance du peuple pour gérer les affaires de l'État.
Line Bélanger
Jonquière