Récupérer, partager, nourrir

La pauvreté n’est pas un choix de vie. Il y a toutes sortes de situations difficiles, temporaires ou permanentes, qui peuvent fragiliser les gens et les mettre en situation de vulnérabilité. Que ce soit le deuil d’un proche, une séparation, une perte d’emploi, un accident, une maladie chronique, un problème de santé mentale ou le vieillissement ; personne n’est à l’abri. Nous sommes tous plus proches que l’on pense d’une personne qui vit de l’insécurité alimentaire…

Pour avoir des communautés en santé, la nourriture est un besoin fondamental. À Moisson Saguenay–Lac-Saint-Jean, nous croyons fermement que lorsqu’on aide à nourrir les gens, cela permet d’alléger leur esprit et d’alimenter leur corps afin que ces personnes soient en mesure d’accomplir leurs petits et grands succès quotidiens. Veiller à ce que tous mangent à leur faim est un devoir collectif. Nous devons innover pour renforcer le filet de sécurité alimentaire partout au Québec et nous assurer que tous les Saguenéens et les Jeannois aient accès, en tout temps, à suffisamment d’aliments sains et variés pour se nourrir adéquatement.

C’est ce que nous pouvons réaliser, au sein du réseau des Banques alimentaires du Québec, grâce au Programme de récupération en supermarchés, le PRS, avec la complicité de nos collaborateurs des premiers jours, les marchands de Metro, Metro Plus, Super C, Provigo, Provigo Le Marché, Maxi, Maxi & Cie, IGA et IGA Extra. C’est pourquoi Moisson Saguenay Lac-Saint-Jean est fier de vous annoncer que Les Banques alimentaires du Québec, de concert avec les Moissons et ses membres associés, lanceront en 2019 une campagne majeure fédérée qui s’échelonnera sur une période de cinq ans pour soutenir, contribuer, et assurer le déploiement du PRS. Pour aller plus loin, nous avons la chance de pouvoir compter sur l’engagement de trois exceptionnels coprésidents, qui mobiliseront pour la cause le milieu des affaires : M. Éric R. La Flèche, président et chef de la direction de Métro, Mme Catherine Dagenais, présidente et chef de la direction de la SAQ et M. Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale.

Afin de répondre équitablement à tous les Québécois où qu’ils soient sur le territoire, nous avons besoin de récolter la somme de 15 millions de dollars. Moisson Saguenay Lac-St-Jean et le réseau des Banques alimentaires du Québec auquel nous appartenons fournissent trois repas pour chaque dollar amassé : imaginez ce que nous pourrions faire avec 15 millions de dollars !

À ce jour, 370 magasins offrent un approvisionnement hebdomadaire régulier dans toutes les régions du Québec. À terme, ce sont annuellement 8,5 millions de kilogrammes de denrées dans 645 magasins qui seront récupérés. Cela représente une économie de 7500 tonnes eqCO2, soit l’équivalent du retrait annuel de 1600 voitures de nos routes. Le PRS permet d’offrir une meilleure réponse aux personnes fragilisées pour les accompagner dans ces moments difficiles et les aider à trouver de l’espoir. Lorsque les corporations et le milieu communautaire décident de s’allier, ils amplifient leurs forces ; et dans ce cas-ci, chaque jour, ils créent de véritables petits miracles !

Crystel Gilbert, responsable du développement stratégique

Moisson Saguenay–Lac-Saint-Jean

Annie Gauvin, directrice générale

Les Banques alimentaires du Québec

+

LA MÉRITANTE

La mairesse de Saguenay s’est vue offrir un beau cadeau de Noël, cette semaine, dans le journal Le Quotidien. Il s’agit de la reconnaissance par ses pairs du travail accompli par son administration en 2018. Quand les chiffres parlent d’eux-mêmes et qu’ils sont vérifiables, il y a lieu de s’incliner ; ce que les détracteurs refuseront toujours de faire. Défoncer son plafond de verre fut tout un exploit pour Josée Néron ; surtout lorsqu’il est fabriqué d’une double paroi.

En effet, la mairesse de Saguenay a connu une première année mouvementée, torride même (rencontre avec Donald Trump), on en convient ; c’est l’année de l’apprentissage, souvent à la dure, que, généralement, reconnaissent les électeurs conciliants : la majorité. L’histoire du bac brun, le ménage à Promotion Saguenay, l’assainissement des finances publiques, l’obligation de transparence imposée aux groupes subventionnés, et j’en passe. La mairesse a passé le test avec classe.

Mine de rien, de tous les engagements pris par Josée Néron en campagne électorale et acceptés par son conseil municipal, plus de la moitié sont réalisés ou en cours de réalisation. Pour une première année, ce n’est quand même pas si mal ! (...)

La faction des Jonquièrois dénigreurs, éternels insatisfaits, a dû avaler de travers en lisant, sous la plume du journaliste Jonathan Hudon du Quotidien, qu’en 2018, l’arrondissement de Jonquière a reçu sa large part du gâteau, que ce soit en pavage, rénovations et nouvelles constructions. Tous les échevins de l’arrondissement de Jonquière l’ont d’emblée reconnu.

Il est faux de prétendre, comme le fait une certaine frange, que Jonquière est le mouton noir de la famille saguenéenne. C’est de la désinformation amalgamée à de la méprisable politique de bas étage.

Sur ce, je désire souhaiter aux élus et à leur entourage, qui se dévouent à la cause de bien commun, un « congé » de Noël bien mérité, ainsi que l’esprit d’analyse et la réflexion nécessaires à la prise des meilleures décisions en 2019.

Marcel Lapointe

Jonquière