Pour que chaque vote compte

C'est fou comme le temps peut changer les choses... Il fut un temps où, deux ou trois partis politiques majeurs arrivaient à toucher, d'une manière ou d'une autre, la grande majorité des gens, chacun y trouvait son compte, soit dans l'un, soit dans l'autre... Tout le monde était heureux, ce n'était pas compliqué en fait, globalement, on était bleu, ou rouge...
Le ciel ou l'enfer! Je ne suis sans doute pas la seule à avoir remarqué que les choses ont changé, évolué depuis les 50 dernières années. De nouvelles préoccupations, de nouvelles valeurs, de nouvelles convictions sont apparues dans la société québécoise, comme partout ailleurs. Au fil des ans, de nouveaux partis politiques sont nés, en regard de ces nouvelles préoccupations et valeurs. Quoi d'étonnant, quoi de plus normal? Les gens ont senti le besoin d'exprimer de manière officielle, par la voix de la politique, leurs opinions, leurs désirs, leurs convictions profondes et cela est bien et souhaitable. Cela démontre que notre société est en évolution constante, se dirigeant, on le souhaite, vers un avenir meilleur, empreint d'ouverture d'esprit, d'écoute et de respect.
Cependant, il y a un hic majeur dans la situation actuelle, un énorme hic... Notre système électoral n'a pas suivi cette évolution, il ne favorise d'aucune manière l'existence et l'expression de tous ces jeunes partis, dans lesquels une partie importante de la population se reconnaît... Plus grave encore, les gens qui pensent différemment, qui adhèrent à des partis plus «marginaux», pour le moment, se font dire des choses totalement anti-démocratiques et finissent, parfois, par jouer le jeu du «si tu votes pas pour lui, c'est comme donner ton vote à l'autre, qui est bien pire...»
Une partie des citoyens finira tout simplement par voter «contre» quelqu'un ou quelque chose, pour éviter ce qu'ils considèrent comme le pire, plutôt que de voter tout simplement «pour» ce qu'ils désirent vraiment... De plus, une partie des gens ne votera tout simplement pas, considérant que, de toute façon, leur vote ne donnera rien, ne changera rien.
Il est vrai qu'une partie de la population québécoise est désabusée de la politique, on le serait à moins... La corruption, la collusion alléguée explique une partie de cet état de fait, mais, notre système électoral provoque aussi cette conséquence. Le jour où un gouvernement se tiendra debout et apportera les changements nécessaires, dotant le Québec d'une représentation proportionnelle, les choses changeront... Ce jour-là, la chose politique reprendra un véritable sens au Québec. Chaque citoyen qui exercera son droit de vote saura qu'il sera pris en compte au final, saura qu'il sera vraiment entendu et représenté de façon juste et équitable à l'Assemblée nationale. Chaque citoyen votant sentira qu'il a entre les mains le véritable pouvoir de participer à changer les choses.
Pour le moment, aller voter ne veut pas dire grand-chose pour bien des gens. Pour le moment, aller voter veut juste dire élire un parti au pouvoir et un moins chanceux dans l'opposition... Pour le moment, notre démocratie fait bien pitié et je rêve du jour où tous les votes compteront réellement et permettront à toutes les voix de s'exprimer, forçant le parti au pouvoir, quel qu'il soit à tenir compte des véritables préoccupations de tous les Québécois. Pour le moment, ce qui ressemble le plus à une démocratie c'est un gouvernement minoritaire... Je rêve du jour où chaque parti politique aura un nombre de députés correspondant au pourcentage de vote reçu. Ce jour-là, je croirai à notre démocratie et en la véritable importance de mon vote. En attendant, je voterai, malgré tout, pour mes convictions profondes...
Marie Néron
Roberval