Le maire de Saguenay, Jean Tremblay.

Résister au populisme en doutant

OPINIONS / Cela vous étonne-t-il que personne à la Chambre de commerce de Saguenay n'ait soulevé le doute quant aux propos affirmés par Jean Tremblay, maire de Saguenay, devant ce magistère de patrons d'entreprises, quant aux difficultés rencontrées par les municipalités que la fusion en Saguenay aurait littéralement sauvées de la déliquescence, voire pire, de la disparition ?
Le maire de Saguenay, selon ce que nous a appris Le Quotidien, a laissé entendre, la semaine dernière, que l'ex-petite municipalité de Shipshaw était pas mal arriérée avant la fusion de 2002. Mais qu'en était-il vraiment ?
M. Réjean Bergeron, fier citoyen de Shipshaw, impliqué dans ce milieu à titre d'élu bien avant la fusion, a rétabli les faits, ce matin (27 février), par une lettre dans le Carrefour des lecteurs, et poliment dénoncé l'esbroufe et les propos grossiers du maire de Saguenay envers l'ex-municipalité. M. Bergeron, ex-maire de Shipshaw, a montré combien il est important de répondre lorsque nécessaire aux propos inventés de toutes pièces par des politiciens et autres élites bien-pensantes qui veulent nous faire avaler leurs couleuvres, en toute impunité.
Avec l'arrivée de l'ère Trump, il faut affronter la montée de la post-vérité et du post-factuel. Que des citoyens se lèvent pour rétablir les faits face aux mensonges de certains leaders mal inspirés qui cherchent à se faire du capital politique sur le dos des faits réels et de la vérité, est tout à leur honneur. 
Il faut, plus que jamais, pratiquer le doute face aux affirmations patentées des populistes. Je n'ai pas bu les paroles de Jean Tremblay discréditant l'ex-petite municipalité. J'y ai vu une autre tentative de ce dernier de s'élever au-dessus du commun des mortels, en vantant ses bons coups, sans plus. Et je l'avoue, l'expression du doute ne m'a pas effleurée pour autant. Je me promets bien d'en faire usage plus souvent à l'avenir.
John Saul dans son oeuvre Le compagnon du doute, a écrit : « Le doute est la seule activité humaine capable de contrôler l'exercice du pouvoir de façon positive. Le doute est essentiel à la compréhension des choses. »
Merci, M. Bergeron de nous le rappeler par votre intervention. 
Louise Brassard
Jonquière