Séance gratuite avec une voyante

OPINION / Est-ce que vous recevez régulièrement tout comme moi des appels téléphoniques pour vous dire que vous avez gagné, sans avoir participé à quelque concours que ce soit, une séance gratuite avec une voyante ?

Chaque fois que je reçois cette offre, je réponds à la dame qui m’annonce la bonne nouvelle que, si sa voyante est une vraie voyante, elle aurait bien vu que cette offre ne m’intéresse aucunement et qu’il est inutile de me l’offrir. En général, la personne raccroche tout de suite…

Pierre Lincourt

Chicoutimi

+

QUEL DOMMAGE !


OPINION / Mme la mairesse Josée Néron,

Oui, c’est très dommage de constater que vous n’avez pas considéré la proposition de l’architecte (Daniel) Paiement (dans le dossier de la Maison Bossé à Chicoutimi).

À la suite de cette dernière année de gestion de la Ville de Saguenay, vous perdez mon appui et celle de tous mes contacts !

Et bravo à M. Luc Blackburn, ancien conseiller municipal, d’avoir osé dire publiquement ce que mes amis et moi pensons depuis quelques mois !

Marguerite Bergeron

Chicoutimi

+

LA VRAIE JUSTICE

OPINION / Mme Josée Néron, mairesse de Saguenay,

Les locataires appauvris de Saguenay ont perdu un gain majeur acquis depuis 2005 par votre décision d’abolir le rabais de taxes aux projets de logements sociaux comme pour ceux au privé. Raison financière ou de justice ?

D’une part, si c’est pour trouver de nouveaux revenus à la Ville, vous faites fausse route. Car, sans le rabais de taxes aux projets de logements sociaux (valeur de 325 000 $), les locataires appauvris doivent trouver non plus 985 000 $, mais 1 310 000 $ million $ en don pour arriver à fonder la Coopérative d’habitation La Solidarité. Pour combler les 135 000 $ qu’ils avaient déjà récoltés, la Ville n’arrivait déjà pas à leur offrir 850 000 $ étalés sur 10 ans... Avec 325 000 $ de plus, aussi bien commencer à prier Sainte Rita pour cette cause devenue presque désespérée !

Malgré tout, nous avons tenu la campagne Téléphone Rouge du 26 octobre au 2 novembre 2018. Portant dans leur voix le cri des locataires appauvris qui n’avaient ni le courage d’appeler, ni la santé, ni la force ou n’étaient pas informés de cette action collective, plus de 80 personnes (sans compter celles qui ne nous ont pas informés de leur appel) ont téléphoné à votre cabinet pour vous demander, avec conviction, de revenir sur votre décision.

D’autre part, est-ce vraiment juste pour les locataires appauvris d’abolir le rabais de taxes ? Entre un projet porté par une entreprise privée qui recherche le profit et un projet de coopérative d’habitation, un bien collectif sans notion de profit, porté par des locataires appauvris qui n’ont ni argent, ni outil, ni aide, ni réseau, ni santé, ni estime, ni rien si ce n’est que le désir d’être logés dignement, n’y voyez-vous pas là une différence entre ces deux promoteurs qui réclament un rabais de taxes, mais dont l’un poursuit un but de profit et l’autre de bien commun ?

La justice pour tous ne peut pas se couvrir par une simple vision comptable si on a le désir d’aider les plus appauvris. La ville ne peut analyser un projet de logements sociaux avec pour seul regard une calculatrice au bout des doigts et compter froidement ce que pourrait rapporter son investissement. Car les locataires appauvris n’ont justement rien à redonner en retour si ce n’est que la gratitude d’avoir été aidé, une gratitude bien plus riche que n’importe quel retour d’ascenseur financier voulu par la ville.

Être juste avec tout le monde, c’est penser au côté humain avant de prendre une décision. Car les décisions prises avec une vraie justice tiennent compte de l’humain devant soi, du type de promoteur qui demande de l’aide. Et la vraie justice n’attend rien en retour, elle donne de bon cœur aux plus mal pris. Elle ouvre le chemin à ceux qui n’ont pas les moyens ou la capacité de combler leur besoin essentiel. Elle aide ceux qui se considèrent moins que rien à retrouver l’estime de soi, la dignité en leur facilitant la route pour attendre leur but. C’est de cette vraie justice qu’on parle ici, quand nous demandons le retour du rabais de taxes aux projets de logements sociaux.

Mme la mairesse, puissiez-vous avoir la sagesse de redonner aux locataires appauvris de Saguenay ce que la ville vient de leur enlever injustement. Ils ne méritaient pas un tel revers municipal, eux qui étaient déjà par terre avant votre arrivée au pouvoir. La vie n’est-elle pas déjà assez difficile pour eux ?

Sonia Côté, coordonnatrice

Loge m’entraide