Métaux BlackRock

Précisions sur le projet de Métaux BlackRock

OPINIONS / Dans le cadre d'une entrevue orientée vers la donation d'une collection de roches provenant d'un de nos anciens étudiants actuellement vice-président chez la minière Osisko, nous avons discuté avec le journaliste du Quotidien Louis Tremblay de la situation des grands projets miniers touchant la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
L'article paru dans Le Quotidien le 15 décembre 2016 sous le titre: «De nombreux signaux à décoder» mérite qu'on y ajoute quelques précisions afin d'éclaircir certains éléments concernant le projet de Métaux BlackRock à Chibougamau.
À la question: «Si ces gisements sont si bons que ça, pourquoi ne sont-ils pas encore en production?», il faut expliquer comment ces gisements arrivent à la phase de production.
D'entrée de jeu, il faut faire la distinction entre, d'une part, les gisements de métaux de base comme le cuivre ou le zinc ou précieux comme l'or et, d'autre part, les substances comme l'apatite (phosphate) ou des éléments comme le niobium ou le vanadium qui entrent dans une catégorie communément regroupée sous le vocable de «minéraux industriels». Le défi pour un gisement d'or se limite en gros à la découverte, le minerai étant directement vendu sur les grands marchés. Mais, la logique pour les minéraux industriels est tout autre. Une fois le gisement trouvé et défini, il faut trouver des acheteurs afin d'écouler la production dans des marchés fortement concurrentiels. Cette étape est souvent plus longue et plus ardue que celle menant à la découverte. On se retrouve donc devant une logique économique très différente.
De plus, il faut savoir qu'avant d'entrer en production, un gisement doit passer toute une série d'étapes d'évaluation géologique, économique et d'études de faisabilité. C'est un long processus qui utilise des personnes qualifiées contrôlées par des ordres professionnels (Ordre des géologues et Ordre des ingénieurs) et répondant à des normes strictes.
Ainsi seules les personnes qualifiées ayant toutes les informations à leur disposition peuvent faire une évaluation économique d'un gisement donné. Dans l'article du Quotidien, la formulation peut laisser croire que nous portons un jugement professionnel sur le gisement de fer-vanadium de Métaux BlackRock. Nous tenons à préciser que nous ne portons pas un tel jugement, car nous n'avons ni les chiffres ni l'expertise pour le faire.
Réal Daigneault, ing. Géo.
Paul Bédard, ing.
Centre d'études sur les ressources minérales
UQAC