Rio Tinto voit un avenir solide au Québec

OPINION / Cette semaine, j’ai eu le privilège de passer du temps avec le premier ministre Philippe Couillard et la vice-première ministre Dominique Anglade et de leur confirmer l’engagement de Rio Tinto envers le Québec.

Sans contredit, nous voyons un avenir solide pour notre entreprise ici. La décision de faire de Montréal un centre mondial de Rio Tinto témoigne clairement de cet engagement. Les Québécois ne seront pas surpris d’apprendre que Rio Tinto voit en Montréal un lieu idéal pour recruter les meilleurs talents et accéder à des travailleurs hautement qualifiés. 

Près de 500 employés travaillent actuellement à notre bureau de Montréal et l’équipe est appelée à s’élargir au cours des prochaines années.

En plus de soutenir nos établissements situés en Amérique, en Afrique et en Europe, notre centre de Montréal s’établira également comme une plateforme d’excellence mondiale pour nos usines de traitement autour du monde – en tirant parti de l’expertise qui fait notre renommée dans la région du Saguenay–Lac‐Saint‐Jean.

Rio Tinto est fier de la longue histoire de son activité aluminium au Québec, qui joue un rôle clé dans le développement économique de la province depuis plus d’un siècle. 

C’est en 1901 que nos prédécesseurs ont jeté les bases de l’entreprise en Mauricie et, peu de temps après, dans le fameux « Royaume ».

D’autres usines d’électrolyse ont suivi, ainsi que des centrales hydroélectriques et des infrastructures de soutien, d’où un rapide essor social et économique qui a profondément transformé la région et créé des emplois convoités pour quatre générations de travailleurs.

De toute évidence, l’industrie de l’aluminium au Québec est riche d’une histoire exceptionnelle. 

Mais en prime, elle se trouve devant un avenir tout aussi exceptionnel.

Actuellement, nous employons directement près de 7 000 Québécois, dont plus de 5 000 au sein de notre activité aluminium de classe mondiale. Chaque année au Québec, nous versons quelque

600 millions de dollars en salaires et investissons plus de 10 millions de dollars dans des partenariats et des commandites dont le but est d’aider les communautés où nous vivons et travaillons à devenir plus dynamiques, plus sûres et plus durables.

Nos établissements d’aluminium jouent un rôle important non seulement ici au Québec, mais partout en Amérique du Nord. 

L’industrie de l’aluminium aux États‐Unis a connu un recul au cours de la dernière décennie, du fait de la concurrence étrangère qui a forcé nombre d’alumineries au pays à fermer leurs portes. 

Les usines d’électrolyse canadiennes représentent désormais un atout pour les gouvernements, les fabricants et les chaînes d’approvisionnement à l’échelle de l’Amérique du Nord. 

C’est une industrie qu’il faut continuer de soutenir, car elle apporte une contribution vitale à un large éventail de secteurs de fabrication, dont ceux de la défense, de l’automobile, de l’aérospatiale et des produits électroniques.

Rio Tinto est très optimiste en ce qui concerne la demande à long terme d’aluminium, une matière essentielle qui joue un rôle de plus en plus important dans notre monde moderne. Nous devons toutefois demeurer prudents à court terme, sachant qu’une tonne d’aluminium est aujourd’hui un tiers moins chère qu’à l’été 2008. 

Cependant, les réformes qui s’engagent en Chine représentent un tournant pour l’industrie mondiale à moyen et à plus long terme.

Nos établissements canadiens jouissent d’une position idéale, voire unique, pour apporter un surcroît de production lorsque l’occasion se présentera. Notre approvisionnement en énergie hydroélectrique propre et renouvelable, conjugué à notre technologie APMC nous permet de produire de l’aluminium dont l’empreinte carbone est parmi les plus faibles au monde. 

Compte tenu de la qualité de nos actifs, de notre formidable savoir‐faire, l’esprit d’innovation de nos employés, sans oublier notre proximité au marché américain, l’industrie de l’aluminium au Canada est bien positionnée pour bâtir un avenir solide sur les fondements de son histoire.

Alf Barrios

Chef de la direction

Rio Tinto Aluminium