Le conseiller municipal Luc Boivin a annoncé vendredi que Saguenay semontrera plus sévère sur les glaces de la baie des Ha! Ha!

Projet de bibliothèque: les faits

OPINION / Mon nom étant trop souvent interpellé à propos de l'église Saint-Édouard, je me dois de répondre aux faits et rappeler aux citoyens mes actions dans ce dossier.
Je suis très préoccupé par l'état de l'église Saint-Édouard, j'ai à coeur et je félicite l'action citoyenne visant la conservation et la mémoire d'un bâtiment comme l'église Saint-Édouard. Comme conseiller et VP du comité exécutif, j'ai donné le feu vert afin de faire réaliser par des professionnels une analyse détaillée de l'état de l'église, et ce même si l'édifice n'appartient pas et n'est pas à la charge de la municipalité.
J'ai également travaillé comme administrateur du défunt comité de diversification économique de La Baie, avec son président M. Marc St-Pierre, afin de dénicher une nouvelle vocation à l'église Saint-Édouard. Un projet de résidence pour personnes âgées avec salle communautaire publique a été évalué sérieusement par des promoteurs et écarté pour des raisons financières, malgré l'accès à une aide financière de la municipalité qui aurait pu atteindre 1,5 M$. Cette aide aurait pu être obtenue via un programme de revitalisation du secteur Port-Alfred que j'ai développé avec l'accord du conseil de ville. 
Nous avons aussi, pendant plusieurs années, subventionné la paroisse Saint-Alphonse de diverses façons afin d'aider cette dernière à maintenir un minimum de frais conservatoires et supporter différents projets. La baisse marquée des capitations a eu des conséquences financières importantes pour la paroisse. Afin de permettre à cette dernière de conserver son patrimoine. Celle-ci a dû cesser d'entretenir Saint-Édouard, faute de moyens et au risque de mettre en péril le reste qu'elle s'efforce de sauvegarder. 
J'ai à coeur depuis toujours la préservation du patrimoine. J'ai travaillé sur de nombreux projets visant la préservation du caractère patrimonial de plusieurs bâtiments. Mes plus belles réalisations sont sans aucun doute l'ancien hôtel de ville de Port-Alfred et la maison Lepage. 
Le bâtiment a été lourdement endommagé par le cycle du temps. Nous n'avons pas entre les mains un bâtiment en bon état et les coûts estimés pour la réparation et la conversion d'utilisation du bâtiment sont très élevés.
À propos de la bibliothèque de La Baie, celle-ci est la dernière en liste qui nécessitera une rénovation majeure à l'intérieur de la Ville de Saguenay, et les gens de La Baie le méritent bien ! Elle offre une superficie de 1185 m2. Ce niveau de superficie est le strict minimum afin de maintenir un service adéquat. Selon la recommandation de nos services et les normes du ministère, la grandeur idéale qu'il faudrait viser serait davantage de l'ordre de 2000 m2. Ce niveau permettrait de conserver le service actuel et d'améliorer l'offre de notre collection spécialisée, de même que nos livres anglophones. Notre travail a été jusqu'à maintenant d'offrir un service municipal de qualité pour notre bibliothèque.
• Concernant un projet de bibliothèque dans l'église Saint-Édouard et devant les propos tenus à mon égard en raison de mes réserves, je me permets de ventiler les coûts pour expliquer les faits.
• Coûts de sauvegarde de l'église St-Édouard et de conversion en bibliothèque : 14,7 M$ pour une superficie de 680 m2, sans clocher.
• Frais de sauvegarde du clocher : 0,5 M$
• Équipements pour la bibliothèque : 0,75 M$
• Ajout d'un bâtiment annexe à la bibliothèque afin de conserver la superficie actuelle selon la recommandation de nos professionnels (500 m2 à 3500 $ du mètre) : 1,75 M$
• Frais de financement (toujours prévus dans un règlement d'emprunt à 1,75 % d'intérêts pendant 10 ans) : 2,40 M$
• Total : 20,1 M$
Malgré la bonne volonté des élus provinciaux au fédéraux, il n'existe, à ce jour, aucun programme de subventions d'importances pour ce type de projet. Le ministère de la Culture a même spécifié qu'il ne supporterait pas de projet qui aurait comme conséquence de réduire l'offre de services. De plus, depuis la bibliothèque de Jonquière, le ministère a avisé les services qu'aucun projet en dehors de la rénovation des bibliothèques actuelles ne serait supporté.
La problématique de la sauvegarde du patrimoine religieux dépasse la capacité financière des municipalités à travers le Québec. Il est grand temps que le gouvernement du Québec fournisse des moyens financiers dignes de l'ampleur de ces projets, car il y aura d'autres églises qui demanderont des investissements majeurs dans les prochaines années. De plus, la loi provinciale qui gère les municipalités permet difficilement à celles-ci d'intervenir.
D'autres projets majeurs sont à prévoir pour notre arrondissement qui dispose d'un budget triennal d'environ 750 000 $ par année. Je tenais à apporter ces précisions afin que mes concitoyens puissent saisir les véritables enjeux dans ce dossier. En fin de compte, il reviendra à eux de décider de l'avenir de cet édifice et de définir l'importance de la capitation.
Luc Boivin
Conseiller municipal
Saguenay