Projet centre-ville

OPINIONS / Suite à la lettre d’opinion d’une lectrice parue dans Le Quotidien du 19 juillet, qui critiquait les projets et les élus de Saguenay, voici la réflexion que j’ai fait parvenir aux élus de l’arrondissement de Chicoutimi, car il y a des limites à ne voir que le verre à moitié vide.

Il est temps que nous acceptions d’avancer pour l’avenir de notre ville et créer afin que nos jeunes puissent se permettre de faire le choix de vivre à Saguenay.

Ma volonté est, comme vous le remarquerez, de souligner mon intérêt pour le seul projet valable parmi les trois projets retenus pour le centre-ville de Chicoutimi. Examinons rapidement chaque projet retenu.

Un parc : combien de parcs faudra-t-il à notre belle région pour combler les attentes de je ne sais qui ? Nous avons le parc de la Colline, le parc Rosaire-Gauthier, le parc du Vieux-Port, le parc du Bec-Scie, le parc de la Rivière-aux-Sables, le parc de Rivière-du-Moulin... Ouf ! J’arrête, car c’en est ridicule.

Le deuxième projet se définit par une ou des tours de logements. Or, où sont les promoteurs ? À quoi ressemblera notre centre-ville avec de plus en plus de grandes tours ? De plus, n’y a-t-il pas un surplus de logements inhabités, selon dernières statistiques, sans compter la décroissance de notre population ? Devrons-nous prévoir une échelle aérienne plus longue (ironie), déjà que nous avons le gargantuesque complexe Champlain ? Non merci, je ne veux pas d’une autre tour dans notre centre-ville harmonieux pour le moment.

Reste le projet d’un centre multifonctionnel. À celui-là, je dis oui à 100 %. Nous en avons grandement besoin, d’autant plus que cela permettra à notre fleuron qu’est l’UQAC de continuer à prendre de l’expansion et à affirmer son expertise dans des domaines particuliers. Sincèrement, quel projet est le plus rentable pour les objectifs à atteindre, soit valoriser le centre-ville, donner des services à la population, mousser l’économie, promouvoir de nouveaux emplois et, par ricochet, garder nos jeunes dans notre superbe région ? De plus, ce projet aura un effet sur l’industrie touristique avec la possibilité de présenter de grands spectacles. Il n’y a que le centre multifonctionnel qui réponde à ces critères.

Mesdames et messieurs, je vous prie de prendre tous les moyens pour que se réalise ce beau projet qui est depuis longtemps attendu, et je vous assure de mon humble, mais pleine coopération pour sa réalisation.

Denis Lalancette

Chicoutimi

+

LE CRUCIFIX

Il y a 2000 ans, la mise à mort par les Romains était la crucifixion. Des milliers de personnes ont subi ce cruel châtiment. Toute personne s’opposant au gouvernement se voyait finir sur une croix. Voyant qu’ils perdaient des fidèles suite à l’enseignement de Jésus, les grands prêtres ont fait en sorte que Jésus ait le même châtiment que les pires criminels du temps.

L’Église catholique a fait de la mort du corps de Jésus un sacrifice. Celle-ci a transposé les sacrifices de l’Ancien Testament, mort de moutons, de bœufs, etc. en offrandes à Dieu. Des offrandes pour adoucir la prétendue colère d’un dieu infiniment bon. Une projection humaine. Jésus a dénoncé ce sacrifice d’animaux, qui se faisait principalement dans le temple de Jérusalem. Toute la ville en était embaumée d’une odeur nauséabonde. Jésus a été clair là-dessus. En effet, dans Jean 6 verset 63, il est écrit que « la chair ne sert de rien ; c’est l’esprit qui vivifie. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. » Alors, pour la transsubstantiation, on repassera.

Le partage du pain et du vin n’était qu’une tradition et sans doute que ce partage, Jésus et ses apôtres l’ont pratiqué souvent. De cette pratique, il a voulu qu’elle soit un rappel pour nous souvenir de lui et surtout de son enseignement. Ses paroles, résultats de ses pensées, lesquelles étaient les mêmes que celles de son Père qui est aussi notre Père à tous. Ses pensées, dis-je, sont toutes des pensées d’amour divin. Dieu est un Être d’amour et l’amour est tout. Jésus veut que nous mettions en pratique son enseignement qui se résume ainsi : « Aime ton Dieu, aime ton prochain comme toi-même. » Quelqu’un qui ne s’aime pas ne peut aimer son prochain ni son créateur.

Pensons-y comme il faut ! Est-il souhaitable de voir Gandhi manifester la paix ou plutôt, de voir son assassinat ? Devons-nous nous rappeler du pasteur Martin Luther King, lui aussi assassiné par balles, ou le voir affirmer ses positions en faveur de la justice pour les personnes de couleur noire ? Poser la question, c’est y répondre. Il en est de même pour Jésus, le plus grand des grands de tous les temps ; Jésus, l’enseignant et le guérisseur qui a ascensionné ou Jésus crucifié sur une croix.

Si dans le temps de Jésus ç’eût été la pendaison à la mode, aurait-on installé une potence à l’Assemblée nationale pour rappeler sa mort ? Je ne le pense pas ; et vous non plus !

Alors, l’Assemblée nationale a été bien avisée de remiser le crucifix exposé au-dessus du président de cette assemblée.

Aussi, elle serait bien avisée de remplacer le crucifix par un écriteau évoquant le message suivant : « Paix aux hommes de bonne volonté. »Un message humain et divin qui se veut universel.

Martin Belley

Saint-Nazaire