Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Revendiquer l’espace municipal

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / C’est dans une conjoncture de désintérêt ambiant pour les affaires municipales, de fusion administrativement achevée, mais culturellement ignorée, et de normalisation du «conseiller indépendant» que la nécessité d’une nouvelle formation politique municipale à Saguenay s’est fait sentir dans un groupe d’abord restreint de citoyens engagés.

Par Marieve Ruel, porte-parole d’Unissons Saguenay

Comptant aujourd’hui plus d’une centaine de membres fondateurs, Unissons Saguenay est un jeune parti politique manifestement progressiste et environnementaliste. Son programme politique est le fruit de discussions et de propositions issues d’assemblées citoyennes tenues à l’automne 2020. L’amélioration de l’environnement, la promotion des arts, de la culture et du patrimoine, la diversification de l’économie, le développement des transports et de l’urbanisme ainsi que la démocratisation des services aux citoyens sont les cinq principaux axes sur lesquels la jeune formation politique entend se prononcer durant la campagne électorale municipale de 2021. Les différents comités de travail du parti sont présentement à libeller et étoffer les propositions qui constitueront sa première plateforme électorale.

Nos villes nous échappent. Elles ont cessé de nous appartenir. Il est temps de resserrer le poing avant que les possibilités nous glissent entre les doigts.

Pour Unissons Saguenay, la meilleure manière de se réapproprier nos milieux de vie et nos quartiers, c’est évidemment d’investir dans les lieux démocratiques municipaux. Trop souvent déçus par la petitesse des ambitions de nos dirigeants ou encore forcés d’adopter une forme hypocrite d’objectivité pour préserver les maigres sources de financement de nos groupes communautaires et sociaux, beaucoup de progressistes ont boudé l’implication municipale partisane. Militer à l’intérieur, en parallèle ou à l’extérieur des structures de pouvoir, est une question qui a largement été discutée lors de la fondation d’Unissons Saguenay.

Mais dans un contexte d’urgence climatique et d’isolement affligeant – la pandémie mondiale obligeant –, nous n’avons plus le luxe de l’apolitisme. Les villes doivent redevenir notre premier filet social. Et du fait de la proximité avec nos concitoyens et la circonscription du territoire par rapport aux paliers provincial et fédéral, l’emprise citoyenne sur les décisions qui marquent au fer nos quotidiens est aussi nécessaire qu’accessible.

Ce qui manque à Saguenay comme à bon nombre de nos villes, ce ne sont pas d’autres professionnels de la « saine » gestion, non. Il y a maintenant trop longtemps que les mots solidarité, démocratie et citoyenneté ont été effacés au profit d’administration, rigueur et austérité. Non, ce qui fait réellement défaut au sein de notre conseil municipal, c’est un projet, une vision politique globale et structurante qui tient à la fois compte des impératifs de la crise écologique, des spécificités régionales et du développement économique.

Unissons Saguenay croit que ce projet politique doit trouver ses fondements dans la démocratie participative et l’implication citoyenne. Personne n’est mieux outillé que les membres de nos communautés et de nos voisinages pour discuter le verdissement de nos quartiers, repenser les infrastructures de transport, réfléchir au développement de nouveaux secteurs économiques et mettre en valeur notre patrimoine collectif.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean comme ailleurs, Unissons Saguenay invite les progressistes et les environnementalistes à porter avec nous un projet politique différent pour nos villes, un projet résolument écologiste et innovant, un projet tourné vers l’avenir pour des villes du XXIe siècle.