Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Pour une véritable relance

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINION / La Ville de Saguenay fait face à sa plus importante menace depuis sa création il y a vingt ans : la stagnation démographique, reflet de la décroissance économique. Si les tendances se maintiennent, Lévis et Trois-Rivières relégueront au neuvième rang Saguenay dont la population stagnera à 148 500 habitants en 2026 et fléchira à 147 500 habitants en 2036.

Par Laval Gagnon, Chicoutimi

Conscients de la situation, les élus de Saguenay ont adopté le plan stratégique 2020-2030 sur les enjeux d’une éventuelle relance de la métropole régionale : croissance démographique, diversification économique, protection du patrimoine, gestion performante et efficiente des finances publiques, revitalisation urbaine. Mais il faut se rendre à l’évidence, le défi est énorme et dépasse manifestement les capacités actuelles du pouvoir municipal.

Car il apparaît que les enjeux les plus cruciaux concernent plus largement la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Et ils interpellent le gouvernement québécois lui-même et ses politiques de développement local et régional.

Ces temps-ci, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, députée de Chicoutimi et ministre responsable de la région, appelle à une «grande conversation nationale» sur l’aménagement du territoire. En même temps, son collègue Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation, planche sur une Stratégie de développement local et régional. De son côté, Marie-Ève Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional, devrait déposer une Stratégie de développement économique local et régional pour l’accompagnement des entrepreneurs et l’aide financièrement aux entreprises. On est ici en plein travail en silos.

Je partage l’opinion de Bernard Vachon, éminent spécialiste retraité de l’UQAM en développement local et régional. Il faut absolument combiner en une vision commune et renouvelée les «piliers d’une politique globale de l’espace habité» pour harmoniser les interventions, induire de la rigueur et de la cohérence dans la mise en valeur tant attendue du territoire québécois et des régions.

La pandémie a exposé brutalement les lacunes et les travers du modèle d’hypercentralisation des institutions et de concentration du développement dans les pôles urbains de Montréal et de Québec, provoquant la dévitalisation dans plusieurs régions intermédiaires et périphériques. Or, on constate partout dans le monde une redécouverte des communautés d’appartenance, un repeuplement du rural, des villages et des villes moyennes. Leur attractivité est notamment renforcée par la dématérialisation (numérisation) de l’économie, le coût plus abordable de l’habitation, la lutte aux changements climatiques, la réorganisation des entreprises, le télétravail, la proximité des services, la recherche d’une meilleure qualité de vie dans des milieux conviviaux souvent à proximité de la nature. Comme l’indique M. Vachon, «les conditions sont réunies pour un rééquilibrage territorial», car les paradigmes se modifient en faveur d’un nouveau dynamisme local et régional.

L’État doit reconnaître et favoriser cette nouvelle approche d’aménagement selon un «modèle multipolaire» ou «polycentriste» d’occupation du territoire, fondé sur le renforcement des métropoles régionales, des villes moyennes et des chefs-lieux (MRC).

Selon Bernard Vachon, cette planification territoriale devrait s’articuler sur cinq axes: accroître l’attractivité des territoires en améliorant les infrastructures, équipements et services publics; territorialiser l’action des pouvoirs publics par la décentralisation, la régionalisation et la différenciation; concevoir et mettre en oeuvre une stratégie de déploiement de l’activité économique; impliquer les élus et les organismes régionaux dans la Stratégie de développement économique local et régional; et repenser l’aménagement du territoire en vue d’un rééquilibrage territorial et d’une harmonisation des interventions des pouvoirs publics.

Le gouvernement, qui doit son élection aux régions, sera-t-il au rendez-vous ?